Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCPascal Comelade › Psicotic music' hall

Pascal Comelade › Psicotic music' hall

  • 2002 • Delabel 7243 8124272 8 • 1 CD

14 titres - 34:26 min

  • 1/ To be dammit ornette to be
  • 2/ The blank invasion of schizofonics bikinis
  • 3/ Bob atchum was a mix-chum
  • 4/ Sense el resso del dring
  • 5/ El zoot-horn rrotllo enmascarado
  • 6/ A hard mortadello's a-gonna filemon fall
  • 7/ Don't touch my blue öyster shoes
  • 8/ Lumpen-harmony
  • 9/ Contre le style
  • 10/ Mieux que ses seins, ses bas se tiennent
  • 11/ A gracia, territori sonor
  • 12/ Gégène
  • 13/ A figueres
  • 14/ Psicotic music' hall

enregistrement

Studio Octave, 2002.

line up

Pascal Comelade (piano vertical, orgue électrique, vibraphone, basse, piano jouet Michelsonne, ukulélé, piano jouet Kawai, accordéon, guitares en plastique, mandolino system, guitare électrique, harmonium, tuba, violon, mélodica), Pep Pascual (saxophones, clarinettes, tenora, trompette en plastique, percussions), Ludovic Roux (trompette, trombone, bugle), Philippe Dourou (percussions), Didier Banon (zoom-drums sur "The blank invasion of schizofonics bikinis" et sur "Contre le style"), Enric Casasses (triangle sur "Sense el resso del dring"), Patrick Felices (basse sur "A hard mortadello's a-gonna filemon fall" et sur "Mieux que ses seins, ses bas se tiennent"), Richie Faret (harpe sur "Contre le style"), Rafael Marco (ritmicorama-guitar sur "Psicotic music' hall").

remarques

chronique

Styles
folk
ovni inclassable
pop
rock
world music
Styles personnels
comelade

Avec la gloire (relative, mais quand même) que lui avait apportée son précédent album, "L'argot du bruit" ; avec les stars qui se disputent à présent ses talents (Björk est vivement intéressée), on aurait pu croire que l'album suivant de Comelade en solo allait être son grand oeuvre, un disque ultra-produit aux morceaux complexes, aux featurings prestigieux et aux visées ambitieuses. Heureusement, c'est tout le contraire : avec "Psicotic music' hall", c'est un retour aux sources, une cure de jouvence que s'offre le Catalan. Il joue tout seul de presque tous les instruments (et quels instruments : ukulélé, mélodica, guitares en plastique, vibraphone, piano-jouets, mandoline...), ne s'offre pas le luxe d'un chanteur, et compose des mélodies primesautières, simples, et qui touchent juste à chaque fois, à dominante folklorique, avec quelques embardées du côté du rock et de la pop, et surtout, (on ne déroge pas à la règle), dans un esprit complètement déconneur, plus ubuesque que jamais, avec le son roccoco-fantasmagorico-kitch et cheap qui découle de son instrumentarium. Regardez les titres des morceaux, véritables déclarations d'amour à sa manière, à des musiciens aussi divers qu'Ornette Coleman, Captain Beefheart, Blue Oyster Cult ou Bob Dylan. Certes, il y a moins de variété que dans "L'argot du bruit", les harmonies qui colorent ce disque rappellent pour certaines très fortement celles de ses opus précédents, et ceux qui connaissent bien le bonhomme ne puiseront ici rien de bien nouveau. Pour les autres, je les invite à faire d'urgence la découverte de cet univers singulier et un rien cinglé.

note       Publiée le jeudi 18 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Psicotic music' hall".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Psicotic music' hall".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Psicotic music' hall".