Vous êtes ici › Les groupes / artistesJThe Jesus And Mary Chain › Barbed wire kisses

The Jesus And Mary Chain › Barbed wire kisses

cd • 20 titres

  • 1Kill surf city
  • 2Head
  • 3Rider
  • 4Hit
  • 5Don't ever change
  • 6Just out of reach
  • 7Happy place
  • 8Psycho candy
  • 9Sidewalking
  • 10Who do you love
  • 11Surfin'USA
  • 12Everything's alright when you're down
  • 13Upside down
  • 14Taste of Cindy (acoustique)
  • 15Swing
  • 16On the wall
  • 17Cracked
  • 18Here it comes again
  • 19Mushroom (live)
  • 20Bo Diddley is Jesus

line up

Bobby Gillepsie (batterie), Douglas Hart (basse), Jim Reid (chant, guitare), William Reid (guitare, chant)

remarques

chronique

Styles
gothique
rock
Styles personnels
noisy dark rock/ punk wave rock

Évidemment ce disque a été un sale coup pour tous les collectionneurs qui s'étaient rués sur tous les maxis des Jesus and Mary Chain pour se mettre un paquet d'inédits au chaud pour les longues soirées de pluie... Pour les désargentés comme moi, ce fut une bénédiction, 'Barbed wired kisses' compilant nombre de faces B, des chutes de 'Psychocandy' notamment, des inédits, une version live ('Mushroom')... La collection de titres rares n'est pourtant pas la seule qualité de cette compilation ; elle a en effet l'avantage de présenter les diverses facettes du travail des frères Reid à cette époque. On y découvre des titres glauques et délicieusement étouffants aux guitares sales, voir saturées à la limite du larsen, typiques de la période 'Psychocandy' ('Kill surf city', 'Just out of reach'...), d'autres pas forcément plus gais mais moins barrés (l'excellent 'Side walking'), du rock hérité du Velvet Underground et passé à la moulinette du minimalisme punk ('Taste of Cindy', 'Swing'...), des reprises punkoïdes époustouflantes ('Surfin' USA', 'Who do you love' du Bo Diddley auquel les frangins rendent hommage sur une sorte de pastiche 'Bo Diddley is Jesus')... Et le son ! Qu'il est sale, brut, jouissif... un mixage compact, à l'arrache, où les larsens de guitare écrasent la batterie, une basse de plomb, des vocaux fantomatiques qu'on croirait enregistrés dans une cave, une boîte à rythmes au son pourri... On retrouve sur ce disque toute l'atmosphère dépressive du post punk, des petites salles mal éclairées au son naze puant la bière et la fumée, le feeling glauque d'une génération transitoire coincée entre les braises du punk et le fun à outrance des soirées acid house... à se demander si on ne frise pas le best of.

note       Publiée le dimanche 23 octobre 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Barbed wire kisses".

notes

Note moyenne        8 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Barbed wire kisses".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Barbed wire kisses".

Harry Dickson Envoyez un message privé àHarry Dickson

Quel bonheur pour les traumatisés de "Psychocandy". Comme il est dit plus bas, manquait plus que la cover terrifiante de Barrett. Depuis en réédition CD. Ce truc énorme qu'était "Sidewalking" !

Note donnée au disque :       
zugal21 Envoyez un message privé àzugal21

Disparate

Note donnée au disque :       
Seijitsu Envoyez un message privé àSeijitsu

Gloup, ces saligauds ont un gros paquet de face-B sublimes et cette compilation le prouve: c'est clairement un must. Bizarre par contre qu'on ait un intrus, qui n'est autre que le cultissisme et bourrin single Upside Down. C'est d'autant plus étrange qu'on ait pas droit a sa face-B qui n'est autre que Vegetable Man, une reprise du père Barrett, aussi barrée et puissante que l'original.

Note donnée au disque :       
mangetout Envoyez un message privé àmangetout
Trés bien résumé la génération transitoire entre les braises du punk et le fun à outrance des soirées acid-house, j'y étais, j'en sais quelque chose ! Et "Psychocandy" quelle baffe à l'époque, ouah ! Faire un disque aussi crade en pleines années 80, froides et propres au possible fallait oser !