Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThe Streets › Original pirate material

The Streets › Original pirate material

14 titres - 47:24 min

  • 1/ Turn the Page (3:15)
  • 2/ Has It Come to This ? (4:05)
  • 3/ Let's Push Things Forward (3:51)
  • 4/ Sharp Darts (1:34)
  • 5/ Same Old Thing (3:22)
  • 6/ Geezers Need Excitement (3:46)
  • 7/ It's Too Late (4:11)
  • 8/ Too Much Brandy (3:02)
  • 9/ Don't Mug Yourself (2:40)
  • 10/ Who Got the Funk ? (1:50)
  • 11/ The Irony of It All (3:30)
  • 12/ Weak Become Heroes (5:33)
  • 13/ Who Dares Wins (0:35)
  • 14/ Stay Positive (6:17)

enregistrement

Angleterre, 2001-2002

line up

Mike Skinner (production, beats, mc), Jacqueline Rawe (chant), Calvin Bailey (chant), Kevin Mark Trail (chant), Matt Robertson (claviers)

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
2-step

Est-ce que la présence de The Streets sur Guts of Darkness va provoquer un tollé général ? En dépit de son côté dansant, attribuable à ses côtés 2-Step/Garage House les plus marqués ("Has It Come to This ?"), "Original Pirate Material" mérite pleinement à mon sens de figurer dans nos colonnes, ne serait-ce que parce qu'il a modestement introduit un changement profond dans une musique de club qui n'était pas appelée à une telle couverture médiatique. C'est vrai, on a beaucoup parlé de The Streets en 2002 et le succès qu'ils ont rencontré, grâce à leur fabuleux single "It's Too Late", me semble tout à fait mérité. L'accent cockney de Mike Skinner a fait beaucoup sourire mais il est un des éléments primordiaux qui définissent la musique de The Streets. MJ Cole et dans une moindre mesure Nitin Sawhney et Talvin Singh pourront encore continuer à faire glousser pendant longtemps leur armée de divas sur leurs titres millimétrés, ils resteront toujours à l'écart de la réalité de la rue que Skinner développe ici avec une sincérité qu'on ne peut pas remettre en cause. Un flow rap franchement marrant à la première écoute, puis rapidement irrésistible sur les suivantes. Un uptempo 2-Step hérité de la jungle, comme sur "Don't Mug Yourself" malgré sa ligne de basse ridicule, qui dicte les débats et fait taper du pied avant même qu'on ait seulement commencé à s'en rende compte. Et enfin des samples réduits au minimum syndical, remplacés au pied levé par des nappes de claviers et autres filets de violon apportant cette note dramatique prise pourtant avec un détachement salutaire ("Turn The Page", "Same Old Thing", "Weak Become Heroes", "Stay Positive"). Malgré le côté trop léger affiché par quelques uns de ces titres, "Original Pirate Material" a introduit à sa manière le concept du sombre et de l'expérimental dans la musique de danse. Alors, The Streets sur Guts of Darkness ? Oui, trois fois oui. Faithless, Ace of Base, The Fugees et Elvis Presley passeront leur chemin... ou je rends mon tablier.

note       Publiée le vendredi 16 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Original pirate material".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Original pirate material".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Original pirate material".

shinjuku thief › dimanche 29 novembre 2009 - 20:44  message privé !

No 1 album of the decade for The Guardian .....

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › vendredi 8 août 2008 - 12:05  message privé !
Album assez sympa mais ce n'est pas ma tasse de thé. "Weak Become Heroes" est cependant très jolie. A quand la chronique du disque suivant ?
Note donnée au disque :       
The Gloth › mercredi 28 mai 2008 - 13:22  message privé !
Très bon album. Les textes sont franchement marrants (mention spéciale à "The Irony of it all" et à "Too much Brandy").
Note donnée au disque :       
Tomas Chatterton › dimanche 18 septembre 2005 - 18:39  message privé !
nul et over has been
Note donnée au disque :       
Slugbait › samedi 17 septembre 2005 - 13:15  message privé !
Voila ce que c'est, de parler rock avec un fan de progressif... tss tsss