Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHeldon › Interface

Heldon › Interface

8 titres - 51:28 min

  • 1/ Les soucoupes volantes vertes (2:26)
  • 2/ Jet girl (9:49)
  • 3/ Le retour des soucoupes volantes (2:21)
  • 4/ Bal-à-fou (7:22)
  • 5/ Le fils des soucoupes volantes (vertes) (1:47)
  • 6/ Interface-live (part 1) (6:19)
  • 7/ Interface-live (part 2) (2:04)
  • 8/ Interface (19:02)

enregistrement

Studios Davout, électronique aux studios Heldon, Paris, France, entre février et juin 1977. "Interface-live" parties 1 et 2 enregistrées au Palace, Paris, France, 1978.

line up

François Auger (batterie, percussions, percussions électroniques, synthétiseurs), Didier Batard (basse sur "Bal-à-fou"), Patrick Gauthier (moog basse, minimoog), Richard Pinhas (guitares, moog III, moog B, électronique)

remarques

chronique

Styles
electro
jazz
progressif
rock
Styles personnels
free-rock/fusion/avant-garde

"Interface"... ça commence par un monstrueux solo de percussions électroniques, sur un mode à la fois tribal et futuriste, puis un beat technoïde implacable se met en place, les assauts free-rock de Pinhas arrivent à la guitare, et les machines envahissent un peu plus l'espace sonore, qui se densifie progressivement jusqu'à une explosion cathartique, puis un retour au calme (avec un petit pied-de-nez de Pinhas à la toute fin du morceau que je vous laisse découvrir). Enorme, ce truc est énorme. Mêlez l'énergie primale du rock, les rythmiques robotiques de Kraftwerk, les expérimentations de Can, les impros les plus folles de King Crimson, faites monter la sauce pendant 19 minutes... et vous obtiendrez une idée du résultat. Cela s'appelle Heldon ! Dommage que le reste de l'album ne soit pas tout à fait à la hauteur de ce morceau-titre (qui, sur cette édition, est étrangement précédé, et non pas suivi, par deux extraits live hélas tronqués - que je vous conseille donc à la première écoute de sauter pour vous rendre immédiatement à la dernière plage ; sinon l'effet de surprise s'en trouve un peu gâché). Oui, à côté d'"Interface" (le morceau), tout le reste peut paraître plus terne, même si l'on en retrouve les mêmes éléments, mais comme éparpillés, comme s'il s'agissait de nous préparer à un grand final : rythme machinique des trois "Soucoupes volantes", guitare venimeuse et batterie en délire de "Jet girl". "Bal-à-fou", à côté, c'est ce qu'Heldon peut faire de plus pop, avec Didier Batard à la basse et un beau solo de moog de Patrick Gauthier, et ça passe plutôt bien. Sinon, tout est resserré sous la forme du trio. (Pas besoin de bassiste !) Auger et Pinhas sont des fous furieux. Putain, "Interface", quand même, quelle tuerie...

note       Publiée le vendredi 12 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Interface".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Interface".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Interface".

synluk › mercredi 9 mars 2016 - 19:03  message privé !

Un très bon disque, séquenceurs qui partent en vrillent, percussions électroniques tribale et futuriste, envolées de synthés et guitare rugissante, bref du bon Heldon pur jus, sauce 77. A l'époque de l'achat de ce vinyl, j'étais bien jeune, 13 ans et le contenu m'avait surpris mais de suite embarqué, après il y eu le sublime " Stand By " et l'album de Weidorje, mais ça c'est une autre histoire....

Note donnée au disque :       
Jean Pierre Moko › lundi 15 décembre 2014 - 15:07  message privé !

un des meilleurs Heldon, effectivement

Note donnée au disque :       
bubble › mardi 29 novembre 2011 - 19:05  message privé !

Non non pour moi c'est un des tout meilleur heldon surtout le titre eponyme . La chro est justifié ama . Auger est exellent . C'est vrai que l'agencement des titres sur le cd est un peu etrange ! Mais c'est un vynil qui tournais en boucle chez moi . Sur le cd re-edité par cuneiform que j'ai ca n'est pas comme celui chroniqué . Il y a juste le 2 titre en live en plus en fin de cd ...

docteur.justice › mardi 29 novembre 2011 - 17:53  message privé !

chronique largement sur évaluée... on dirait du space art en a peine mieux

Solvant › dimanche 26 avril 2009 - 19:51  message privé !

4h. Tu te lèves comme un cran d'arrêt. Le café t'en as pas besoin, la caféine tu la synthétise depuis que tu t'es implanté "Interface". T'as pas vraiment passé la nuit comme les humains, tu t'es couché avec Suicide il y a 10 minutes. On te dis que t'es un truc genre mutant, un 'Réplicant' comme avait écrit P. K. Dick. Toi, ce qui t'intéresse c'est la viande noire. Oui l'abscons de Burroughs. Alors tu fonces & tu t'obstines pareil à Johnny Walker. T'es un brave, t'as tout pigé, tu veux t'enfuir de la planète avant son absorption par le Soleil, et pour un peu tu nous prendrais tous dans tes bras pour nous sauver. Mais tu t'en fout de nous, aucun intérêt. Nous, nous sommes qu'à moitié singes, nous sommes en longitudes Daft Punk/Autechre. Toi t'es à Rebours, tu es un mage et nous fascine. Pourtant y'a du lourd dans tes vibrations. Tout n'est pas magique, mais tu masque si bien ton jeu.. Il est déjà midi, le Soleil a bouffer la Terre. Tant mieux, nous en sommes débarrassé, faîtes place au futur.

Note donnée au disque :