Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNova › Vimana

Nova › Vimana

  • 2005 • Arista BVCM 37615 • 1 CD

cd • 6 titres

  • 1Vimana7:23
  • 2Night Games9:40
  • 3Poesia [to a Brother Gone]5:10
  • 4Thru the Silence5:46
  • 5Driftwood10:03
  • 6Princess and The Frog7:44

enregistrement

Trident Studios, Londres, Angleterre, juillet-août 1976

line up

Phil Collins (percussions), Percy Jones (basse), Narada Michael Walden (batterie, Fender Rhodes), Corrado Rustici (guitares, marimba, chant), Elio d'Anna (saxophone soprano et ténor, flûte, flûte synthétiseur), Renato Rosset (Fender Rhodes, piano, mini moog, clavinet), Zakir Hussain (congas)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
fusion

Pour ceux qui n'auraient peut-être pas eu assez des quelques bons disques réalisés par Brand X à leurs tous débuts - mais y a-t-il seulement encore des gens que ça intéresse ? - le second Nova s'impose comme un arrêt obligé. Les anciens membres de Uno, eux-mêmes rescapés de l'aventure Osanna, prirent leur envol pour l'Angleterre en laissant sur le sol napolitain toutes les prétentions progressives qui les animaient. "Blink", leur première publication, montrait sans embages que la voie choisie par les membres de ce tout nouveau groupe n'était autre que celle du jazz fusion. Pour "Vimana", Nova doit déjà faire face à des changements de personnel. Mais, désormais établis définitivement à Londres, trouver des remplaçants ne représente plus un problème. Jugez plutôt : Narada Michael Walden (Mahavishnu Orchestra) à la batterie, Zakir Hussain (Shakti) et Phil Collins (devinez) aux percussions, et enfin l'inégalable Percy Jones (Brand X) à la basse. Tout ce beau monde va apporter la densité nécessaire à ce que la musique du désormais trio puisse s'élever dans les airs. En effet, Elio d'Anna, souffleur en titre, évolue désormais aux côtés de l'impétueux guitariste Corrado Rustici (Cervello) et du claviériste Renato Rosset, débarqué du New Trolls Atomic System. D'expérience, on sait que la somme de talents donne rarement des résultats en proportion, même s'il existe des exceptions... "Vimana", à mon grand regret, n'en fait pas partie. Oui, on retrouve le jeu subaquatique de Percy Jones, oui on reconnaît bien le style Michael Walden, même si je le trouve encore moins efficace qu'il ne l'était pour Jeff Beck sur "Wired". Quant aux italiens de service, d'Anna et Rustici tirent leur épingle du jeu, même si ce dernier frôle le plagiat sur "Night Games" (on croirait entendre l'intro de Steve Howe à la guitare acoustique pour "Roundabout"). Par contre, le chant... L'un dans l'autre, ce second album de Nova reste tout de même plus énergique que d'autres tentatives transalpines en demi-teinte, comme Il Volo par exemple. Maigre consolation.

note       Publiée le samedi 13 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Vimana".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Vimana".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Vimana".

pedro › samedi 6 janvier 2007 - 18:35  message privé !
Je connais ce groupe meme a la sortie de ce pressage. Oui il est vrai que cela reste inégal ,par contre savoir et retrouver tout ces excellent musiciens sur un meme album compense pour leur seul et unique enregistrement ,puisque par la suite le groupe a reconstrui avec le batteur ric parnell qui soit dit as amener une superbe performance sur la sortie de wings of love . Dommage que ce groupe ne s'est pas reformer car ils avaient tout un bagage de variations musical a leurs actifs.
docteur.justice › mercredi 18 janvier 2006 - 10:30  message privé !
effectivement .. un gros dommage... trouver le disque avec percy jones et narada fait qu'on se précipite, le tout est un peu fouilli et ne revelle pas d'osmose et pas de brillant dans les compos... on en retiendra tout de même deux... certes narada n'est pas a la hauteur.. mais ça fait tout de même plaisir de le retrouver autrement que dans les merdes inqualifiables sous son nom parues en période disco...
Note donnée au disque :