Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBThe Beatles › Let it be

The Beatles › Let it be

cd | 12 titres

  • 1 Two of us
  • 2 Dig a pony
  • 3 Across the universe
  • 4 I me mine
  • 5 Dig it
  • 6 Let it be
  • 7 Maggie Mae
  • 8 I've got a feeling
  • 9 One after 909
  • 10 The long and winding road
  • 11 For you blue
  • 12 Get back

enregistrement

printemps 1969

line up

George Harrison, John Lennon, Paul Mccartney, Ringo Starr

Musiciens additionnels : Billy Preston (piano électrique wurlitzer)

chronique

Styles
pop
rock

Du temps où j'étais au collège, nous faisions régulièrement des "boums", dont l'objectif pour chacun d'entre nous était, plus que de se retrouver entre amis, de pouvoir enfin "rouler une pelle" à la fille de nos rêves. Pour cela, ni la techno-pop pourrie d'"Ace of base", ni le rap métallique engagé de "Rage against the machine" ne convenaient. Non, il nous fallait des slows. Et là, parfois, entre le "Wind of change" de Scorpions et le "Né en 17 à Leidenstadt" de Frédéricks-Goldman-Jones (c'est terrible, les souvenirs), l'un d'entre nous avait la bonne idée de passer "Let it be" des Beatles. Y a pas à dire, ça le faisait bien... preuve supplémentaire, s'il en était besoin, de l'intemporalité de cette musique, qui nous aidait à réaliser nos phantasmes, et qui plus est d'une manière très concrète. Bon, revenons aux choses sérieuses. Même si les titres qui constituent "Abbey road" ont été enregistrés après ceux de "Let it be", "Let it be" est le dernier disque "officiel" des Beatles à être paru, ce qui en fait en quelque sorte le testament du groupe. Hélas, il n'a pas grand-chose à voir avec son illustre prédécesseur dans les bacs. En effet, la plupart de ces titres ont été enregistrés dans les conditions d'un live ; on est donc très loin de l'opéra-rock grandiloquent qui constituait la face B de "Abbey road". En outre, George Martin, le producteur attitré du groupe, déjà responsable de quelques expérimentations fracassantes avec ses quatre poulains en studio, s'est vu privé des bandes par un John Lennon furieux du caractère un peu trop précieux de "Abbey road". Du coup, celui-ci les a confiées à Phil Spector, producteur certes mythique, mais qui aboutit à un résultat nettement moins brillant pour cette dernière livraison. Enfin, la qualité intrinsèque des compositions est loin d'égaler, à mon avis, celle des géniales "Come together", "I want you", "Something", "Here comes the sun"... (bon, vous l'avez compris, j'aime beaucoup "Abbey road"). Et puis, sur "Let it be", il y a les intermèdes inutiles de "Dig it" ou de "Maggie Mae", ce qui finalement porte le nombre de "vraies" chansons à dix. C'est peu, surtout que parmi elles, "Two of us", "For you blue" et ses guitares hawaïennes, ou même "One after 909", qui rapproche le groupe de ses débuts, ne laissent pas de souvenirs impérissables. Restent donc quelques magnifiques titres, hélas privés de l'écrin qui auraient dû être le leur : les accents lyriques et majestueux de "The long and winding road", la ballade planante de Lennon, "Across the universe", la complainte entêtante de George Harrison, "I me mine", et enfin le fameux slow-qui-tue-la-mort de McCartney, "Let it be". Signé d'un autre nom, on eût considéré pour ces seuls titres cet album comme excellentissime, mais on est quand même en droit d'être déçu de la part des démiurges-thaumaturges de la pop, qui avaient pondu précédemment "Rubber soul", "Revolver", "Sgt. Pepper", le Double-blanc et "Abbey road", c'est-à-dire chef-d'oeuvre sur chef-d'oeuvre (le plus incroyable enchaînement de toute l'histoire du rock, si vous voulez m'en croire). C'est le fameux "Get back" qui conclut le disque. Il a été enregistré sur le toit de la maison "Apple" : une sorte de concert improvisé dans la rue en plein centre de Londres. Les passants qui ont entendu de la musique et qui ont levé les yeux, s'agglutinant bientôt en masse, ont dû se pincer pour être sûrs qu'il s'agissait bien des Beatles, là en haut - c'est-à-dire de demi-dieux. A la fin, on entend Lennon qui dit, provoquant le rire des spectateurs : "I hope we've passed our audition" (J'espère que nous avons réussi notre audition). C'est peut-être drôle. C'est en tout cas une bien triste épitaphe pour ce qui restera le plus grand groupe de rock de tous les temps.

