Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBiosphere › Cirque

Biosphere › Cirque

11 titres - 47:32 min

  • 1/Nook & Cranny
  • 2/Le grand dôme
  • 3/Grandiflora
  • 4/Black lamb & grey falcon
  • 5/Miniature rock dwellers
  • 6/When I leave
  • 7/Iberia eterea
  • 8/Moistered & dried
  • 9/Algae & fungi part I
  • 10/Algae & fungi part II
  • 11/Too fragile to walk on

enregistrement

Ecrit, produit et enregistré pas Geir Jenssen, Tromso, Norvège, 1999-2000

line up

Geir Jenssen (tous instruments)

remarques

chronique

De retour de ses collaborations avec H.I.A. et Deathprod, Geir Jenssen donne 3 ans après sa sortie une suite au sublime 'Substrata'. 'Cirque' joue essentiellement sur des orchestrations assez dépouillées, donnant la part belle aux pulsations des basses. Profondes et preignantes celles-ci enveloppent délicatement les nappes et les boucles très répétitives (un peu à la manière de 'Patashnik') d'une saveur très 'lounge/chill out', entre trip-hop jazzy et nonchalante et electronica minimale. L'intermède 'Moistered & dried' resitue Biosphere dans son ambient basée sur la réalité naturelle environnante, juste à temps pour lancer un 'Agae & fungi part I' dans le sillage d'une drum'n'bass ambient très hypnotique qui se poursuit sur une veine beaucoup plus atmopshérique sur la seconde partie. Encore une fois le norvégien reste fidèle à son microcosme sonore tout en redéfinissant sa propre cartographie de l'ambient, usant de son héritage et ouvrant de nouvelles perspectives.

note       Publiée le vendredi 7 octobre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cirque".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cirque".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cirque".

Dioneo › samedi 6 janvier 2018 - 14:36  message privé !
avatar

Je découvre celui-là - histoire aussi de ne pas en rester à Substrata (que j'ai pas mal écouté) et quelques vagues souvenirs de Shenzhou et/ou Dropesonde (écoutés il y a bien longtemps)... Il a de moments "calmes et glacés" qui me plaisent bien. L'apport des rythmes ne casse pas le truc, pour moi, l'ambiance. Les moments les moins denses - c'est un peu le principe de l'ambient depuis Eno (ou Sati ?) je sais bien, mais ça ne marche pas toujours (chez tout le monde/sur tous les disques, j'entends) - modifient l'environnement sonore (à l'écoute sans casque) en s'y glissant ou en l'absorbant, c'est comme on veut (tout à l'heure je ne sais qui dans l'immeuble jouait du piano pendant Moisten & Dried et... ben c'était bien cool, comme effet). Ah... Et pour ma part pas du tout gêné par le long sample de voix en français. Elle a un côté "casuel", pas joué, pas du texte lu en majesté ou en mystère, juste un mec qui parle, quoi, qui encore une fois colle bien au côté "environnemental" du disque, je trouve. Et j'aime bien son côté parfois très compréhensible/parfois masquée par les autres sons, qui fait que ça ne sonne pas "juste" comme une voix off bonimenteuse pendant une partie de Steep. (Ceci-dit ce disque pourrait tout à fait le faire, passé en jouant à ce truc à la place de la musique intégrée de base au jeu).

nowyouknow › mercredi 4 juin 2014 - 13:01  message privé !

dommage que ça te gâche le morceau parce que musicalement c'est pas la plus dégueu..

Note donnée au disque :       
zugal21 › mercredi 4 juin 2014 - 11:03  message privé !

^^ ça me crispe ...

nowyouknow › mercredi 4 juin 2014 - 10:21  message privé !

Oui, je trouve ça complètement réussi, le mec est intéressant et ça colle à l'ambiance du morceau

Note donnée au disque :       
zugal21 › mardi 3 juin 2014 - 23:45  message privé !

C'est pas sur celui là qu'il y a un sample en français tout naze qui casse l'ambiance ?