Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThyrfing › Thyrfing

Thyrfing › Thyrfing

10 titres - 38:28 min

  • 1. Raven Eyes (3.37)
  • 2. Vargavinter (2.59)
  • 3. Set Sail to Plunder (4.23)
  • 4. Ur askan ett rike (3.04)
  • 5. Celebration of our Victory (4.44)
  • 6. A Burning Arrow (2.50)
  • 7. En döende mans förbannelse (3.35)
  • 8. Hednaland (3.34)
  • 9. Wotan's Fire (4.32)
  • 10. Going Berserk (5.10)

enregistrement

Enregistré au Sunlight Studio en juillet 1997 par Tomzd Skogsberg et Fred Estby.

line up

Thomas Väänänen : vocaux. Patrick Lindgren : guitare. Kimmy Sjolünd : basse. Jocke Kristensson : batterie. Peter Löf : clavier.

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
heavy/black viking metal

Cet album éponyme est le premier effort d’un groupe appelé à devenir l’un des grands de la scène viking metal. Oeuvrant dans un registre heavy/black symphonique, nos Suédois exploitent à fond les possibilités du synthé pour reproduire le lyrisme guerrier qui sied à leur environnement conceptuel – un environnement bien évoqué par une couv’ superbement mytho et romantique à souhait. C’est donc martial comme un défilé du 1er REP, aussi viril qu’une équipe de rugby en rut, mais sans jamais oublier de tendre, au maximum, vers l’emphase, la grandeur, le sens exalté du tragique qui caractérise ce que la musique recèle de meilleur et de plus vrai. C’est d’ailleurs malheureusement là que le bât blesse, car autant Thyrfing sait bastonner et envoyer des grosses rythmiques bien lourdasses – genre gros con de viking qui rentre à moitié bourré dans sa cabane, bien en rogne, l’alcool mauvais, et qui défonce tout ce qui passe à coups de hache –, autant côté emballements lyriques, on reste loin de Nokturnal Mortum. Se trouve néanmoins ici un hymne de toute beauté, « Set Sail to Plunder », véritable bombe d’une puissance dévastatrice, parachevée par un final grandiose. Les deux premières pistes sont très bonnes, avec de grands moments d’élégance ; « Going Berserk », évocation du chamanisme germano-scandinave (la transformation du guerrier en animal sauvage), est également superbe. Le reste, bien que de qualité, ne casse pas trois pattes à un canard. Les mélodies sont parfois un peu simplettes et mal gérées, les structures parfois un brin pataudes. Rien de bien méchant toutefois : cette bonne galette à la graisse de saumon du grand nord passe avec plaisir, la patate est là (me donne faim ces conneries), et l’envie est forte, à l’écoute de cette joyeuse paillardise métallo-païenne, de brandir masses d’armes et chopines d’hypocras en bramant comme... un gros con de viking. Parce que ça fait grave de bien, nom de Thor.

note       Publiée le dimanche 9 octobre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Thyrfing".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Thyrfing".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Thyrfing".

necromoonutopia666 › samedi 18 octobre 2008 - 19:09  message privé !

J'avais entendu un morceau sur une compil de Hrd Rock mag à l'époque. C'était la première fois que j'entendais un truc assimilé à la scène "viking". Ca m'avait bien troué le cul. Alors imaginé quand j'ai entendu "twilight Of the Gods" ou "Eld" et "Frost". Un album vraiment cheap mais très agréable.

Note donnée au disque :       
Anomaly › dimanche 9 juillet 2006 - 14:39  message privé !
Un excellent album de black viking ! Un synthé omniprésent qui fait sans mal voyager l'auditeur depuis le drakkar jusqu'au valhalla. Le son est correct, les compos' sont simples et efficaces, et la meilleure est pour moi "En döende mans förbannelse" =)
Note donnée au disque :       
Nerval › lundi 10 octobre 2005 - 13:33  message privé !
Cool un nouveau chroniqueur, et qui commence directement par du viking black :)
noar › lundi 10 octobre 2005 - 00:06  message privé !
c'est vrai que le peu que j'avais entendu de ce disque m'avait paru un peu lourdeau malgré qq bonnes intentions mélodiques ou épiques mais faisant l'effet d'un pétard mouillé. On aperçoit même pas la puissance évocatrice des grands du genre! En plus niveau grattes, ça sonne plus comme du retro thrash brut. A voir le potentiel sur les suivants...