Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFusioon › S/t

Fusioon › S/t

8 titres - 30:52 min

  • 1/ Danza Del Molinero (4:33)
  • 2/ Ya Se Van Los Pastores (5:16)
  • 3/ Ses Porqueres (3:13)
  • 4/ Pavana Española (3:01)
  • 5/ Negra Sombra (3:44)
  • 6/ En El Puerto De Pajares (4:13)
  • 7/ Rima Infantil (3:37)
  • 8/ El Cant Del Ocells (4:15)

enregistrement

Barcelone, Espagne, 1972

line up

Santi Arisa (batterie), Marti Brunet (guitare, synthétiseur), Jordi Camp (basse), Manel Camp (piano, claviers)

remarques

chronique

Est-ce que les espagnols de Fusioon ont écouté le premier Nucleus, le groupe du trompettiste anglais Ian Carr ? La lointaine ressemblance de leur pochette pourrait nous le laisser croire, mais rien de tel. Par contre, ceci résume très bien le sentiment de défiance que suscite immanquablement ce disque, et par extension, ce groupe. Le leitmotiv demeure donc : ne jamais se fier aux apparences ! Fusioon est sans aucun doute un des rares groupes ibériques a avoir su proposer une oeuvre unique qui ne se soit pas sentie obligée, comme la plupart de ses compatriotes, à faire valoir ses racines et sa culture en incluant quelques espagnolades que par ailleurs nous nous serions vite empressés de zapper. Nous sommes en 1972, et ce que nous ne qualifions pas encore de progressif est un mouvement jeune qui franchit les frontières, fait des émules un peu partout en Europe pour atterir dans les esgourdes de musiciens désireux de montrer toute l'étendue de leur potentiel. Aussi, à l'heure de ce premier album prometteur, Fusioon pratique avant tout un progressif dans l'ère du temps : bardé d'influences classiques ("Pavana Española"), riche d'une instrumentation variée où l'on peut trouver aussi bien piano acoustique que flûte, voire même chorale et ensemble de cordes pour un effet encore plus baroque ("Danza Del Molinero", "Negra Sombra"). Tout cela en prenant bien soin de d'ores et déjà manifester en divers endroits clés de l'album l'envie farouche qui pousse tout le groupe à ne pas faire comme tout le monde, c'est à dire en s'amusant à enchasser dans des structures d'apparence conventionnelles quelques thèmes volontairement à contre courant. Orgue et guitare électrique viennent compléter le tableau d'une musique qui esthétiquement s'apparente aux premiers Yes et Focus ("Ya Se Van Los Pastores"), tout en allant beaucoup plus loin, notamment en développant, sans avoir l'air d'y toucher, des inclinaisons vaguement jazz (saxophone et clarinette à l'appui), voire avant-gardistes par le truchement d'atmosphères parfois énigmatiques. Une voie que Fusioon s'emploiera à développer davantage ultérieurement. Un bon début dont on appréciera avant tout la grande fraîcheur à défaut de véritable personnalité.

note       Publiée le jeudi 11 août 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".