Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNocte Obducta › Nektar teil 2 : seen, flüsse, tagebücher

Nocte Obducta › Nektar teil 2 : seen, flüsse, tagebücher

6 titres - 53:15 min

  • 1/ Anis [desihras tagebuch kapitel I] (8:38)
  • 2/ Und Pan Spielt die Flöte [desihras tagebuch kapitel II] (15:53)
  • 3/ Im Siebten Mond [desihras tagebuch kapitel III] (4:52)
  • 4/ Es Flieβe Blut (2:48)
  • 5/ Nektar (7:48)
  • 6/ Atme (13:16)

enregistrement

Maranis Studio, Frühling, Allemagne, mars 2004

line up

Marcel Breuer (guitares, chant), Matthias Rodig (batterie), Torsten Hirsch (chant), Steffen Emanon (claviers), Thomas Fasbinder (guitares), Martin Kesa (basse)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
atmosphérique/black/death

Il ne m'a pas fallu très longtemps pour être littéralement subjugué par la musique de Nocte Obducta. Pompeusement présenté comme un groupe de - je cite - black métal d'avant-garde, j'étais en réalité impatient de faire prendre un bain musical de cette trempe à mes oreilles fièrement décollées quémandeuses de sensations inédites. "Anis", la première pièce d'un mouvement en trois parties qui ouvre leur nouvel album, "Nektar Teil 2", m'a tout de suite captivé : un début mélancolique à souhait aux guitares acoustiques puis on rentre dans le vif du sujet, sur un tempo lourd, avant que ne survienne le déluge de feu tant attendu guidé par une batterie qui martèle ses peaux sans montrer le moindre signe de pitié. La structure du morceau en lui-même, du haut de ces huit minutes passées, est assez étonnante. Sans atteindre la virtuosité de "Calculating Infinity", elle offre des revirements de situation plutôt épatants qui ont leur effet. Assez redoutable je dois dire. Sa seconde partie, "Und Pan Spielt die Flöte", m'a moins emballé, j'avoue, mais n'épargne tout de même personne ; elle régalera en premier lieu les amateurs de charges teutonnes, porté par un chant en parfaite adéquation. Mais on ne va pas s'arrêter en si bon chemin : "Im Siebten Mond", troisième et dernière partie, puis le fulgurant "Es Flieβe Blut" - moins de trois minutes au compteur - nous amènent aux confins du métal extrême, là où thrash, speed, dead et doom se rencontrent. Furieux et jouissif. Avec Nocte Obducta, je ne découvre pas le métal extrême. Je découvre surtout que le genre n'a pas encore tout dit. La plage titre est curieusement la plus conventionnelle du lot (si je puis dire), alors que "Atme" boucle en beauté leur septième album avec une nouvelle longue suite riche en rebondissements. Inutile de se voiler la face plus longtemps, je vais vous le dire tel que je le pense : "Nektar" m'a immédiatement séduit là où des écoutes studieuses et répétées d'Opeth n'ont jamais donné le moindre résultat sur le pauvre hère que je suis. Audacieux, ambitieux, atmosphérique et, ne l'oublions pas, lugubre aussi, Nocte Obducta est mon premier réel coup de coeur métal extrême ! "Nektar Teil 2" étant, comme son titre l'indique, le deuxième tome d'un album du même titre publié en août 2004, j'ai la pressante envie de faire plus ample connaissance avec sa première partie. C'est vous dire...

note       Publiée le vendredi 7 octobre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nektar teil 2 : seen, flüsse, tagebücher".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nektar teil 2 : seen, flüsse, tagebücher".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nektar teil 2 : seen, flüsse, tagebücher".

bob › mardi 20 juin 2006 - 19:30  message privé !
la discographie entière de Nocte Obducta mérite un 6/6 !!!
Note donnée au disque :       
Arno › vendredi 7 octobre 2005 - 22:58  message privé !
A moins que tu aies voulu faire une discrète pichenette au death metal en affirmant qu'il était mort...;)
Arno › vendredi 7 octobre 2005 - 22:48  message privé !
Si quelqu'un d'autre (huhu) lit ta chronique, tu vas te faire enguirlander (pour pas grand chose, il est vrai...)...