Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNurse With Wound › Salt Marie celeste

Nurse With Wound › Salt Marie celeste

1 titres - 61:57 min

  • 1/ Salt Marie Celeste (61:57)

enregistrement

Watertower, Preston, Angleterre, mai-septembre 2002

remarques

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
ill bient

Les pièces les plus ambient de Steve Stapleton, qu'il s'agisse de ses tous premiers faits d'armes au sein d'un Nurse with Wound en trio ou du très monotone "Soliloquy for Lilith" en 1988, n'ont peut-être rien de franchement original en soi, mais véhiculent toutes un sentiment de terreur pour le moins palpable et efficace. "Salt Marie Celeste" est un des derniers travaux de l'artiste, destiné à la gallerie d'art Horse Hospital : l'occasion pour lui de renouer avec cette veine particulière qui veut que le minimum d'effets produise le maximum d'impact. Cette longue plage d'une heure n'évolue que très peu ; à savoir le balancement régulier d'une houle ténébreuse dans laquelle s'enfonce inexorablement un navire en perdition, seulement dérangé par le bruit d'une armature en bois sous le point de céder, hurlant à la mort sous une pluie battante. De l'avis même de l'intéressé, cette nouvelle pièce est à mettre en parallèle avec le magnifique "The Sinking of The Titanic" de Gavin Bryars il y a déjà trente ans. Mais Nurse with Wound étant ce qu'il est, il n'y a pas de place ici pour un quelconque sentiment de tristesse, de nostalgie ou de désespoir, tous meurtris par le poids de la fatalité. Non. C'est plutôt comme si Stapleton, en parfait voyeur, fixait plein cadre les évènements tragiques se déroulant sous ses yeux, sans intervenir, sans orienter la perception ou l'analyse que nous pourrions en faire. Un constat à froid. La peur de mourir et les derniers souvenirs sonores que l'on emporte avec nous avant le trépas. Cela ne me surprendrait pas d'apprendre que ce sont précisément les albums qui me touchent le plus qui demeurent les plus mal aimés auprès des amateurs éclairés. Trop linéaires, pas assez décousus, ou que sais-je encore... Peut-être ne suis-je après tout qu'un admirateur indigne de l'oeuvre de Stapleton ? Mais je sais reconnaître quand un disque me parle. Et celui-ci y est parvenu.

note       Publiée le jeudi 25 août 2005

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Salt Marie celeste".

notes

Note moyenne        19 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Salt Marie celeste".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Salt Marie celeste".

saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

J'ai le souvenir d'une soirée où un type a eu la bonne idée de passer ce disque à genre 4h du matin, bien défoncé ("mais, on est tous défoncé"), CHEZ MOI. L'horreur (6 boules, donc)

Note donnée au disque :       
Vilain Barbu Envoyez un message privé àVilain Barbu

Hahaha putain, t'imagines l'enfer ?

Bon pour revenir sur l'album, j'avoue que je m'attendais pas à ça de NWW puisque tout ce que je connaissais d'eux c'était A Sucked Orange qui est... pas vraiment dans le même style on va dire

Mais c'est cool de voir qu'un groupe peut faire des choses aussi radicalement différentes sans pour autant changer de... style d'atmosphère ?? En tout cas ça m'a bien donné froid dans le dos

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

"Qué s'appelleriAAAAAAAAAAHHHHH !!!"

Note donnée au disque :       
Vilain Barbu Envoyez un message privé àVilain Barbu

Haha ça risque pas, j'ai peur de l'eau XD Enfin, de la mer hein, ça va j'arrive encore à ne pas sursauter à la vue d'une bouteille de Quézac

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Et seul sur un bateau (en bois) en pleine mer ?

Message édité le 14-04-2022 à 15:59 par dioneo

Note donnée au disque :