Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCaravan › For girls who grow plump in the night

Caravan › For girls who grow plump in the night

  • 2001 • Deram UICY-9060 • 1 CD

10 titres - 45:07 min

  • 1/ Memory Lain, Hugh / Headloss (9:14)
  • 2/ Hoedown (3:18)
  • 3/ Surprise, Surprise (4:05)
  • 4/ C'thlu Thlu (6:12)
  • 5/ The Dog, the Dog, He's at it Again (5:38)
  • 6/ Be All Right / Chance of a Lifetime (6:35)
  • 7/ L'Auberge du Sanglier / A Hunting We Shall Go / Pengola / Backwards / A Hunting We Shall Go [reprise] (10:05)

enregistrement

Chipping Norton Studios, Londres, Angleterre, décembre 1972 - janvier 1973

line up

Paul Buckmaster (violoncelle), Tony Coe (clarinette, saxophone ténor), Richard Coughlan (batterie, percussions, timbale), Jimmy Hastings (flûte), Pye Hastings (chant, guitare électrique), Rupert Hine (synthétiseur), Henry Lowther (trompette), John G. Perry (basse, chant, percussions), Chris Pyne (trombone), Geoff Richardson (violon), Frank Ricotti (congas), Barry Robinson (flûte, piccolo), David Sinclair (claviers), Pete King (flûte, saxophone alto), Harry Klein (clarinette, saxophone baryton), Jill Pryor (voix), Tom Whittle (clarinette, saxophone ténor)

remarques

Cette édition remastérisée comprend 12 titres en tout, comprenant une série de prises alternatives : "Memory Lain, Hugh / Headloss" (9:18), "No! [aka Be Alright]" (5:09), "Waffle [Chance of a Lifetime]" (5:09), "He Who Smelt It Dealt It" (4:42), "Surprise, Surprise" (3:15) et un inédit, "Derek's Long Thing" (10:57), portant la durée de l'album à 78:43
Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Voici sans doute l'album de Caravan esthétiquement le plus proche du genre progressif, bien qu'il soit important de souligner qu'il ne reste ici pour ainsi dire quasiment plus rien des caractéristiques liées au style Canterbury qui l'avait vu naître. Certes, David Sinclair est de retour au bercail - mais dans la souffrance - et cela s'est joué à peu de choses alors que le groupe ne s'en sortait plus dans son jeu des chaises musicales, au point que cela a bien failli tourner en eau de boudin... Le Caravan nouveau ne compte plus dans ses rangs que les frères Hastings et le batteur Richard Coughlan, l'ancien Sinclair chassant l'autre, parti fonder Hatfield and The North... À leurs côtés, des tas de nouveaux arrivants dont l'élément le plus remarquable est sans conteste le violoniste Geoff Richardson. Ses interventions mesurées confèrent au disque son identité si particulière, ses points culminants étants "Be Alright / Chance of a Lifetime" et bien sûr la longue suite instrumentale, "L'Auberge du Sanglier", avec orchestration symphonique, cordes, cuivres et tout et tout, véritable apothéose de cet album. Si les trois premiers Caravan possèdent une homogénéité irréprochable, c'est sur "For Girls Who Grow Plump in the Night" que le groupe se met le plus en danger. Il essaye des choses, et pas toujours du meilleur goût, nous délivrant une première face relativement atroce ("Surprise, Surprise" ou "Hoedown", quand même mieux que le titre homonyme signé ELP). Je comprendrais pafaitement que cette entrée en matière assez désastreuse puisse en décourager plus d'un, mais la qualité des fantastiques titres évoquées plus haut, auxquels j'adjoins encore "C'thlu Thlu" et "Memory Lain, Hugh / Headloss", justifient un tel sacrifice. Dommage que les meilleures plages de ce disque n'aient pas été couplées aux meilleurs titres de "Waterloo Lily" ("Nothing At All", "The Love in Your Eye" et la plage titre), sans quoi nous aurions tenu là, entre nos mains fébriles, sans doute la plus belle réalisation de Caravan.

note       Publiée le vendredi 9 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "For girls who grow plump in the night".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "For girls who grow plump in the night".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "For girls who grow plump in the night".

MenthiX › mercredi 28 mars 2012 - 11:40  message privé !

Album vraiment fascinant.

Au passage, il est important de noter que nos petits Caravan se sont bien inspiré chez Soft Machine. Car oui, dans Third, sorti 3 ans plus tôt, on peut déjà entendre une partie de l'Auberge du Sanglier dans Slightly All The Time. Un vrai bonheur pour l'oreille !