Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPorcupine Tree › Stars Die - the Delerium years 1991-1997

Porcupine Tree › Stars Die - the Delerium years 1991-1997

  • 2002 • Kscope SMADD851 • 2 CD

21 titres - 146:19 min

  • 1/ Radioactive Toy (10:10) - 2/ Nine Cats (3:51) - 3/ And the Swallows Dance Above the Sun (4:02) - 4/ The Nostalgia Factory (7:33) - 5/ Voyage 34 (12:54) - 6/ Synaesthesia (7:54) - 7/ Phantoms (3:14) - 8/ Up the Downstair (10:09) - 9/ Fadeaway (6:16) - 10/ Rainy Taxi (6:52) - 11/ Stars Die (5:06) - 12/ Men of Wood (18:37) - 13/ The Sky Moves Sideways [Phase One] (3:35) - 14/ Waiting (4:29) - 15/ The Sound of No One Listening (8:13) - 16/ Colourflow in Mind (3:49) - 17/ Fuse the Sky (4:33) - 18/ Signify II (6:04) - 19/ Every Home Is Wired (5:13) - 20/ Sever (5:33) - 21/ Dark Matter (8:12)

enregistrement

Angleterre, 1991-1997

line up

Richard Barbieri (claviers), Steven Wilson (chant, guitare, claviers, programmation), Colin Edwin (basse), Chris Maitland (batterie, percussions), Suzanne J. Barbieri (voix)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
néo psychédélique

Steven Wilson a toujours soigné l'image de son projet le plus porteur. Et le sérieux avec lequel il emballe cette nouvelle anthologie (voir le copieux livret) démontre que le britannique n'est pas aussi flegmatique qu'il en a l'air. Mais je la tiens ma revanche ! Enfin peut-on y lire noir sur blanc qu'un des samples de "Voyage 34" est crédité à Van Der Graaf Generator. Toujours rien au sujet de Popol Vuh pour "Up The Downstair" ; faudra sans doute attendre que le groupe de Florian Fricke connaisse lui aussi un regain d'intérêt certain... En ce qui concerne les débuts controversés de Porcupine Tree, à l'heure où il n'était encore qu'un concept derrière lequel se cachait un homme seul, je ne changerais toujours pas mon fusil d'épaule au sujet de cette musique avant tout atmosphérique. Pour en paraphraser certains, c'est aussi inventif et créatif que Spiritualized et je ne vois vraiment pas en quoi le laboratoire de Wilson devrait recueillir plus de louanges que celui de Jason Pierce ; ils sont aussi chiants l'un que l'autre. Mais la notoriété aidant, vous connaissez la suite... Au pays des aveugles, les borgnes sont rois. Des mélodies simples et touchantes, perdues dans des arrangements qui déforcent le propos. Pour valider l'option vaguement planante, vaguement psyché, on tire sur la corde et on brode pendant une bonne dizaine de minutes alors qu'on n'a strictement rien à dire. Au bout du compte, ce premier disque présente quand même un avantage non négligeable : celui de résumer en un peu plus d'une heure l'essentiel de trois disques inutilement verbeux, et un tel gain de place n'est jamais un luxe purement fortuit. Très logiquement, le second CD se focalise sur le Porcupine Tree enfin devenu groupe ; là encore, les pierres angulaires des albums "The Sky Moves Sideways" et "Signify" sont conservés, bien que ce choix arbitraire ne se révélera pas du goût de tout le monde. Quelques inédits ou versions spéciales complètent le tableau d'un groupe qui n'éprouve décidément aucune gêne à célébrer son propre culte. Guère d'inquiétude à avoir en définitive concernant ce "Stars Die" ; les fans l'ont déjà, et tous ceux qui veulent se faire une image pertinente du parcours de Porcupine Tree avant qu'il ne s'ankylose seront ravis de faire le tour du propriétaire par le biais de ce brillant résumé.

note       Publiée le mardi 16 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Stars Die - the Delerium years 1991-1997".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Stars Die - the Delerium years 1991-1997".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Stars Die - the Delerium years 1991-1997".

Lapin Kulta › dimanche 23 avril 2006 - 01:15  message privé !
Chronique assez juste, mis à part que personnellement j'apprécie tout autant le PT "old-school" et on va dire, "très inspiré", que la seconde période du groupe, certes plus novatrice. Par contre je vois mal le rpport entre la chronique (assez négative dans l'ensemble) et la note finale (plutôt bonne)?
fracture › mardi 16 août 2005 - 13:42  message privé !
Concernant Popol, cela réédite à tour de bras chez SPV... Pas trop pour moi ce genre de zique. Néanmoins, "Letzte Tage, Letzte Nächte" est très recommandable!