Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDesiderii Marginis › That which is tragic and timeless

Desiderii Marginis › That which is tragic and timeless

9 titres - 55:45 min

  • 1/Worlds apart
  • 2/Still life
  • 3/Secrets of the future past
  • 4/The weight of the world
  • 5/It's a cold trail
  • 6/The love you find in Hell
  • 7/Stolen silence
  • 8/Where I end and you begin
  • 9/Freedom's captive

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Johan Levin, Suède, 2004-2005

line up

Johan Levin (tous instruments)

remarques

Visuels de Victor Kvant (http://www.dreamhours.com)

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
dark-ambient onirique

En voilà un qui ne chôme pas ! 3 mois après le très beau vinyle "The ever green tree" chez Kaosthetik, Johan Levin réapparaît pour sa nouvelle offrande chez CMI au design somptueux. Le LP précédent montrait déjà Desiderii Marginis sous un jour différent, non seulement par un concept plus 'gothique' dans l'esprit (se rapprochant de l'illustration sonore d'un conte) mais aussi musicalement surprenant avec l'utilisation de guitares acoustiques aux accords folk. Ce nouvel opus fait également l'objet d'une thématique basée sur la déclaration du peintre américain Mark Rothko selon laquelle l'art devait tout d'abord traiter de ce qui est tragique et sans repères dans le temps. Pour ainsi dire, Johan Levin réussit véritablement à coller à cette idée en créant un univers musical suspendu au creux d'une ligne de temps, de même que les superbes visuels du digipack n'offrent aucune indication qui permettrait de réperer un lieu ou une époque. En découle ainsi une dark-ambient très limpide, éthérée et mélancolique. L'utilisation quasi-systématique de la guitare acoustique apporte une touche hypnotique et mélodique (bien que très dépouillée et peu développée) au charme évocateur. Le talent du suédois pour amener ses thèmes musicaux tout en crescendo atteint des sommets sur les fabuleux 'Still life' et 'The love you find in hell', et même les nappes semblent revigorées par une approche sonore différentes, débarrassées des références sacrées (trop marquées dans le temps et l'espace) typiques des deux premiers albums, atteignant même les rivages de la space-ambient sur 'It's a cold trail', le morceau qui rappellera aux connaisseurs l'univers vraiment triste de 'Deadbeat'. L'ensemble est très homogène, en adéquation avec le concept, ce qui fait que l'on est ici en présence d'un seul et même morceau chapitré tel un carnet de voyages sur lequel ne seraient noté aucunes dates. 'That which is tragic and timeless' est certainement l'album de synthèse de tous les travaux de Desiderii Marginis, tout en s'éloignant sereinement de la seule référence à Raison D'Être dont on a trop souvent et injustement (au-delà de certaines similitudes) voulu affubler l'oeuvre de Johan Levin. Une avancée plus que notable, pas forcément évidente à la première écoute mais définitivement acquise. Du grand art !

note       Publiée le lundi 17 octobre 2005

partagez 'That which is tragic and timeless' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "That which is tragic and timeless"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "That which is tragic and timeless".

ajoutez une note sur : "That which is tragic and timeless"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "That which is tragic and timeless".

ajoutez un commentaire sur : "That which is tragic and timeless"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "That which is tragic and timeless".

Wotzenknecht › mardi 28 août 2007 - 12:45  message privé !
Très grand cru. Peut-être son meilleur. Passe encore mieux en bouche avec 'The ever green tree' en hors d'oeuvre
Note donnée au disque :       
fascination › jeudi 26 octobre 2006 - 23:23  message privé !
Un des meilleurs albums ambient de ma collection: glacial, majestueux et mélancholique. Grand disque.
Note donnée au disque :       
cyberghost › vendredi 2 décembre 2005 - 23:22  message privé !
Yop, je l'ai enfin chopé, je ne suis pas déçu... Je vais peut-être me faire lapider, mais par instant j'ai l'impression d'y retrouver le feeling mélodique d'un Skinny Puppy, à ses moments les plus oniriques, justement... En tout cas , c'est somptueux...
Note donnée au disque :       
Slugbait › lundi 14 novembre 2005 - 01:34  message privé !
Ouaip, excellent album dans le style CMI, la guitare apporte un plus aux déja tres bonnes composition ambientes, synthé/nappes. Onirique, c'est sur, et assez original dans le style
Note donnée au disque :       
raziel › mercredi 9 novembre 2005 - 13:34  message privé !
Les 2 mp3 font bien envie en tous cas !