Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTortoise › Standards

Tortoise › Standards

  • 2001 • Warp WARPDCD81 • 1 CD

cd • 10 titres • 44:18 min

  • 1Seneca6:20
  • 2Eros4:26
  • 3Benway4:46
  • 4Firefly3:56
  • 5Six Pack3:11
  • 6Eden 22:08
  • 7Monica6:30
  • 8Blackjack4:07
  • 9Eden 12:36
  • 10Speakeasy6:18

enregistrement

Soma Electronic Music Studios, Chicago, Illinois, USA, 2000

line up

Dan Bitney (programmation, percussions), John Herndon (programmation), Douglas McCombs (basse), John McEntire (batterie, percussions), Jeff Parker (guitare)

remarques

chronique

Styles
electro
post rock
rock alternatif
Styles personnels
post rock

Pour leur quatrième album studio officiel, Tortoise débarque sur Warp ! On se dit que ça va faire mal... Et ça fait mal ! Mais pas comme on aurait pu s'y attendre... "Standards" est un album revêche ; sa production oublie volontairement la brillance et la précision de leurs travaux passés. Leur confidentiel EP en compagnie de The Ex y serait-il pour quelque chose ? Les rythmiques - la colonne vertébrale de l'aventure Tortoise, pour rappel - se pourrissent de distorsions diverses et de saturations boîteuses, mimants la scène abstract electro ou hip hop ("Eden 2") avec les moyens du bord. Un comble que le groupe de Chicago veuille se la jouer tendance puisque jusqu'ici, la tendance, ils étaient les seuls à pouvoir la manipuler à leur guise. En voulant se frotter à une esthétique peu commune, Tortoise a trahi le vide qui a, la plupart du temps, toujours entouré ses compositions. Compte tenu de l'équilibre précaire qui cimente leur musique, changer la forme sans toucher au fond était une opération périlleuse, et le résultat gravé sur ce disque ne fait hélas pas souvent illusion. Il y a bien quelques bonnes idées (dispersées un peu partout, on retrouve des tas de références à John Barry, à l'hymne américain façon Hendrix, au "In a Silent Way" de Miles Davis, voire même au progressif made in Gentle Giant, comme sur "Benway"), mais elles finissent par grossir le trait d'une oeuvre qui, dans son ensemble, est, certes cohérente, mais vide et dépourvue du moindre objectif. Il est difficile de retenir quoi que ce soit de mémorable ou digne d'intérêt dans cette suite - heureusement assez courte - de mornes pistes rythmiques qui attendent d'être terminées. Tortoise veut sonner actuel, et y parvient ; mais il oublie au passage de conférer à ses titres leurs réelles dimensions, leurs réelles profondeurs. Malgré l'aspect chaotique mis en avant par l'agressivité nouvelle de ce son faussement synthétique, les dix pièces de "Standards" sont souvent trop linéaires. La vraie surprise, c'est que Tortoise ne surprend plus.

note       Publiée le mercredi 7 septembre 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Standards" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Standards".

notes

Note moyenne        9 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Standards".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Standards".

(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Oh les beaux jours ! C'est le moment de ressortir l'exotica-dubbée post-rockiste de Tortoise.

Note donnée au disque :       
Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Effet inverse, au trabendo, y a des années ; The Ex c’est pas la même chose, c’est beaucoup plus agressif, pointu, de ce que j’ai vu et entendu. Là c’était un groupe éthiopien qui ouvraient pour The Ex. À Feyzin je crois. Ça allait bien ensemble.

bubble Envoyez un message privé àbubble

le groupe le plus soporifique qu'il m'ai été donné d'entendre en live . heureusement the ex ensuite m'a réveillé . Du vide joué poussivement forcément... bon en meme temps pour pioncer, nickel pas un truc plus haut que l'autre pour troubler mon sommeil .

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Pluie de plussoiements !

(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Si on avait accolé le sobriquet de post-rock plus à des groupes comme Tortoise, on se serait pas tapé des tripotée de groupes pleurnichards à crescendo. Contre-chro demandée en interne, c'est fabuleux.

Note donnée au disque :