Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFripp & Eno › (no pussyfooting)

Fripp & Eno › (no pussyfooting)

2 titres - 39:38 min

  • 1/ The Heavenly Music Corporation (20:55)
  • 2/ Swastika Girls (18:43)

enregistrement

Eno's Studio et Command Studio, Londres, Angleterre, 8 septembre 1972 et 5 août 1973

line up

Brian Eno (synthétiseur, Revox), Robert Fripp (guitare)

remarques

chronique

Styles
progressif
ambient
Styles personnels
frippertronics

La rencontre au sommet Fripp et Eno a des vertus historiques. Elle eut lieu bien avant que ne soit publié "Here Come the Warm Jets", tout premier exercice en solitaire de Brian Eno. En vérité, Island se faisait beaucoup de soucis et voyait d'un très mauvais œil cette collaboration qui aurait pu, selon leurs dires, précipiter leur poulain dans une voie nettement moins commerciale. Ah, la bonne blague ! S'ils avaient su à ce moment-là... Mais compte tenu de l'impact retentissant que générait alors Roxy Music, il n'y a rien d'étonnant à voir avec quelle détermination ces vieux requins se sont montrés décidés à battre le fer tant qu'il était chaud, postposant même la publication de ces sessions inédites pour garder intactes toutes les chances de son premier effort solo. Pourtant, cette association avait été motivée au départ pour une toute autre raison ; à l'automne 1972, Fripp et Eno se retrouvent chez ce dernier et entament l'enregistrement de ce qui deviendra "The Heavenly Music Corporation". En fait, le guitariste avait manifesté son désir de réaliser une musique de fond qui allait servir de préambule aux concerts que la nouvelle incarnation de King Crimson s'apprêtait alors à donner. Le résultat fut au-delà des espérances, nos deux compères expérimentant pour la première fois un système mis au point par le bidouilleur en titre de la bande à Bryan Ferry ; en reliant entre eux deux Revox et en faisant passer la bande enregistrée de l'un dans la bobine de lecture de l'autre, ils venaient de mettre au point sans le savoir l'ancêtre du sampleur, capable de répéter indéfiniment une séquence enregistrée en temps réel. Il s'agit donc bien de vagues de sons superposés, gagnant en intensité et en matière au fil de l'enregistrement sur lequel vient se greffer la guitare de Fripp, tour à tour aérienne et menaçante. Un procédé qui amènera Eno à développer la musique ambient ("Discreet Music") et Fripp ses célèbres Frippertronics. "(No Pussyfooting)" n'est sans doute pas un album facile d'accès mais se veut le témoin d'une recherche qui, trente ans plus tard, suscite toujours autant le respect.

note       Publiée le lundi 25 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "(no pussyfooting)".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "(no pussyfooting)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "(no pussyfooting)".

22goingon23 › lundi 21 mars 2016 - 16:31 Envoyez un message privé à22goingon23

les versions "reversed" des 2 plages ne sont pas anecdotiques ou de simples fourre-tout, car c'est de cette manière (et par erreur of course) que John Peel les a diffusées à la radio en décembre 1973.

Burnie › samedi 4 décembre 2010 - 16:56 Envoyez un message privé àBurnie

Dans l'édition CD double actuellement disponible, en plus des deux morceaux d'origine, qui sont très beaux, magnifiquement planants, grâce surtout à la Gibson douce et grasse de Fripp, il y a des bonus qui n'ajoutent pas grand chose : chacun des deux morceaux est passé à l'envers, puis le premier (The Heavenly Music Corporation) passé deux fois moins vite, ce qui le fait durer plus de 40 minutes. Si les versions inversées sont assez chouettes, la version ralentie est bien difficile à écouter jusqu'au bout, puisque la hauteur des notes est cantonnée dans des fréquences graves, bien sûr, ce qui fait qu'on perd cette merveilleuse clarté qui fait une bonne part de l'intérêt des morceaux originaux : plus de montée, plus d'élévation, plus de lumière, mais un truc lourd qui se traîne sans fin... Bref, l'idée est amusante, mais sa mise en œuvre n'est pas passionnante. Ça n'empêche nullement ce disque d'être très beau.

Note donnée au disque :       
Tango Mago › samedi 31 décembre 2005 - 21:37 Envoyez un message privé àTango Mago

Le classique du vide parfait.

Note donnée au disque :       
fracture › mardi 26 juillet 2005 - 13:41 Envoyez un message privé àfracture
de toutes façons, ça fait "wiiiiiiiiiizzzzzzzzzzzzzzzzzz"... ;oP (et aucun effet sur mon corps ;o)
Progmonster › mardi 26 juillet 2005 - 11:59 Envoyez un message privé àProgmonster
avatar
Loopstation rulez !
Note donnée au disque :