Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPriam › ...3 distances/irregular signs...

Priam › ...3 distances/irregular signs...

  • 1998 • Musea FGBG 4264.AR • 1 CD

10 titres - 64:58 min

  • 1/ Metamorphosis (8:57)
  • 2/ Labyrinth (4:11)
  • 3/ Signs beyond the Euphrates (3:13)
  • 4/ Initiatic Quotient of the Monk : Hypereyes (10:45)
  • 5/ Initiatic Quotient of the Monk : Birth of Ucbald (3:04)
  • 6/ Initiatic Quotient of the Monk : Spiral. Irregular. End (13:05)
  • 7/ Dream in a Blue Forest (6:12)
  • 8/ Distances (6:12)
  • 9/ Eternal Spheres (9:19)
  • 10/ [] (3:01)

enregistrement

Elixir Studio, Mervilla, Toulouse, France, 1997

line up

Chris Casagrande (guitares), Laurent Lacombe-Colomb (claviers), Bertrand Hulin-Bertaud (basse), Emma M. (batterie)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
space rock > fusion

La grande majorité des groupes hexagonaux à avoir voulu tâter du progressif dans les années quatre-vingt dix l'ont fort heureusement fait assez loin du néo prog. Marchant sur les traces des Tiemko et autres Xaal avant eux, la plupart se sont engouffrés dans un style fusion à l'image de 4/3 de Trio, Éclat ou Taal, même si chacune de ces formations ont leur propre spécificité. Et c'est tant mieux, car qui aurait besoin d'un nouveau Ange aujourd'hui, hein, je vous le demande ? Dans le cas de Priam, ce qui les met définitivement dans un autre panier que celui de leurs compatriotes, c'est leur côté planant. Ceux qui connaissent "...3 Distances/Irregular Signs..." vont sûrement être surpris par l'argument que je défends tant il est vrai qu'au sortir de cet album la seule chose que l'on retiendrait de prime abord ce serait plutôt les interminables solii de Chris Casagrande. Vu comme ça, c'est vrai que la tonalité générale de l'album devrait en toute logique les rapprocher d'avantage de Finneus Gauge - mais sans le chant - voire Hand Farm, deux groupes où officiaient Scott McGill, le - paraît-il - nouveau Allan Holdsworth. Y en a un nouveau chaque semaine, alors, vous savez... De toute façon, l'original n'a vraiment rien à craindre. C'est que Priam ne manque pas une occasion pour mélanger le chaud et le froid en plaçant très souvent de larges respirations après des parties instrumentales échevelées aux temps forcément composés, à situer entre du Tangerine Dream et le Pink Floyd de "On the Run" ("Distances"). Souvent logés au milieu d'une suite en trois mouvements, ces espaces brumeux se retrouvent en fait disseminés un peu partout dans l'album, même, et surtout, pendant les longs passages improvisés où les sonorités du synthé apportent ce côté space rock à la Ozric Tentacles. La paire Bertrand Hulin-Bertaud et Emma.M assurant une pulsation souple et groovy, le parallèle paraît d'autant plus approprié. "...3 Distances/Irregular Signs..." est un tout gros travail qui, une fois n'est pas coutume, peut tenir la dragée haute face à ses concurrents anglo-saxons. C'est à dire bardé des mêmes qualités, mais aussi des mêmes défauts.

note       Publiée le jeudi 11 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "...3 distances/irregular signs...".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "...3 distances/irregular signs...".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "...3 distances/irregular signs...".

Wotzenknecht › jeudi 20 décembre 2007 - 16:30 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar
"Marchant sur les traces des Tiemko et autres Xaal avant eux, la plupart se sont engouffrés dans un style fusion à l'image de 4/3 de Trio, Éclat ou Taal"[...]."la tonalité générale de l'album devrait en toute logique les rapprocher d'avantage de Finneus Gauge - mais sans le chant - voire Hand Farm, deux groupes où officiaient Scott McGill, le - paraît-il - nouveau Allan Holdsworth." moi ça me manque des phrases comme ça où l'on ne connait pas une seule référence, mais où chaque nom donne envie... proggy...