Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBill Bruford › Feels good to me

Bill Bruford › Feels good to me

10 titres - 47:42 min

  • 1/ Beelzebub (3:27)
  • 2/ Back to the Beginning (7:26)
  • 3/ Seems like a Lifetime Ago [part one] (2:31)
  • 4/ Seems like a Lifetime Ago [part two] (4:33)
  • 5/ Sample and Hold (5:19)
  • 6/ Feels Good to Me (3:58)
  • 7/ Either End of August (5:30)
  • 8/ If You Can't Stand the Heat... (3:28)
  • 9/ Springtime in Siberia (2:41)
  • 10/ Adios a La Passada [Goodbye to the Past] (8:49)

enregistrement

Trident Studios, Londres, Angleterre, août 1977

line up

Bill Bruford (percussions, batterie), Dave Stewart (claviers), Kenny Wheeler (trompette), Allan Holdsworth (guitare), Annette Peacock (chant), Jeff Berlin (basse), John Goodsall (guitare), Neil Murray (basse)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité. La réédition 2005 sur Winterfold Records comprend un titre bonus de qualité audio discutable, "Joe Frazier" (4:39), enregistré en concert à Park West, Chicago, Illinois, USA, le 27 juillet 1979, portant la durée du disque à 52:21

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
canterbury > fusion

C'est presque de notoriété publique ; j'ai un profond respect pour Bill Bruford ; un toucher incomparable, un sens du groove indéfectible qui n'éprouve aucune peine à se concilier avec sa forte sensibilité jazz qu'il exprime le plus souvent au travers de systèmes métriques compliqués dans un environnement aux accointances rock. Le prototype même du musicien idéal qui allierait feeling et intellect. Après avoir joué au sein de toutes les plus grandes formations progressives (Yes, King Crimson, Genesis, Gong, National Health), c'était presque courru d'avance que suite à la lamentable déconfiture que subissait ce courant à la fin des années soixante-dix, ce musicien émerite allait devoir tôt ou tard se prendre en main. "Feels Good to Me" est le premier signe de cette émancipation sur le long terme. Batterie et vibraphone résonnent à l'unison lorsque déboule "Beelzebub" ; instantanément, nous reconnaissons la patte Bruford dont la contribution active au processus de composition dans les formations précitées à toujours été jusqu'ici plutôt difficile à cerner. De l'aventure commune UK, il débauche Allan Holldsworth dont la réputation à l'époque n'était déjà plus à faire. Et c'est peut-être là un des problèmes majeurs de ce disque ; l'écrin dans lequel il s'épanouit arbore les mêmes sonorités que celles développées sur le premier UK, un super groupe sur papier mais artistiquement mort-né avant même d'avoir joué la première note. Bref, autant dire que ce n'est pas très brillant. Les penchants jazz fusion sont néamoins nettement plus marqués, mais cela ne représente pas nécessairement un mieux. Les musiciens sont certes irréprochables et possèdent une technique affolante mais les compositions ont bien du mal à avoir d'autres attraits que la seule satisfaction de pouvoir fabuler sur la complexité des partitions. Peu d'émotions donc, et quand ils s'y essayent, c'est plutôt raté ("Springtime in Siberia"). Même la mystérieuse Annette Peacock ne parvient pas à convaincre dans sa volonté à apporter à la musique de Bruford le souffle lyrique qui lui manque incontestablement. Dur constat, mais qui aime bien châtie bien...

note       Publiée le samedi 23 juillet 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Feels good to me" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Feels good to me".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Feels good to me".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Feels good to me".

Thierry Marie Envoyez un message privé àThierry Marie

"Les goûts, cela se discute, éminemment." Encore une fois, je m'inscris en faux et réfute cette chronique. "Feels Good To Me" est excellent, bien plus convaincant que le premier UK qui, lors de sa sortie, m'avait paru déjà daté (reproche il est vrai qui, 32 ans après, n'a plus le moindre sens car il ne reste plus que la musique, plus le contexte: l'air du temps, des modes, s'est évaporé), mais aussi un peu bancal, entre mélodies pop et technicité instrumentale un peu raccoleuse. Et puis, au risque de faire hurler, j'avais trouvé les vocaux assez laids. Il n'y a aucune froideur dans ce premier Bruford: juste de la retenue, de la précision, au service de la musique. Cet album est bien meilleur, plus cohérent, plus personnel qu'un "Bundles" par exemple. Je le préfère à "One Of A Kind" dont la couleur est plus basique, plus fusion. Les percussions mélodiques, la trompette de Kenny Wheeler sont d'indubitables plus. Quant à Annette (à quand la réédition de "X Dreams", avec le grand Bill à la batterie?), soit elle calibre ses interventions, mais c'est pour servir une musique dont l'essence réside dans la mesure et l'humilité...

Note donnée au disque :       
bubble Envoyez un message privé àbubble
uk caca ... et bruford en solo caca boudin
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada
rendez-vous sur main street en face du saloon pour un duel sanglant !
Progmonster Envoyez un message privé àProgmonster
avatar
UK, ça pue. Rendez-vous ici même un de ces quatre...
Note donnée au disque :       
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada
en plus, je suis sûr que c'était de la provoc délibérée.