Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBRodolphe Burger › Meteor Show

Rodolphe Burger › Meteor Show

cd • 13 titres • 55:24 min

  • 1High Tech2:39
  • 2Unlimited Marriage II5:30
  • 3Play with Fire4:50 [reprise des Rolling Stones]
  • 4Télévision4:40
  • 5Huit Couché3:39
  • 6Long Legged Fly4:30 [poème de Yeats]
  • 7Petit Vagabond2:59 [poème de William Blake]
  • 8Mona4:09
  • 9Cheval Jungle4:53
  • 10Moonshiner4:01 [reprise d'un standart folk du même nom]
  • 11L'Homme Usé4:37
  • 12Hey, Baby5:12 [reprise de Jimi Hendrix]
  • 13Kimono3:45

enregistrement

Klein Leberau Studios, Park an Ivern Studios , Rue du Fil, Studio de La Mare, Gang Studio, ICP Studio, 1997

line up

Rodolphe Burger (chant, guitare, claviers, koto), Marco De Oliveira (basse, harmonica, mandoline), Arnaud Dieterlen (batterie), Léna Burger (chant), Vincent Pierrens (basse, claviers), Doctor L. (batterie, basse, fantômes télévisuels)

remarques

chronique

Styles
blues
electro
trip hop
Styles personnels
chanson française

Je ne suis pas vraiment client de chanson française. Les chansons à textes, surtout quand c'est pour raconter des trucs sans intérêt, très peu pour moi... Oui, les anglo-saxons en sont capables aussi, mais il est beaucoup plus difficile, vous en conviendrez, d'échapper au sens, même implicite, de sa propre langue maternelle... Il est par contre un langage universel, la musique, qui m'intéresse bien plus, capable de véhiculer des émotions très contrastées, laissant - et c'est le plus important - une porte ouverte à une interprétation plus libre, à l'abri de toute influence extérieure. Les quelques artistes hexagonaux qui sont parvenus à m'intéresser étaient justement arrivés à développer d'abord leur propre mode d'expression, en se détachant du sens imposé par la langue, mais aussi leur propre univers musical qui, généralement, en terme de production, reste malgré tout fort rattaché à la tradition anglo-saxonne, sans que l'on puisse s'imaginer un seul instant que ce soit quelqu'un d'autre qu'un français pour donner naissance à ce type de musique. Ainsi, avec Bashung, Rodolphe Burger vient confirmer que si l'Alsace est un vivier de talents aux prétentions internationales, c'est parce que cette région ne se trouve pas par hasard au carrefour de plusieures identités culturelles différentes. "Meteor Show" est le second album solo du guitariste de Kat Onoma. Publié en 1998, il prend pour ainsi dire le contrepied de "Cheval Mouvement" ; un blues à la modernité troublante rehaussé par la production adéquate de Doctor L. (Assassin). Une plongée en apnée dans un monde nocturne et inquiétant où poésie surréaliste, guitares crades portées sur les dissonances et rythmiques électro, entre trip hop et jungle ("L'Home Usé"), font mouche, au point de même transfigurer des titres des Stones, Dylan ou Hendrix ("Play with Fire", "Moonshiner", "Hey, Baby") ! Donc, si vous voulez prolonger l'expérience "Samuel Hall", vous savez dès à présent quel nouveau disque vous avez à mettre en tête de votre prochaine liste d'achats...

note       Publiée le samedi 10 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Meteor Show".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Meteor Show".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Meteor Show".

Lord Tom › lundi 27 avril 2009 - 03:31  message privé !

Burger a quand même le don pour créer des ambiances hypnotiques, entre Meteor show ou Far from the picture, c'est un moment mémorable la découverte d'un titre comme La chambre par ex, Pour vous servir d'acolyte j'aurais mon parapluie qui sait?

mangetout › dimanche 26 avril 2009 - 19:09  message privé !

ha ha sacré Solvy, j'aime bien l'ambiance que tu peints qui colle bien à ce disque dont le "Play with fire" reste mon préféré, blues post-nucléaire diablement efficace.

Solvant › dimanche 26 avril 2009 - 18:59  message privé !

Voilà, tu rentres d'une soirée Noise, il est 3h15, t'as tes oreilles irisées, t'es quasi mort mais ta tension artérielle frise tes poils et t'empêche de retrouver le paradis perdu du Lac-sans-rides ? Tu veux continuer à voyager. Alors tu mets du trip-hop. Pas n'importe lequel, celui qui va plaire à la meuf que t'as chopé. Elle est trop déf' pour piger les paroles surréalistes, et t'es trop défait pour t'occuper d'elle t'façons. Pas grave, toi seul tu sais, tu vas t'éffondrer dans le fauteuil, tel un dandy. Tu t'endors avec cette voix qui parle de la chute interminable des corps et des rubans velours.

Note donnée au disque :       
M-Atom › mercredi 22 avril 2009 - 20:50  message privé !

une entité musicale sombre qui gravite seule, loin au dessus du reste. je vais peut être blasphemer en la comparant a "l'imprudence"...mais dans l'esprit je trouve que ces deux albums on quelque chose en commun.

Note donnée au disque :       
boumbastik › samedi 26 avril 2008 - 21:45  message privé !
Les melodies sont comme diluées, étouffées. Rodolphe Burger suspend les ambiances.
Note donnée au disque :