Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMuggs › Dust

Muggs › Dust

14 titres - 47:33 min

  • 1/ I Know (4:46)
  • 2/ Rain (5:05)
  • 3/ Niente (1:51)
  • 4/ Morta (3:10)
  • 5/ Faded (4:01)
  • 6/ Chasing Shadows (1:32)
  • 7/ Tears (3:46)
  • 8/ Cloudy Days (1:51)
  • 9/ Fat City (3:55)
  • 10/ Believer (3:16)
  • 11/ Gone for Good (4:04)
  • 12/ Blip (1:23)
  • 13/ Dead Flowers (3:48)
  • 14/ Far Away (5:05)

enregistrement

MGS Soundlab, USA, 2001

line up

Dj Muggs (guitare, batterie, claviers, programmation), Greg Dulli (chant), Scott Ables (batterie), Everlast (chant), Josh Todd (chant), Paula Gallitano (violon), Mike Sims (basse, guitare), Reggie Stewart (basse, guitare, piano)

chronique

Styles
trip hop

Les gens ! Les gens, ma bonne dame, ça rouspète tout le temps. C'est jamais content. Ça sait toujours mieux que tout le monde quoi faire, où, quand et comment... Ça ne considère que son point de vue et ça tend à vouloir l'imposer aux autres comme une vérité absolue. En fait, ma bonne dame, sous couvert d'une bonne éducation, en réalité ça n'accepte pas les différences, ni les divergences d'opinion. L'être humain est une créature étonnante. Sa faculté d'adaptation la met peut-être au-dessus de toutes les autres espèces vivantes, mais ça ne les grandit pas pour autant. Tel est le cas finalement de ce bien curieux "Dust" publié sur le fameux label Anticon. L'instigateur de ce projet n'est autre que Muggs, membre influent des explosifs Cypress Hill. Le bonhomme n'en est pas à son premier coup d'essai en dehors du cadre familial ; on se souvient des deux volumes de Soul Assassins, et aussi, malheureusement, de son rendez-vous manqué en compagnie de Tricky sur "Juxtapose". Mais Muggs n'ayant pas son pareil pour créer des atmosphères et des ambiances puant le papier peint se décollant sous l'effet d'une trop forte humidité, on est en droit de s'attendre à quelques bons plans. Et en effet, les instrumentaux sont, comme on s'y attendait, très travaillés mais le résultat final a de quoi décontenancer. En prenant le recul nécessaire, on s'aperçoit très vite que "Dust" ne partage pas du tout l'esthétique hip hop, mis à part bien sûr la moiteur de ses textures. Hip hop ? Peut-être... Mais trip hop, très certainement. Surtout quand on considère l'apport d'Amy Trujillo, au murmure délicat, ou de Josh Todd (Buckcherry), réduisant en poussière tout espoir d'y entendre un slam ou l'autre (y a bien Everlast sur "Gone for Good"). Même Greg Dulli, des fabuleux Afghan Whigs, s'y colle, confortant cette nouvelle approche qu'il a fait sienne lui aussi au sein des Twilight Singers. Dommage que les interventions vocales soient si pauvres, sinon "Dust" aurait pu faire un très bon album. Mais tout ça ne vaut pas un bon Clouddead...

note       Publiée le dimanche 28 août 2005

partagez 'Dust' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dust"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dust".

ajoutez une note sur : "Dust"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dust".

ajoutez un commentaire sur : "Dust"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dust".

ox2 › mercredi 14 janvier 2009 - 11:19  message privé !

j'aime beaucoup muggs, l'album c'est de la balle

Note donnée au disque :