Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCAlice Cooper › Lace and whiskey

Alice Cooper › Lace and whiskey

cd • 10 titres

  • 1It's hot tonight
  • 2Lace and whiskey
  • 3Road rats
  • 4Damned if you do
  • 5You and me
  • 6King of the silver screen
  • 7Ubangi stomp
  • 8Love at your convenience
  • 9I never wrote those songs
  • 10My God

enregistrement

Enregistré au Soundstage à Toronto, Au Record Plant à New York, aux Cherokee Studios et au Producer's Workshop à Los Angeles

line up

Bob Babbitt (basse), Jozef Chirowski (claviers), Alice Cooper (chant), Bob Ezrin (claviers, chant), Venetta Fields (chant sur le titre 3), Jim Gordon (batterie sur les titres 3, 4 et 5), Steve Hunter (guitares), Al Kooper (piano sur le titre 4), Tony Levin (basse sur les titres 2, 4 et 7), Al Macmillan (piano sur le tittre 4), Jim Maelen (percussions, chant), Prakash John (basse sur le titre 3), Allan Schwartzberg (batterie), Julia Tillman (chant sur le titre 3), Dick Wagner (guitares, chant), Ernie Watts (saxophone, clarinette), Lorna Willard (chant sur le titre 3), Douglas Neslund (chant), The California Boys' Choir (chant)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
soft

Moins d'un an après la sortie de "Alice Cooper goes to hell", voici que "Lace and whiskey" débarque déjà dans les magasins. Autant dire que la ressemblance avec son prédécesseur est grande. Surtout qu'en plus, le line-up est sensiblement le même que pour le précédent opus. On a encore droit à du rock populaire, commercial, avec des mélodies jolies et des choeurs prédominants. Oui, mais voilà, là, Alice Cooper ne s'est pas du tout loupé ! L'inspiration est présente du début à la fin. Alors oui, on a un paradoxe et un vrai ! La plupart (pour pas dire tous !) des morceaux est de la guimauve sucrée (!), il y a du claviers à tout va et des choeurs clichés, mais qu'est-ce que j'y peux, moi, si ces morceaux sont bons. "It(s hot tonight", le titre le plus rock de l'album avec "Road rats", est très convainquant, "You and me" est un slow ravageur, "Ubangi stomp" un rock 50's raffraichissant, bref, c'est bon tout simplement ! Alice maitrise complètement le genre et ça s'entend. Il n'y a plus grand chose de sulfureux ou de choquant, mais la qualité est au rendez-vous, comme quoi, Alice Cooper n'a pas besoin obligatoirement du côté visuel de son show pour donner de l'intérêt à sa musique ! "My God", qui conclue l'album réussit même l'exploit d'être à la fois pompeux (parfois, on dirait même du Rick Wakeman, sans déconner !!!) et d'avoir une mélodie douce pour un résultat fabuleux ! "Lace and whiskey" est un album unique en son genre et unique dans la discographie d'Alice Cooper.

note       Publiée le lundi 29 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lace and whiskey".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lace and whiskey".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lace and whiskey".

Ramon › lundi 10 juin 2013 - 22:50  message privé !

Alice nous refait "à bout de souffle" après Muscle of Love, mais c'est bon quand même

Note donnée au disque :       
taliesin › vendredi 15 février 2013 - 11:02  message privé !

De toute façon bien meilleur que le précédent, que je viens d'écouter... Je remarque souvent une alternance d'albums excellents, voire géniaux, et d'autre "simplement" bons.

Note donnée au disque :       
taliesin › vendredi 14 décembre 2012 - 11:51  message privé !

Marrant, quand je l'ai écouté pour la première fois, je me suis dit "tiens, un bon album d'Alice", mais sans plus... A la 3ème ou 4ème écoute, j'ai changé d'avis : il est vraiment très bon ! Gros coup de coeur pour les deux derniers titres, limite bubblegum, mais qu'est-ce que c'est bôôô !!!

Note donnée au disque :       
superbolt › lundi 3 décembre 2007 - 10:49  message privé !
Un album très particulier du coop, une période lourde pour vincent furnier qui passait plus de temps à vider deux bouteilles de Jack par jour que de composer, musicalement le résultat est sensiblement le même que goes to hell, mais alice est mal en point, cela se voit lors de ces premières prestations cinématographique datant de la même année que Lace ans whiskey