Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPraxis › Sacrifist

Praxis › Sacrifist

8 titres - 44:41 min

  • 1/ Stronghold (1:34)
  • 2/ Cold Rolled/Iron Dub (6:22)
  • 3/ Suspension (2:19)
  • 4/ Rivet (5:23)
  • 5/ Deathstar (9:47)
  • 6/ The Hook (6:17)
  • 7/ Nine Secrets (3:16)
  • 8/ Crossing (9:43)

enregistrement

Greenpoint Studio, Brooklyn, New York City, USA, 1993

line up

Buckethead (guitare), Bootsy Collins (basse), Yamatsuka Eye (voix), Bill Laswell (basse, samples, loops), Bernie Worrell (claviers), Andy Hawkins (guitare), Gabe Katz (basse), Ted Epstein (batterie)

Musiciens additionnels : Mick Harris (batterie, voix), John Zorn (saxophone)

chronique

Styles
jazzcore
metal extrême
ovni inclassable
Styles personnels
grinding jazz

Sur "Sacrifist", on ne retrouve pas du tout le caractère plutôt enjoué de "Transmutation". Praxis a décidé pour cette fois de pratiquer lui aussi le terrorisme musical avec la même froideur et le même sérieux qu'un Painkiller ou un Fantômas (on pourrait même dire qu'un titre comme "Stronghold", jusque dans sa durée expéditive, aura inspiré ces derniers). D'ailleurs, le line-up - comme c'est le cas pour Material à chaque nouvelle publication ou presque - n'est plus le même. On retrouve l'axe Laswell/Buckhethead/Collins ainsi que le satellite Bernie Worrell. Mais à la fête participent à présent Mick Harris et John Zorn (avec Bill Laswell dans les rangs, citer Painkiller n'était donc pas purement fortuit), mais aussi Yamatsuka Eye et le groupe Blind Idiot God au grand complet. Tout ça donne, forcément, un album... euh... puissant ! Le ressort bluesy de "Colled Rolled" est attaqué de l'intérieur par la charge commune de Zorn, Eye et Harris, dans un mouvement alternatif finalement des plus prévisibles. "Iron Dub" est une petite pause pas très convaincante avant que le groupe ne redémarre sur les extrêmes "Suspension" et "Rivet". Ce dernier, bien que terriblement efficace, manque singulièrement de variations pour être appréciable pleinement. Mais si c'est du bon gros riff que vous cherchez, du bon, du lourd, alors inutile de vouloir aller trouver son bonheur ailleurs. De cette imposante collection de skuds, "Deathstar", solo de basse à la gloire de Bootsy Collins, sorte de frère siamois dégénéré de "Maggot Brain", coupe l'album dans son élan. Il a pour seul défaut d'être excessivement long, un peu à l'instar de "After Shock" sur l'album précédent où c'était Bernie Worrell qui avait eu l'occasion de briller. Mais le bougre réédite l'expérience avec un tout aussi long "Crossing" qui, lui, referme la marche. Un peu avant, "Nine Secrets" avait tenté de reprendre les choses en main mais si individuellement "Sacrifist" nous délivre quelques titres tord-boyaux comme on en entend rarement, l'aspect particulièrement décousu de l'album déforce son impact général, et fait passer celui-ci du stade de prétendant au disque le plus étrange de l'année à celui de simple curiosité.

note       Publiée le jeudi 13 octobre 2005

partagez 'Sacrifist' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Sacrifist"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sacrifist".

ajoutez une note sur : "Sacrifist"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sacrifist".

ajoutez un commentaire sur : "Sacrifist"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sacrifist".

DesignToKill › mardi 21 octobre 2014 - 16:37  message privé !

C'est tout ce que j'aime !

Note donnée au disque :       
born to gulo › mercredi 11 mai 2011 - 21:30  message privé !

there is no such thing as "trop eighties"

absinthe_frelatée › mercredi 11 mai 2011 - 19:12  message privé !

T'es trop eighties mec.

born to gulo › mercredi 11 mai 2011 - 18:45  message privé !

ciel ! j'ai failli croire, à la première écoute, que laswell avait sorti un bon disque dans sa vie

born to gulo › mercredi 7 juillet 2010 - 12:53  message privé !

belle brochette de fâcheux en effet