Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPhilharmonie › Nord

Philharmonie › Nord

8 titres - 63:13 min

  • 1/ Un Sacrifice (6:31)
  • 2/ Vers le Nord (6:42)
  • 3/ Unter Den Linden (10:13)
  • 4/ Delta (4:15)
  • 5/ Le Dromadaire Utile (4:20)
  • 6/ Morphine en Peau de Morse (6:13)
  • 7/ Prelude, Marche et Lamentations (16:12)
  • 8/ From the North (8:47)

enregistrement

Studio 26, Antibes, France

line up

Bernard Ros (Chapman stick), Frédéric L'Épée (guitare), Laurent Chalef (guitare), Jean-Louis Boutin (batterie)

remarques

chronique

Styles
musique classique
rock
Styles personnels
instrumental

Un Bernard Ros au Chapman Stick qu'on entend enfin, et un Jean-Louis Boutin relativement discret à la batterie, et il n'en faut pas plus pour renforcer davantage - si toutefois pareille entreprise fût nécessaire - le parallélisme évident qui lie Philharmonie à certains aspects de la musique développée par Robert Fripp. Et ici, en l'occurence, le King Crimson période Discipline... Et pourtant, même si les éléments réunis l'évoquent, si l'écriture prend de toute évidence sa racine dans les mêmes bases immuables, le groupe de Frédéric L'Épée s'en distingue très nettement. Les guitares sont électriques mais sans effets altérant leurs douces caresses. Le propos n'a rien de new wave, rien de pop. Mais ce sont malgré tout les mélodies qui dominent, comme si la beauté classique de l'instrument s'était trouvé un contexte plus moderne où évoluer, pour le plaisir du vertige ainsi procuré. Des progressions d'accord parfois plus proche d'un Pat Metheny sur un dialogue en canon au pouvoir hypnotique toujours aussi délectable, surligné de temps à autres par une rythmique plus prononcée ; voilà ce que "Nord" s'efforce de nous proposer. On reprochera peut-être encore un manque de relief aux compositions du groupe, bien qu'elles ne soient pas dénuées d'une réelle profondeur. Ou plus encore cet entêtement à vouloir proposer des pièces interminables (seize minutes tout de même pour "Prélude, Marche et Lamentations") qui demeurent d'un abord difficile pour toutes celles et tout ceux encore réfractaires au phénomène. Mais pour les trois pelés et deux tondus qui se sentent concernés, c'est paradoxalement en se confrontant à ce type de projet caméléon que l'on se rend compte à quel point finalement la discipline de Robert Fripp semble n'être motivée avant tout que par une recherche dont la technique est l'objet, et l'académisme son cadre. Malgré son apaisant équilibre et ses indéniables qualités d'interprétation, "Nord" reste un bel objet que l'on observe de loin, un travail intéressant qui suscitera l'intérêt des curieux mais qui ne parvient pas vraiment à motiver l'auditeur à prendre part dans les paysages ainsi dépeints.

note       Publiée le mardi 23 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nord".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nord".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nord".