Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNeurosis › Through silver in blood

Neurosis › Through silver in blood

cd • 9 titres • 70:40 min

  • 1Through Silver In Blood12:12
  • 2Rehumanize1:46
  • 3Eye5:18
  • 4Purify12:18
  • 5Locust Star5:48
  • 6Strength Of Fates9:44
  • 7Become The Ocean1:27
  • 8Aeon11:44
  • 9Enclosure In Flame10:20

enregistrement

Par Billy Anderson au Brilliant and coast, San Francisco, USA

line up

Dave Edwardson (basse, chant, moog), Scott Kelly (guitare, chant, percussions), Jason Roeder (batterie, percussion), Steve Von Till (guitare, chant, percussions), Noah Landis (claviers, samples, tapes), Pete Inc. (media visuel)

Musiciens additionnels : Martha Burns (violoncelle), Kris Force (violon), John Goff (cornemuse)

remarques

chronique

Styles
post-hardcore
metal extrême
Styles personnels
apocalyptique

À l'époque de sa sortie en 1996, "Through silver in blood" fut loin de faire l'unanimité chez les fans du groupe car l'album semble laisser derrière lui la violence spontanée qui faisait autrefois la force du groupe pour s'orienter vers des contrées plus atmosphériques. L'architecture de la plupart des morceaux surprend par son aspect très cyclique. En fait si la puissance de cet album n'apparaît pas dès les premières écoutes, c'est parce qu'elle sait bien se cacher. En effet, de nombreuses écoutes sont nécessaires pour découvrir les multiples facettes de ces morceaux hyper texturés aux samples omniprésents. L'album recèle quelques joyaux à l'état pur tels que les superbes "Purify", "Aeon" et "Enclosure in flames". Excellent.

note       Publiée le mercredi 26 juillet 2000

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Through silver in blood".

notes

Note moyenne        90 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Through silver in blood".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Through silver in blood".

Tamerlan › vendredi 23 juillet 2021 - 16:04 Envoyez un message privé àTamerlan

Il y a des jours où l'on se demande comment de telles oeuvres ont pu être créées. Comment ont-ils pu sortir coup sur coup (après Enemy of the sun) deux des plus grands albums du XXème siècle dont la puissance désespérée est encore intacte aujourd'hui ? La douleur mise en musique a trouvé en eux ses plus formidables exutoires. Inégalés, et, j'en suis convaincu, inégalables.

Note donnée au disque :       
Chris › mercredi 14 juillet 2021 - 21:52 Envoyez un message privé àChris
avatar

Faudrait que je fasse une "vraie" chronique, digne de ce chef-d'œuvre...

Note donnée au disque :       
nicola › mercredi 25 novembre 2020 - 19:15 Envoyez un message privé ànicola  nicola est en ligne !

Lovecraft, c’était emphatique.
Lustré et explicite, rarement.

zugal21 › mercredi 25 novembre 2020 - 18:40 Envoyez un message privé àzugal21

Pauvre Lovecraft mort dans la misère...

surimi-sans-mayo › mercredi 25 novembre 2020 - 18:20 Envoyez un message privé àsurimi-sans-mayo

Un peu emphatique, lustré et explicite pour du Lovecraft, quand même. Le milieu d'Enemy of the Sun conviendrait mieux je trouve.

edit au bout de 5sec : en fait Lovecraft c'est plein d'emphase aussi...

Note donnée au disque :