Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeathspell Omega › Kénôse

Deathspell Omega › Kénôse

cd | 3 titres | 36:22 min

  • 1 Everything, except GOD, has in it some measure of privation, thus all individuals may be graded according to the degree to which they are infected with mere potenciality. [15:45]
  • 2 Therefore, GOD honours the sword so highly that He calls it His own ordinance, and will not have men say or imagine that they have invented it or instituted it. [11:26]
  • 3 The stillness of Contemplation is allowed in billions of woeful cries, so astonishingly simultaneous and in unison, each and every second, they defuse each other in such a perfect manner, equalling the most inscrutable of all silences. [09:09]

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal

Je dois bien l'avouer, de Deathspell Omega, je ne connaissais que peu (ou rien) avant d'acheter cet album. Mais l'opportunité s'est faite récemment de mettre la main sur une de leur production avec ce "Kénose". Je ne pourrais donc pas le comparer avec leurs travaux précédents, mais nul besoin de comparaisons lorsqu'on tombe sur un produit d'une telle qualité. Car oui, cet opus est une véritable réussite, une perle comme rarement on peut en trouver (spécial dédicace à Stéphane pour cette petite intro bien sentie). Ce nouvel album des français m'a effet mis une sacrée beigne derrière les oreilles ! Tout commence sur une intro lourde, répétitive et angoissante que n'aurait pas renié Cult Of Luna, le tout finalisé par quelques excellents samples façon "Grace" de Tribes Of Neurot, comme quoi les frontières musicales entre les styles musicaux rétrécissent ces derniers temps... ! Puis c'est l'apocalypse : ça déboule de partout à la vitesse de l'éclair avec une virtuosité technique hors du commun. Le deuxième titre est encore meilleur, hallucinant de maîtrise malgré la violence dégagée, nous assénant sans pitié des riffs monstrueux tous plus géniaux les uns que les autres, épaulés par un chant écorché et incisif à souhait et une section rythmique particulièrement inspirée et efficace, avant de retomber progressivement sur un rythme mid-tempo extrêmement bien amené puis de s'achever sur un nouveau déferlement décibélique furieusement haineux et absolument imparable... Bref du grand art ! Pour le troisième et dernier titre, on prend les mêmes et on recommence, le tout entrecoupé par un passage ambient indus pesant et morbide du meilleur effet. Je ne terminerai pas sans dire un mot sur le livret du digipack, qui ne comporte pas moins de 40 pages de textes et de superbes illustrations. "Kénône" c'est l'apocalypse selon Saint Deathspell Omega ! Tout simplement excellent...

note       Publiée le lundi 25 juillet 2005

Dans le même esprit, Chris vous recommande...

partagez 'Kénôse' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Kénôse"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Kénôse".

ajoutez une note sur : "Kénôse"

Note moyenne :        45 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kénôse".

ajoutez un commentaire sur : "Kénôse"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kénôse".

Klarinetthor › mercredi 10 janvier 2018 - 02:19  message privé !

je sais pas si ça causait autrefois, mais ça m'a bien fait pouffer une ou deux fois

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mardi 9 janvier 2018 - 22:28  message privé !

Autant l’expo était sympa, autant le texte du mur, pour un peu on aurait cru qu’il causait de Michel-Ange...

Klarinetthor › mardi 9 janvier 2018 - 21:11  message privé !

ah, tant mieux; j'ai pas trouvé l'expo Deux comme etant particulièrement buoyante, aidant à vivre, sinon, que ce soit en se concentrant sur son oeuvre seule ou evidemment en lisant les courts paragraphes explicatifs de sa vie. Mais merci pour la découverte, le partage, ton premier post. On aurait souvent bien besoin de plus de comm dans le genre, ici.

Note donnée au disque :       
microbe666 › mardi 9 janvier 2018 - 19:40  message privé !

La Gana c'est exceptionnel. Je l'ai (re)lu début décembre, je pourrais en parler des heures, mais je vais me contenter de citer le 4ème de couverture (extrait de la préface par Maurice Nadeau - j'essaie de ne jamais lire les 4èmes de couv avant d'avoir lu les bouquins, c'est souvent pitoyable, mais là il dit bien les choses, c'est assez rare pour être noté) : (parlant de la poésie/littérature de Fred Deux) "Elle permet de substituer au dégoût ou à l’apitoiement facile la révolte. Elle entraîne un ouvrage qui aurait pu n’être que remarquable, et en marge, dans les grandes eaux d’une littérature qui aide à vivre."

Carrément que ça aide à vivre. C'est même "la vie" d'une certaine manière. Et puis on voit dans le récit de son enfance apparaître beaucoup d'organes et de formes, de viscères, qui aident à voir les oeuvres "de l'intérieur" de leur créateur.

Klarinetthor › mardi 9 janvier 2018 - 18:17  message privé !

Super cette expo Fred Deux terminée hier à Lyon donc. Touché par sa production, son obstination, ses dessins organiques, ses coulées de peintures deltaiques qui sortent des encres de chine gris et noirs, ses grandes etendues plus tardives. Plus qu'à lire la Gana, ouep.

Note donnée au disque :