Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAA Tribe Called Quest › Beats, rhymes and life

A Tribe Called Quest › Beats, rhymes and life

  • 1996 • Jive 7243 8 42547 2 8 • 1 CD

15 titres - 51:31 min

  • 1/ Phony Rappers (3:35)
  • 2/ Get a Hold (3:35)
  • 3/ Motivators (3:20)
  • 4/ Jam (4:38)
  • 5/ Crew (1:58)
  • 6/ The Pressure (3:02)
  • 7/ 1nce Again (3:55)
  • 8/ Mind Power (3:55)
  • 9/ The Hop (3:27)
  • 10/ Keeping It Moving (3:38)
  • 11/ Baby Phife's Return (3:18)
  • 12/ Separate/Together (1:38)
  • 13/ What Really Goes On (3:23)
  • 14/ Word Play (2:59)
  • 15/ Stressed Out (4:57)

enregistrement

Battery Studios, New York City, USA, 1995

line up

Ali Shaheed Muhammad (platines), Phife Dawg (mc), Q-tip (mc), Pasemaster Mace (platines), Consequence (featuring), Mase (featuring), Tammy Lucas (featuring), Faith Evans (featuring), Rashad Smith (instrumentation)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
native tongue

À l'instar du pourtant très réussi "Buhloone Mindstate", un des albums les plus mésestimés de leurs potes De La Soul, "Beats, Rhymes and Life" a tout d'abord souffert d'un timing inapproprié. En effet, son défaut principal est peut-être bien celui d'être apparu à une époque où les oreilles des amateurs concernés furent exposées à un nombre tellement imposant de nouvelles références - le Wu-Tang s'installant de manière durable et significative dans le paysage hip hop - que Q-Tip, Phife et Ali passaient du coup pour de vrais dinosaures... Trois longues années séparent "Midnight Marauders" de ce quatrième album, et pour un groupe comme A Tribe Called Quest, c'est là un délai beaucoup trop long à négocier. Pourtant, fondamentalement, leur nouveau disque ne fait que prolonger la route tracée depuis "The Low End Theory". À ceci près qu'il n'est pratiquement plus question de samples. Il y en a, bien entendu, mais la charpente du disque repose désormais sur les épaules du co-producteur Rashad Smith qui épouse idéalement les inclinaisons jazzistiques de leurs efforts précédents. Et c'est une bonne initiative, même si imposée par les circonstances, car Shaheed Muhammad paraît en méforme, rarement inspiré, allant même jusqu'à piocher ses scratches du côté de James Brown ou Kool & The Gang, références usées jusqu'à la corde. Heureusement Mace, de De La Soul, sauve les meubles... quant il le peut. Sur cet album, on entend déjà aussi les premières concessions, bientôt fatales, à un R'n'B tout puissant ; les featuring de Tammy Lucas sur "1nce Again" ou encore "Stressed Out" en compagnie de Faith Evans préparent le terrain à "The Love Movement" et la mise en parenthèse définitive du trio. À l'heure du bilan, on dira de "Beats, Rhymes and Life" qu'il n'est pas à la hauteur de l'attente suscitée. On en retiendra néanmoins le battle "Phony Rappers", le noir et expéditif "Crew" où A Tribe Called Quest se montre toujours aussi engagé, "World Play", mais aussi le plus incisif "Baby Phife's Return", entre Cypress Hill et Public Enemy...

note       Publiée le mercredi 14 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Beats, rhymes and life".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Beats, rhymes and life".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Beats, rhymes and life".

dariev stands › mardi 27 janvier 2009 - 16:45  message privé !
avatar

bon, pour ceux qui aiment J Dilla (co-producteur de ce skeud), checkez le dernier post de ce topic : http://www.gutsofdarkness.com/god/forum.php?page=4&sujet=11210

et écoutez mon émission de demain...

Uhu › vendredi 1 février 2008 - 01:02  message privé !
Y'a un rapport avec le Beats, noise and life de guilty connector?