Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNational Health › S/t

National Health › S/t

5 titres - 49:59 min

  • 1/ Tenemos Roads (14:34)
  • 2/ Brujo (10:16)
  • 3/ Borogroves [excerpt from part two] (4:16)
  • 4/ Borogroves [part one] (6:34)
  • 5/ Elephants (14:23)

enregistrement

Mobile Mobile, The Point, Victoria, Londres, 1977

line up

Jimmy Hastings (clarinette, clarinette basse, flûte), Phil Miller (guitare), John Mitchell (percussions), Pip Pyle (batterie, percussions), Dave Stewart (orgue, pianos électrique et acoustique), Neil Murray (basse), Alan Gowen (moog, piano électrique et acoustique), Amanda Parsons (voix)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
canterbury

Depuis le temps que j'en rêve... Voilà, je me lance ! National Health, ultime progéniture de la longue et chaotique aventure canterburienne, reste à mes yeux sa manifestation la plus irréprochable, son plus parfait aboutissement. En à peine trois disques, la nouvelle formation de Dave Stewart s'érige en résumé idéal, synthèse des différents courants et des différentes sensibilités qui s'y sont exprimés depuis ses prémices aux alentours de 1968. Le line-up, qui n'aura pas eu vraiment le temps de se stabiliser, développe la même symbolique puisqu'on y retrouve pêle-mêle Pip Pyle (Gong), Phil Miller (Matching Mole, Hatfield and the North), Alan Gowen (Gilgamesh) et bientôt John Greaves (Henry Cow). Se plier à un descriptif élogieux ne servirait à rien puisque des milliers d'autres avant moi l'ont déjà fait. À priori, il y en pour qui ce cas de conscience ne se pose pas ; ça ne les gêne pas d'écrire, presque mots pour mots, ce qui a été dit et répété par d'autres avant eux. Quelle manque d'humilité que de croire un seul instant à l'importance de leur démarche. La redondance est inutile et va à l'encontre de l'intérêt premier de toute chronique : s'adresser aux lecteurs et non pas relayer des informations qui, à force, finissent par ressembler plutôt à du bourrage de crâne. Ce n'est pas une fatalité. À l'analyse pure et dure, je préfère faire confiance à l'esprit. Et que certains en soient totalement dépourvus n'est pas de mon ressort. Car de l'esprit, il y en a beaucoup dans la musique de National Health. Ce Hatfield and The North recomposé délaisse les contours plus pop d'un Camel ou d'un Caravan pour venir se replonger dans les travers fusion des origines que l'on croyait à jamais perdus. Alan Gowen est sans doute l'élément clé qui rendit cela à nouveau possible. Si les compositions s'avèrent complexes à assimiler de par le nombre conséquent de thèmes qui se chevauchent, le potentiel mélodique est indéniable et a de quoi flatter l'oreille. Dans le prolongement de ce qu'avaient accompli les Northettes, Amanda Parsons assure les vocalises sauf que, ainsi isolée, elle parvient à conférer à la musique un côté atmosphérique, presque immatériel et féérique, en contrepoint aux redoutables jams assurées par les musiciens. Lewis Carroll aurait sûrement adoré.

note       Publiée le jeudi 11 août 2005

partagez 'S/t' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "S/t"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "S/t".

ajoutez une note sur : "S/t"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

ajoutez un commentaire sur : "S/t"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

Reflection › dimanche 10 avril 2016 - 23:46  message privé !

Exact, mais avec gentle giant ça oscille de mon côté suivant les morceaux /humeurs... Tout ou rien !

boumbastik › dimanche 10 avril 2016 - 20:48  message privé !

@Reflection : un peu comme pour Gentle Giant. Une fois qu'on a capté, c'est la grosse éclate.

Reflection › dimanche 10 avril 2016 - 16:17  message privé !

Assez fascinant celui là aussi finalement. Pas fini de découvrir tous ses petits secrets... Un peu rebutant aux premiers abords, ce groupe devient super fun une fois leur grammaire assimilée ! Il suffit de se laisser glisser dans leur univers bien particulier...

aur › vendredi 26 mai 2006 - 16:16  message privé !
Point de vue son, c'est un peu fatiguant, et je préfère le côté plus free des Soft. C'est sur leur deuxième opus que ces zikos donnent tout leur potentiel.
Note donnée au disque :       
Progmonster › mardi 6 septembre 2005 - 21:29  message privé !
avatar
Caravan arrive bientôt sur Guts et justice sera faite ;o)
Note donnée au disque :