Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCircle › Guillotine

Circle › Guillotine

12 titres - 75:15 min

  • 1/ Metsän Henget (10:34)
  • 2/ Harva Maa (5:28)
  • 3/ Päätön Mies (3:12)
  • 4/ Ojaa Pitkin (2:33)
  • 5/ Teräskylpy (12:19)
  • 6/ Majakkasaari (2:23)
  • 7/ Saapuvat Ne Mereltä (4:20)
  • 8/ Syvä (2:44)
  • 9/ Salar Opi (7:26)
  • 10/ Armo (5:34)
  • 11/ Alta Rautatammien (15:18)
  • 12/ Takaisin (3:24)

enregistrement

Laserstudio, Pori, Finlande, juillet 2003

line up

Janne Westerlund (chant, guitare, percussions, claviers), Mika Rätto (claviers, percussions, chant), Tomi Leppänen (percussions, batterie), Jussi Lehtisalo (guitares, percussions, chant)

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
progressif
Styles personnels
néo psychédélique

Après la semi déception de "Alotus", "Guillotine" célèbre le retour de Circle à des affaires plus sérieuses : trois longues plages tripantes aux beats entêtants, avec parfois ce chant incantatoire inimitable ("Metsän Henget"), perdues au milieu d’un champ d’improvisations plus chaotiques à la restitution sonore volontairement brouillon et tournées souvent vers l’acoustique, entre Beefheart et Tom Waits (les percussions casseroles, les accords foireux et les grommellements de circonstance qui charpentent des titres comme "Harva Maa" ou "Saapuvat Ne Mereltä") L’héritage allemand, de Can à Guru Guru, étant, lui, plus que jamais, indubitable. Il y a en fait tellement peu d'enjeu à chaque publication d'un de leurs disques que les tendances suicidaires exprimées sur ce "Guillotine" de circonstance paraissent finalement plutôt bien venues. Ça expérimente à tout va, dans un plasma sonore bordélique qui rappele les pièces les plus improbables de "Hissi". Mais cette fois les bidouillages électroniques ont été mis au placard ; on s'amuse avec les bandes, on les triture, on les malmène. À manipuler, la musique n'est rien d'autre qu'une matière comme les autres. C'est sûr, ça peut fatiguer su la longueur ; ainsi, les titres coincés entre le lobotomisant "Teräskylpy" et "Alta Rautatammien" (qui se souvient du "Riders on the Storm" des Doors) donnent le sentiment d'un long passage à vide, "Salar Opi" n'étant, ni plus ni moins, qu'un titre passé au ralenti. Alors, oui, "Guillotine", c'est certain, prend plus de risque que "Alotus". Circle redevient ce groupe audacieux et courageux, ne serait-ce que dans leur choix artistique qu'ils assument pleinement. Néanmoins, on aura du mal à considérer cette nouvelle livraison comme une de leurs oeuvres les plus essentielles. Une chose est sûre, le curieux ne devrait pas commencer son exploration du territoire Circle sur ce sentier dangereux, mais il pourra y retourner à loisir lorsqu'il aura usé ses semelles sur d'autres de leurs chemins accessibles à tous. Encore faut-il les trouver...

note       Publiée le jeudi 22 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Guillotine".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Guillotine".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Guillotine".