note       Publiée le dimanche 23 octobre 2005

partagez 'Let it be' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Let it be"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Let it be".

ajoutez une note sur : "Let it be"

Note moyenne :        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Let it be".

ajoutez un commentaire sur : "Let it be"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Let it be".

Ramon › jeudi 7 novembre 2013 - 21:21  message privé !

Je plussoie, le dernier Macca est foutrement bon, hormis un titre produit par M. Ronson qui vient comme un cheveu sur la soupe, le reste est de haute, voire de très haute tenue.

mangetout › jeudi 7 novembre 2013 - 12:57  message privé !

hé hé, mais c'est vrai qu'il est foutrement bon ce "New"... on parle bien sur, pour ceux qui se poseraient des questions sur notre santé mentale, du dernier album de Paul "Beatle" McCartney.

ellington › mercredi 6 novembre 2013 - 23:47  message privé !

Le dernier disque du groupe est excellent , il s'appelle simplement " new " . Certes , Ringo Starr a été remplacé , et George et John sont absents excusés . M'enfin , c'est bien eux , et ça fait plaisir de retrouver ces bons vieux Beatles à tel niveau .

enslaver_666 › mercredi 20 juin 2012 - 02:34  message privé !

1970 : Le monde de la musique rock entre dans une incroyable effervescence mais le plus grand groupe de son histoire va jouer ses dernières notes. Les Beatles aura été l’histoire d’une seule décennie. Sept ans de carrière, 13 albums. Sept ans d’énergie créative brute qui a entrainé une évolution musicale qu’aucune autre formation ou musicien ne peut se vanter d’avoir accomplie. Les Beatles ont continuellement travaillé leur style et malgré tout, leur public ne leurs a jamais tourné le dos. Je fais parti de ceux qui pense que «Let It Be» représente une triste fin. Sur la pochette, quatre photos individuelles prises dans des contextes différents. Ça représente bien dans quel état était les relations entre les 4 et dans quelles conditions l’album fut enregistré. Musicalement, ça ressemble beaucoup à un mélange entre l’album blanc et «Abbey Road». L’album n’est pas vide en hits. «Across the Universe» nous fait renouer avec le monde délirant de Lennon. «Get Back» est un autre tube pop/rock signé sir Paul. Sans oublier la raison d’être de l’œuvre, l’émouvante «Let It Be», qui a entretenu la réputation de McCartney d’être un génie de la mélodie. Placé à la fin de la l’album, elle aurait été encore plus forte, amenant l’auditeur à faire son deuil. Le reste n’est pas mauvais mais ne permet pas à «Let It Be» d’avoir la même force que ses prédécesseurs. En y pensant bien, la fin rapide des Beatles était inévitable. Autant de talent individuel et d'ambitions ne pouvait s’épanouir en groupe bien longtemps.

Note donnée au disque :       
crygor › mercredi 25 juin 2008 - 09:44  message privé !
4 boules parce que 3 c'est trop sévère. Quand j'écoute ce disque je peux pas m'empêcher de me dire que c'est le dernier. Pour moi il y a une espèce d'ambiance religieuse comme sur les orgues de let it be qui traine sur tout l'album.