Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFusioon › S/t

Fusioon › S/t

5 titres - 34:29 min

  • 1/ Farsa Del Buen Vivir (3:08)
  • 2/ Contraste (6:32)
  • 3/ Tritons (8:15)
  • 4/ Dialogos (6:42)
  • 5/ Concerto Grosso (9:52)

enregistrement

Barcelone, Espagne, 1974

line up

Santi Arisa (batterie), Marti Brunet (guitare, synthétiseur), Jordi Camp (basse), Manel Camp (piano, claviers)

remarques

chronique

Fusioon met quand même deux longues années avant de remettre les couverts, le temps peut-être de redéfinir les objectifs à atteindre. Deux ans entre deux albums, à l'époque, c'est presqu'un aveu de défaite... Mais nos amis barcelonais ne s'avouent pas vaincus. Le style Fusioon - qui ne ressemble à aucun autre - s'affine et se fait entendre dès les premières mesures de "Farsa Del Buen Vivir" ; je parle des polyphonies (bien qu'aucun chanteur n'ait jamais été crédité, mais je présume qu'il s'agit des membres du groupe) et d'une kyrielle de thèmes privilégiant les signatures rythmiques inhabituelles. Vous avez dit Gentle Giant ? Y a de l'idée... Sauf que Fusioon ne va pas puiser son inspiration dans le folklore médiéval britannique et ne cherche pas non plus à s'inscrire forcément dans leur sillage. En substance, ce second effort se distingue du précédent par l'extrapolation des enseignements acquis jusqu'ici, même si ceux-ci restent encore très timides en regard de ce qui nous attend. À ce stade, la musique de Fusioon, bien que fondamentalement progressive, reste encore bien modeste dans ses propos. De "Time and a Word", on passe au "Yes Album", si vous voulez, mais ce n'est pas encore "Close to the Edge" (comme ça je me ferais comprendre par le plus grand nombre). À titre d'exemple, "Tritons" se présente comme une longue suite ambitieuse. Pourtant, à aucun moment elle ne parvient à dégager une impression aussi forte que celle laissée par l'introduction volontairement bancale de "Dialogos", en somme déjà annonciatrice du bluffant "Minorisa" à venir. De toute évidence, Fusioon veut travailler d'avantage ses textures ; ses tentatives répétées de gentil bidouillage iconoclaste, son ébauche polyrythmique proche d'un Zappa - et donc tributaire aussi de Varèse - sont un signe clair que le groupe espagnol a clairement choisi son camp et abandonne le symphonisme aux bons soins de tout ceux qui veulent y croire encore, et ce même si on en trouve encore quelques traces ici. Après tout, pour des latins, pareil déni relève de l'impossible. "Concerto Grosso" a ses moments lui aussi et fait office de compromis entre les diverses démarches précitées. En dépit de ses indéniables qualités, le second Fusioon reste avant toutes choses une belle curiosité.

note       Publiée le jeudi 11 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

Dun23 › vendredi 23 juillet 2010 - 23:33 Envoyez un message privé àDun23

Constante: pochette moche!

Nicko › vendredi 12 août 2005 - 11:56 Envoyez un message privé àNicko
avatar
c'est quoi ce délire ? Les 2 premiers albums du groupe ne portent pas de nom ??? Pas facile pour les différencier si tu dois les commander sur le net ! mdr !!!