Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGarybaldi › Nuda

Garybaldi › Nuda

  • 2004 • Cgd WAS-1008 • 1 CD

7 titres - 41:37 min

  • 1/ Maya Desnuda (6:09)
  • 2/ Decomposizone, Preludio e Pace (1:55)
  • 3/ 26 Febbraio 1700 (7:20)
  • 4/ L'Ultima Graziosa (5:22)
  • 5/ Moretto da Brescia : Goffredo (6:15)
  • 6/ Moretto da Brescia : Il Giardino del Re (9:15)
  • 7/ Moretto da Brescia : Dolce Come Sei Tu (5:21)

enregistrement

Milano Recording Studio, Milan, Italie, juillet 1972

line up

Bambi Fossati (guitare, violon, chant), Lio Marchi (orgue, mellotron, piano à queue), Angelo Traverso (basse), Maurizio Cassinelli (batterie, timpani, harmonica, choeurs)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
progressif
rock
Styles personnels
hard rock psychédélique

Bien qu'ils se choisirent un nouveau nom à l'occasion de la sortie de "Nuda", leur nouvel album, les anciens Gleemen - à présent Garybaldi comme vous l'aurez compris - ne firent pourtant aucun changement, ni dans leur choix de son, ni même au sein du personnel. Peut-être un tout petit peu plus complexe, plus fouillé et plus détaillé dans ses arrangements qu'il ne l'était il y a peu, le groupe génois compte ainsi attirer vers lui un public progressif de plus en plus nombreux sur la scène internationale. Mais ce n'est pas faute d'avoir cherché ; il n'y a rien ou presque rien dans "Nuda" qui puisse faire de l'album des Garybaldi un disque apte à rivaliser avec le "Darwin!" de Banco del Mutuo Soccorso ou le "Per Un Amico" des Premiata Forneria Marconi. À moins, bien sûr, qu'on ait depuis toujours considéré Jimi Hendrix comme père du progressif, et alors là, ça devient une toute autre histoire. Car nombreux sont ceux qui risqueront de s'étrangler à l'écoute de "Maya Desnuda" ou, mieux encore, "26 Febbraio 1700", sorte de resucée à peine déguisée de "The Wind Cries Mary", timpani compris... "Bambi" P.N. Fossati n'a vraiment pas usurpé son sobriquet d'Hendrix du sud ; l'attaque de la guitare, son angularité, sa chaleur. La voix aussi, dans ses inflexions si typées, sans oublier bien entendu ses épisodes psychédéliques à renfort d'effets stereo divers... Bref, on s'y croirait ! Seulement Garybaldi ne reprend pas les affaires en cours à partir de "Electric Land" mais revient à la source ; "Are You Experienced ?". S'il n'y avait pas l'orgue de Lio Marchi, en particulier sur le second mouvement de la plage en trois actes "Moretto da Brescia" qui referme le disque, on aurait éprouvé toutes les peines du monde à pardonner au groupe ce mimétisme des plus gênants. C'est là que vient se loger sa différence. Autrement dit ; trois fois rien. En compensation, "Nuda" se présente sous forme de superbe triptyque signé par Guido Crepax, un des pères de la bande dessinée érotique italienne, avant Manara ou Serpieri.

note       Publiée le samedi 13 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nuda".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nuda".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nuda".