Vous êtes ici › Les groupes / artistesSPete Sinfield › Still

Pete Sinfield › Still

9 titres - 42:50 min

  • 1/ The Song of The Sea Goat (6:07)
  • 2/ Under The Sky (4:21)
  • 3/ Will It Be You (2:42)
  • 4/ Wholefood Boogie (3:38)
  • 5/ Still (4:48)
  • 6/ Envelopes of Yesterday (6:20)
  • 7/ The Piper (2:51)
  • 8/ A House of Hopes and Dreams (4:09)
  • 9/ The Night People (7:54)

enregistrement

Command Studio, Londres, Angleterre, octobre 1972 - janvier 1973

line up

Greg Bowen (trompette), Boz Burrell (basse), Mel Collins (saxophones alto, baryton et ténor, flûte, céleste), Greg Lake (guitare, chœurs), Chris Pyne (trombone), Peter Sinfield (guitare, synthétiseur, chant), Keith Tippett (piano), John Wetton (basse), Richard Brunton (guitares), Brian Cole (steel guitar), Snuffy (guitare), Don Honeywill (saxophone baryton), Stan Roderick (trompette), Robin Miller (cor anglais), Tim Hinkley (piano électrique), Phil Jump (piano, piano électrique, orgue Hammond, glockenspiel), Steve Dolan (basse), Min (batterie, percussions), Ian Wallace (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Tous les membres de King Crimson passés, présents et à venir ont, tôt ou tard, fait quelque chose de leur carrière solo. Tous. Même leur parolier, Pete Sinfield. Resté proche ami de Greg Lake pour qui il signa les textes de "Brain Salad Surgery", c'est donc en toute logique qu'on le retrouve sur son label, Manticore. "Still" est un album agaçant car les quelques bons moments qu'il propose sont gâchés par d'autres franchement dispensables. "Will It Be You", "Wholefood Boogie", et dans une moindre mesure "Envelopes of Yesterday", sont les titres qui foutent littéralement l'album en l'air. Placés au coeur du disque, ils en plombent d'autant plus l'atmosphère. Ces compositions, tirant dans le pire des cas vers une forme de country vaseuse, slide guitar à l'appui, ont en réalité plus leur place dans les premiers Peter Sarstedt ; d'ailleurs, dans ces moments-là, le chant de Sinfield lui est particulièrement proche. Et c'est vraiment regrettable, car, magré les réserves que l'on peut émettre à l'égard de son chant, "Still" nous offre quelques plages de toute beauté, aux ambiances singulières, pastorales et romantiques ("The Piper" ou la plage titre). C'est surtout le cas pour le magnifique "The Song of The Sea Goat" à la larmoyante progression, la plus belle chanson du disque. Pour le reste, les parties de saxophone de Mel Collins confèrent à certains titres un petit côté Roxy Music pas désagréable ("A House of Hopes and Dreams") alors que "The Night People" veut conclure l'album en apothéose sur sa touche jazz la plus connotée, entre les errances de grand orchestre de Keith Tippett et la passionnaria canterburienne de Soft Machine. Quant à sa version au demeurant très réussie de "Under The Sky", elle jetera à sa façon le trouble sur la paternité du matériel des premiers Crimson. Attention, l'édition cd sur Voiceprint en 1993, et intitulée "Stillusion", comprend l'intégralité de cet album, mais dans un ordre de plages différent, ainsi que trois inédits qui auraient du figurer sur son second album jamais terminé.

note       Publiée le dimanche 25 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Still".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Still".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Still".