Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBThe Beatles › Past masters volume two

The Beatles › Past masters volume two

cd | 15 titres

  • 1 Day tripper
  • 2 We can work it out
  • 3 Paperback writer
  • 4 Rain
  • 5 Lady Madonna
  • 6 The inner light
  • 7 Hey Jude
  • 8 Revolution
  • 9 Get back (with Billy Preston)
  • 10 Don't let me down (with Billy Preston)
  • 11 The ballad of John and Yoko
  • 12 Old brown shoe
  • 13 Across the universe
  • 14 Let it be
  • 15 You know my name (look up the number)

enregistrement

1965-1969

chronique

Styles
pop
rock

Le second volume de ces "Past masters", rassemblant singles non sortis sur albums, faces B, versions alternatives et autres raretés, est d'une autre tenue que le premier. En effet, il comprend les singles de la période allant de "Rubber soul" à "Let it be", autrement dit l'âge faste, celui où les Beatles ont véritablement changé le monde. L'ensemble des titres qu'on trouve ici est d'une qualité extraordinaire, les compositions de très très haute volée. Seul défaut, inhérent au genre "compilation", et plus apparent encore lorsqu'il s'agit de cette période des Beatles : les morceaux qui se suivent, détachés de tout contexte, de toute structure d'ensemble, hors de l'unité d'un tout, y perdent un peu de leur force ; et puis on n'est pas non plus au niveau du double-blanc quand même. Mais bon, tout est relatif. Jugez plutôt : "Day tripper", "We can work it out" (1965) et "Paperback writer" (1966) sont des hymnes pop/rock imparables. Ah... le riff introductif de "Day tripper", les passages à trois temps de "We can work it out".... "Lady Madonna", chanson médiocre de McCartney mais bougrement accrocheuse, est suivie d'un nouveau trip indien de George Harrison, "The inner light" (après "Love you to" de "Revolver" et "Within you without you" de "Sgt. Pepper"). "Hey Jude", tube au succès planétaire, fut enregistré pendant les séances du White Album et ne figure pas sur celui-ci... c'est fou le nombre de trucs extraordinaires qu'ils ont pu faire en si peu de temps, c'est pas humain. A partir du neuvième titre, tout le matériel date de 1969, c'est-à-dire une époque où les Beatles ne sont plus du tout un groupe, mais peu nous importe dans le cadre restreint de cette chronique de savoir qui a fait quoi, et dans quelles circonstances. "Don't let me down" (face B de "Get back") et "The ballad of John and Yoko" sont efficaces, sans plus, et "You know my name" est un OVNI complètement déjanté, qui semble tout droit tiré d'une comédie musicale déconstruite par un metteur en scène fou. Une conclusion un peu plus digne des Beatles. En ce qui concerne les versions alternatives de titres déjà parus par ailleurs, "Revolution" a perdu ses oripeaux folks pour prendre des accents rocks beaucoup plus lourds, "Get back", avec Billy Preston aux claviers, prend un aspect beaucoup plus propre sur elle, et "Let it be" voit son solo de guitare médian transformé. On préférera dans ces trois cas les versions originales. En revanche, "Across the universe", avec ses chants d'oiseaux en introduction et ses discrètes distorsions psychédéliques, prend ici je trouve une petite plus-value "peace and love". Bon, au total, ça ne fait pas un grand disque, mais ça reste quand même indispensable à tout fan des Beatles qui se respecte. Et l'on dit qu'ils sont nombreux...

note       Publiée le dimanche 23 octobre 2005

partagez 'Past masters volume two' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Past masters volume two"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Past masters volume two".

ajoutez une note sur : "Past masters volume two"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Past masters volume two".

ajoutez un commentaire sur : "Past masters volume two"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Past masters volume two".

muffinman › mercredi 21 juin 2006 - 14:34  message privé !
Une de mes préférées a toujours été You Know my Name (Look up the Number) qui servait à l'origine de face B à Let it Be (le 45t) et avec Brian Jones des Stones au saxophone. La partie musicale a été enregistrée en 1967 pendant l'enregistrement de Sgt. Pepper et la partie vocale pendant en 1969 pendant celui d'Abbey Road, uniquement par Lennon et McCartney. Un bon délire. A l'époque, pour des questions de marketing (guéguerre coconne BeatleStones) et surtout de droits, on annonça que le Brian Jones en question n'était pas celui des Stones (l'idée resta tenace : cf les notes de livret). Un court instant, Lennon voulait la sortir en face A avec What's the New Mary Jane ? en face B.
Note donnée au disque :       
Tango Mago › mercredi 5 avril 2006 - 17:29  message privé !
La manne musicale (et financière) que représente le réservoir de 45 tours des Beatles fait l’objet de compilations « ratisseuses » pour le moins dispensables. Si « Past masters » présente l’intérêt d’être quasi exhaustive, elle se révèle une fois encore beaucoup trop large quant à ses choix. On oscille donc en permanence entre pierres précieuses (We can’t work it out, Day tripper, Paperback writer, Rain, Hey Jude…) et ternes cailloux (la liste est trop longue ). Quant à l’année 69, je trouve qu’elle se résume à une succession de titres insipides et bâclés, aussi bien en simple que sur album (Let it be).
Note donnée au disque :