Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMerzbow › Sphere

Merzbow › Sphere

  • 2005 • Tzadik TZ 7256 • 1 CD

4 titres - 67:47 min

  • 1/ Sphere, Pt. 1 (9:13)
  • 2/ Sphere, Pt. 2 (15:29)
  • 3/ Sphere, Pt. 3 (13:30)
  • 4/ Untitled for Vasteras (29:35)

enregistrement

octobre-novembre 2004

line up

Masami Akita (réalisation sonore)

remarques

chronique

Ceux qui ont suivi Merzbow dans ses évolutions récentes n'auront pas manqué de le remarquer : le bonhomme a pris un sérieux virage vers une musique plus "sage", moins extrême et iconoclaste mais plus subtile. Selon certains, qui aimaient à le voir sans cesse repousser le mur du son (ainsi que la paroi de leurs tympans), l'artiste japonais aurait perdu en originalité ce qu'il aurait gagné en nuances. C'est à voir. Dans les trois parties de "Sphere", Merzbow mixe (entre autres) des samples d'instruments "normaux", qui viennent s'ajouter à la grêle des ondes radios... Et alors ? Le commencement de cette composition est véritablement extraordinaire : on y entend des percussions traditionnelles japonaises (enfin c'est une hypothèse plausible) qui enclenchent une pulsation de transe tribale, puis le son en est progressivement distordu jusqu'à donner lieu à une explosion cathartique... le tout sur un motif de basse (oui, le son d'une "vraie" basse électrique !), qui fait l'enchaînement sur le second mouvement : sifflements radiophoniques et tambours martiaux reprennent la charge : c'est un peu moins jouissif que la première partie, et pourtant le pouvoir de suggestion de cette seconde phase qui progresse sur un unique et inlassable motif de basse est fascinant. L'auditeur est bientôt noyé sans s'en rendre compte. C'est une sorte de vaudou, de martèlement mystique, la rencontre d'une tradition passée immémoriale et d'une source d'énergie futuriste. Le troisième mouvement est à tendance plus industrielle. On assiste à la construction d'un engin fabuleux (enfin dans mes rêves). Il s'érige peu à peu, en un puissant et terrible motif mélodique (vous avez bien lu), et déchirant. Puis on monte à bord. "Untitled for Vasteras" crépite comme un feu de brindilles sèches, résonne comme le trot d'un cheval sur des pavés, s'enfle et tourbillonne comme une bourrasque de neige... bref je ne vais pas vous décrire le paysage qui défile pendant cette dernière demi-heure, mais le voyage en vaut la peine. Bon, c'est vrai qu'il faut être dans la disposition d'esprit adéquate pour pleinement apprécier cette musique. Mais sans faire un minimum d'efforts, on se prive tout de même de quelques sensations fortes. Quant à moi, après deux premières écoutes dubitatives, je me suis encore laissé piéger. Merzbow doit s'écouter la nuit.

note       Publiée le lundi 3 octobre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sphere".

notes

Note moyenne        20 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sphere".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sphere".

Reflection › jeudi 25 septembre 2008 - 07:32  message privé !

"Untitled for Vasteras" : le LHC en musique ! Enorme !

Note donnée au disque :       
Reflection › lundi 22 septembre 2008 - 21:55  message privé !

Absolument d'accord avec ce qu'a dis solvant ! Untitled for Vasteras est vraiment un titre insondable. Un Voyage qui amène loin, trop loin... Notre âme se fait carbonisé, dissoudre dans ce " bouillon " sonore magmatique. Une sorte de spiral infernal qui nous happe et nous brule a petit feu. Une sorte de retour au source, aux particules élémentaires qui compose la matière. Tout ici n'est que fragments, échos lointains, particules en suspens, grésillements, pulsations primordiales... C'est tout simplement le meilleur titre de Harsh noise que j'ai écouté... Quand au début de l'album je le trouve trés bon, l'empilement des percus est vraiment fascinant ! Sinon c'est vrai que le milieu de l'album est beaucoup prenant... 6/6 rien que pour le dernier titre ! PS: Cycle se rapproche de " Untitled for Vasteras " ? Ou c'est complètement différent ? Si c'est dans le même état d'esprit ça m'intéresse...

Note donnée au disque :       
Solvant › mardi 2 septembre 2008 - 20:43  message privé !
@Blub, Je m'engage personnellement sur "Untitled for Vasteras". Immense & mérite largement l'achat.
Note donnée au disque :       
blub › mardi 2 septembre 2008 - 20:40  message privé !
ça fait un moment qu'il me tente celui-là mais j'hésitais encore un peu sans trop savoir pourquoi (l'absence apparente d'extrême violence que laisse supposer la chro et les com???)... mais là, Solvy fini de tuer le honteux refus d'y jeter une oreille! il a vraiment l'air varié et interresant ce skeud! je vais ratrapper mon erreur sous peu!
Note donnée au disque :       
Solvant › mardi 2 septembre 2008 - 20:07  message privé !
J'aime particulièrement ce disque. Les 2 premières parties sont très riches, très joueuses. La 3e est le maillon du faible, sans réelle surprise. Mais alors quand arrive "Untitled for Vasteras" là, c'est gigantesque. Une turbine de rasoirs sur tous les tons, des invasions d'insectes effrayants, des choses broyées, le réel déchiqueté, pillé jusqu'au trognon. On en sort changé je vous assure. Ce dernier morceau est un des meilleurs de Merzbee, inouï. Je ne vois pas quelle oeuvre du maître l'égale...à part "Cycle". Mais "Cycle" c'est une autre histoire de 'self-dissolvation' privée.
Note donnée au disque :