Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCarnival In Coal › Collection prestige

Carnival In Coal › Collection prestige

11 titres - 46:17 min

  • 1/ Party at your house
  • 2/ Fuckable
  • 3/ Satanic Disaster
  • 4/ Right click.... save as...
  • 5/ Cartilage Holocaust
  • 6/ The lady and the dormant sponge
  • 7/ Delivery day
  • 8/ Ohlala
  • 9/ Living in the plastic age
  • 10/ D.O.A. (drunk once again)
  • 11/ Promenade

line up

Arno Strobl (voix), Axel Wursthorn (instruments, production)

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
cinc !

Il m'en aura fallu des écoutes pour venir à bout de ce nouvel album de Carnival in Coal ! Il faut dire que j'attendais le groupe au tournant, affûtant mon verbe rouillé et sanguinolent, prêt à démembrer la nouvelle offrande de notre satanique duo. Tout en frein à main contrôlé dérapage dans ta race la pute, Carnival négocie le virage avec une classe digne d'Ayrton Senna (attention, le m... !). La recette est toujours la même, hein, à base de death / grind / black couplé au funk, à la disco et autres trucs sans limites. Et de limite, ce "Collection Prestique" en repousse encore les lignes invisibles. Encore plus éclectique, si c'était possible. "Fuckable", qui débute comme du Carnivale classique, et qui se finit dans une orgie sonore qui pue le Fantômas, version death; "Satanic Disaster", pur morceau death / black tellement mélodique et fun qu'il en est pop, son break ultime dégoulinant le Mr Bungle, et son final hilarant; "Right click... save as", bombe hardcore sur le téléchargement, et son délire façon "anti-piratage du titre en polluant le truc avec un message démagos"; "D.O.A.", où le rejeton doom d'un Unholy, bouffé par une mélodie pop tellement lourde et tellurique qu'elle inspire un My Dying Bride aux vocaux pop; "Promenade", excellente surprise contemporaine, duo piano / violon (incroyable Beavis), où la rencontre entre John Cage et Mark Feldman; "Cartilage Holocaust", énorme tuerie funky pop tube de l'été (sans rire), fun jusqu'à la nausée, aux paroles anthologiques ("half naked bodies lying disclocated, wide opened torsos, members isolated"); "Living in the plastic age", géniale reprise des Buggles, etc... Seulement, l'éclectisme ne fait pas tout, et ça Carnival l'a compris avec son précédent opus, si bien que ce "Collection Prestige" dégage une ambiance mortelle, entre le rire et le mal à l'aise, comme lorsque l'on essaye de lâcher un pet discret dans un dîner bourgeois et qu'on se fait repérer par l'assemblée. Ou comme dans "Visitor Q" de Takeshi Miike, ou dans l'idée du burlesque à la Park Chan Wook. Un peu comme si vous étiez en train de voir une petite fille se noyer, et qu'en courant pour la sauver, vous trébuchez sur l'une de ses sucettes tombées de sa poche, et que cette même sucette s'enfonce dans votre oeil, touchant votre lobe frontal, rendant la motricité de votre corps tout à fait inutile. Une production au poil, un artwork totalement décalé, des invités excellents (la palme revient à Beavis, violoniste génial), et une ambiance façon "produit classe de superette comme les chocolats de l'ambassadeur"... pourtant, classe, cet album l'est vraiment. Si vous pleurez encore le split de Mr Bungle, sachez que Carnival in Coal s'est enfin donné les moyens de reprendre le flambeau. Alors faites moi plaisir, ne passez pas à côté de cet album.

note       Publiée le samedi 23 juillet 2005

partagez 'Collection prestige' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Collection prestige"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Collection prestige".

ajoutez une note sur : "Collection prestige"

Note moyenne :        20 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Collection prestige".

ajoutez un commentaire sur : "Collection prestige"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Collection prestige".

blacksorcerer › samedi 16 juillet 2011 - 11:51  message privé !

Aaaaaaaargh la claque! Un must du metal barré, siphoné, fondu, délirant, un metal pour ceux qui ont une araignée au plafond et qui le revendiquent!

Cockrellus Wumbus › dimanche 21 mars 2010 - 22:16  message privé !

Pas le meilleur truc au monde, mais l'idéée est belle et bien là, je me suis quand même bien amusé !

Note donnée au disque :       
necromoonutopia666 › mardi 26 août 2008 - 19:56  message privé !
le pastiche d'ocean machine est enorme. la voix est confondante. Quant au reste ca reste ca me liasse assez indifferant. C'est bien mais l'humour et la folie semble un peu "bridé" par rapport au albums précédant. Reste aussi la fin de je ne sais plus quel morceau qui réussit à sonner encore plus Trve qu'une démo de darkthrone.Bonne came mais je reste à fear not.
Note donnée au disque :       
prypiat › lundi 11 août 2008 - 19:05  message privé !
Cet album est juste un chef d'oeuvre (c'est Carnival In Coal...)... Au moins rien que pour "Fuckable" et son solo de xylophone, puis de bruits venant de tout et n'importe quoi à la fin - du cri de mouton au bruit de casserole, entre autres bien sûr... Assurément LA meilleure partie de l'album...
Note donnée au disque :       
boumbastik › vendredi 18 avril 2008 - 21:38  message privé !
Tout y passe : death, blak, disco, contemporain, funk, doom, des airs prog-fm. Le pire, c'est que c'est très bon. C'est pas une blague, stalbome. Jouissif au possible.
Note donnée au disque :