Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAA Tribe Called Quest › People's instinctive travels and the paths of rhythm

A Tribe Called Quest › People's instinctive travels and the paths of rhythm

  • 1990 - Jive, ZD74548 (1 cd)

cd | 14 titres

  • 1 Push It Along [7:42]
  • 2 Luck of Lucien [4:32]
  • 3 After Hours [4:39]
  • 4 Footprints [4:00]
  • 5 I Left My Wallet in El Segundo [4:06]
  • 6 Pubic Enemy [3:45]
  • 7 Bonita Applebum [4:11]
  • 8 Can I Kick It? [4:52]
  • 9 Youthful Expression [4:01]
  • 10 Rhythm [devoted to the art of moving butts] [3:33]
  • 11 Mr.Muhammad [5:27]
  • 12 Ham'n'Eggs [3:54]
  • 13 Go Ahead in the Rain [3:54]
  • 14 Description of a Fool [5:41]

enregistrement

Calliope Studios et Dumb DJ Towha's Dew Drop Inn, New York City, USA, 1989

line up

Ali Shaheed Muhammad (platines), Phife Dawg (mc), Q-tip (mc)

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
native tongue

Alors que l'Amérique du Nord ne pouvait plus rien faire pour retenir un courant hip hop de plus en plus important, ne serait-ce que face au nombre conséquent d'artistes qui émergeaient mois après mois, l'Europe, elle, résistait envers et contre tout. À part RUN DMC et les Beastie Boys, ou Public Enemy dans les cercles les plus fermés, les seuls qui jusqu'alors avaient réussi à percer une brêche dans nos défenses, il semblait lointain le jour où le rap viendrait s'implanter durablement dans nos contrées. Pourtant, ce jour arriva bien assez tôt et un courant unique allait désserrer les mâchoires des plus méfiants... C'est la Native Tongue dont les trois représentants majeurs sont De La Soul, les Jungle Brothers et le collectif A Tribe Called Quest. Pour les blanc-becs que nous sommes tous, on résumera la Native Tongue au mouvement flower pop que vécurent nos parents à l'aube des années soixante dix. Une attitude définitivement cool, positive, qui contraste fondamentalement avec le côté le plus hardcore du rap, mais une recherche musicale qui s'aventure bien plus loin que les beats sommaires prodigués jusque là. Ça délire à tout va avec des nappes de synthé qui vrillent, des chorales de crapauds au milieu de "After Hours", ça joue même les espagnolades boîteuses sur "I Left My Wallet In El Segundo", le tout avec un penchant certain pour les samples jazz qui vont aller en croissant. Et puis il y a les flows de Phife et Q-Tip, "very soothing" comme on dirait en anglais, sur une rythmique downtempo qui va à contre-courant des tendances d'alors. C'est clair, en comparaison au "3 Feet High and Rising" publié par leurs comparses De La Soul un an plus tôt, l'aspect le plus expérimental de "People's Instinctive Travels and The Paths of Rhythm" paraît plutôt timide. C'est en réalité un premier album fort sympathique qui a pour objectif premier d'injecter du sang neuf dans l'idiome hip hop, d'installer de façon durable de nouvelles perspectives pour un mouvement musical qui connaît ses propres ratés (Vanilla Ice, Mc Hammer).

note       Publiée le mercredi 14 septembre 2005

partagez 'People's instinctive travels and the paths of rhythm' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "People's instinctive travels and the paths of rhythm"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "People's instinctive travels and the paths of rhythm".

ajoutez une note sur : "People's instinctive travels and the paths of rhythm"

Note moyenne :        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "People's instinctive travels and the paths of rhythm".

ajoutez un commentaire sur : "People's instinctive travels and the paths of rhythm"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "People's instinctive travels and the paths of rhythm".

nowyouknow › dimanche 24 mars 2019 - 02:04  message privé !

J'voyais plus le primo déifié tiens. En tout cas moi j'étais au premier rang dans sa paroisse à une époque mais m'en suis pas mal écœuré à la longue. Ça dépend du public j'imagine, j'ai peut être sous estimé le rayonnement de Guru. C'est vrai qu'il est mort, et Nate Dogg à la même époque je crois. Ça m'avait fait quelque chose. Prodigy aussi. Surement un truc lié à l'adolescence. Bon il est tard.

Note donnée au disque :       
dimegoat › samedi 23 mars 2019 - 18:26  message privé !

Non lo so. J'ai vu Premo en concert et ai entendu un type derrière moi dire: "t'imagines, ce gars-là a connu Guru!". Pour le public lambda, le MC passe devant tout le reste, y compris avec un type aux platines qui a le son le plus reconnaissable de l'histoire du rap. Il faudrait que les Inrocks fassent un sondage.

nowyouknow › samedi 23 mars 2019 - 15:13  message privé !

Il me semble que ATCQ est plus largement écouté et davantage encensé que Gang Starr. Mais oui Guru en solo est sur le même créneau de respectabilité jazzy. Même cumulé avec l'aventure Gang Starr il a peut être pas la même aura quand même que Q-Tip et sa clique non ? En tout cas avec Premier c'est quand même plus brut et foufou..

Note donnée au disque :       
dimegoat › samedi 23 mars 2019 - 11:46  message privé !

C'est bizarre, Guru a clairement la même aura que Q-Tip, y compris dans le public hip-hop respectable (grâce à Jazzmatazz plus que Gang Starr cela dit)

nowyouknow › samedi 23 mars 2019 - 10:36  message privé !

J'en connais un pour qui Q-Tip est la quintessence du rappeur, moi je le trouve mignon comme un Warren G. C'est un fait, j'ai jamais lu autant d'éloges unanimes pour un groupe de rap qu'avec A Tribe Called Quest. A une époque j’avais l'impression qu'ils récoltaient les louanges que Gang Starr méritaient. Pourtant z'étaient jazz eux aussi, mais y'avait écrit "hip hop" en trop gros un peu partout alors que ATCQ reste la quintessence du rap jazzy cooooool, loin des ""clichés"" tout ça. Bon, ils sont derrière l'un des morceaux les plus grassement anti-gay jamais sorti... Mais il est jamais sorti justement, ça aide. J'ai peut être un peu de mal à m'enthousiasmer sur le flow de Q-Tip ou à placer ça directement au panthéon mais je les aime bien quand même. Cet album est bon pour le coup, un peu chiant quand même, mais bon.

Note donnée au disque :