Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBeastie Boys › Licensed to ill

Beastie Boys › Licensed to ill

cd | 13 titres

  • 1 Rhymin & Stealin [4:08]
  • 2 The New Style [4:36]
  • 3 She's Crafty [3:35]
  • 4 Posse in Effect [2:27]
  • 5 Slow Ride [2:56]
  • 6 Girls [3:14]
  • 7 Fight for Your Right [3:28]
  • 8 No Sleep Till Brooklyn [4:07]
  • 9 Paul Revere [3:41]
  • 10 Hold It Now, Hit It [3:26]
  • 11 Brass Monkey [2:37]
  • 12 Slow and Low [3:38]
  • 13 Time to Get Ill [3:37]

enregistrement

USA, 1985

line up

Mike Diamond (mc), King Adrock (mc), Adam Yauch (MC Adam Yauch)

Musiciens additionnels : Kerry King (guitares)

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
old school

C'est l'histoire de trois sales morveux, Mike D., Adrock et MCA. Des sales gosses en survêt Addidas, gourmettes en or au poignets, lourde chaînette cadenacée autour du cou, et qui se la pètent grave dans les couloirs d'un des lycées les plus pourris du Bronx. Générique pourri d'un épisode de Parker Lewis. Travelling sérré sur le posse, sur leurs faces d'ados contrariés dont le nombre impressionnant de boutons est à même de rivaliser avec n'importe quelle calculatrice scientifique. Couleurs flash mais délavées puis gros plan sur le black de service qui breakdance en sueur dans l'allée avec sa chaîne stéréo portable sur l'épaule. Une superposition incroyable de graffitis et de tags font office de guirlandes bigarrées dans les toilettes publiques qui puent la pisse. De là s'extraient un groupe de trois ou quatre filles permanentées à la Belinda Carlisle précédées par les gloussements de dindon qui leur sert de rire. D'abord surpris, la bande de mâles décérébrés qui traînaient dans le corridor se mettent en chasse pour disparaître de l'écran. "Licensed to Ill", premier album officiel des Beastie Boys, cristallise à la perfection tout ce que l'on déteste et tout ce que l'on a aimé dans l'âge ingrat. C'est maladroit, c'est con, et dans le même temps, terriblement défoulant, dénué de tout sentiment de honte et de tout scrupules. Avec Run DMC, autres poulains de l'écurie Def Jam, cet album des Beastie Boys va mettre à genoux la variété internationale qui jusqu'ici lui opposait une farouche résistance. L'ingrédient qui fait toute la différence ? L'échantillonage sauvage et sans vergogne des classiques du hard rock (Led Zeppelin avec "Custard Pie", "When The Levee Breaks", "The Ocean" et le "Sweet Leaf" de Black Sabbath en tête). Associés aux séquences programmées sur boîte à rythme, la culture hip hop revêt alors une agressivité nouvelle à même de séduire le plus grand nombre. "Fight for Your Right (to party)" devient alors le cri de ralliement de toute une génération ; seul titre à extraire de ce disque décidemment trop stupide.

note       Publiée le samedi 27 août 2005

partagez 'Licensed to ill' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Licensed to ill"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Licensed to ill".

ajoutez une note sur : "Licensed to ill"

Note moyenne :        19 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Licensed to ill".

ajoutez un commentaire sur : "Licensed to ill"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Licensed to ill".

dimegoat › jeudi 7 février 2019 - 17:11  message privé !

On trouve des vidéos de leurs premiers raps (diction laborieuse, texte à la main) qu'ils bricolaient à la fin de leurs concerts, période post-punk avec encore Kate Schellenbach à la batterie. J'attends le livre avec impatience, teasé par les extraits que j'ai lus ici ou là, notamment sur l'élaboration chaotique de Paul's Boutique et la chute brutale de leur statut de super-star aux yeux de la maison de disques qui misait déjà sur le prochain machin qui ferait du blé facile.

Note donnée au disque :       
zen › mercredi 6 février 2019 - 15:43  message privé !

Le livre sorti récemment me fait revenir à ce LP que j'ai toujours un peu mis à part dans leur discographie... Marrant de voir la confirmation qu'ils venaient d'un milieu arty / hipster qui trainait dans des boites post-punk et qu'ils ont commencé le rap en caricaturant les frat boys pour ensuite temporairement devenir ce qu'ils détestaient... Moi je mettrais quand même 3 boules à ce disque qui niveau hip hop 80s vaut quand même des points, bien qu'on soit à des années lumières de ce qui va suivre !

dimegoat › lundi 17 septembre 2018 - 06:50  message privé !

La pochette fait partie des biens communs, comme un riff de Jimmy Page.

Note donnée au disque :       
Rastignac › dimanche 16 septembre 2018 - 21:52  message privé !
avatar

Album neuneu que je m'écoute très rarement car il a quand même tendance à me gonfler un peu, même s'il y a des tubes dessus (des tubes neuneus mais quand même). Sinon, et donc, Eminem a sorti un album copiant l'image de celui-ci. Apparemment personne n'a été prévenu, Mike D l'a appris par textos de la part de ses proches ; ils ont l'air de s'en battre les genoux de toute façon (y a une vidéo de cet interview sur yt je vous laisse chercher).

Damodafoca › jeudi 20 octobre 2016 - 20:25  message privé !

PAs à ma connaissance. Pour les livres "textes", il existe une bio, avec pas mal de témoignages assez intéressant, "the skills to pay the bills". Il y a aussi un très bon livre qui se consacre uniquement à paul's boutique chez 33 1/3. En photo y a "pass the mic" qui s'occupe de la période 91-95 et un autre uniquement dédié à Adrock, tous 2 par Ari Marcopoulos et qui sont vraiment cools. Il existe aussi une version collector du dernier album avec un large livre consacré à des photos de tournage du dernier clip du groupe - intéressant mais vraiment pour les collectionneurs à mon sens. Enfin et c'est pour moi le meilleur objet, le livre qui accompagne la compilation sounds of science. Tous les morceaux y sont chronologiquement commentés et les photos sont magnifiques. La Version vinyl, un peu onéreuse vaut le coup, mais je crois que tu peux la choper sur leur site actuellement. Enfin, Mike D et Adrock sont en train de plancher sur un livre qui devrait retracer toutes leur carrière, dans l'esprit de leur magazine Grand Royal. Mais tout Ca c'est en anglais.

Note donnée au disque :