Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEBrian Eno › Ambient 4 - On land

Brian Eno › Ambient 4 - On land

8 titres - 44:27 min

  • 1/ Lizard Point (4:34)
  • 2/ The Lost Day (9:12)
  • 3/ Tal Coat (5:27)
  • 4/ Shadow (3:00)
  • 5/ Lantern Marsh (5:31)
  • 6/ Unfamiliar Winds (5:26)
  • 7/ A Clearing (4:07)
  • 8/ Dunwich Beach, Autumn, 1960 (7:10)

enregistrement

Grant Avenue Studio, Ontario, Canada / Sigma Sound, RPM Studio, Celestial Sound, New York City, et OAO Studio, Brooklyn, USA / Basing Street Studios, Londres, Angleterre, septembre 1978 - janvier 1982

line up

Brian Eno (synthétiseurs)

Musiciens additionnels : Michael Beinhorn (synthétiseur), Michael Brook (guitare), Axel Gros (guitare), Jon Hassell (trompette), Daniel Lanois (équaliseur en prise directe), Bill Laswell (basse)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
ambient

Au cours de mes jeunes années d'études artistiques, je me souviens avoir visité de nombreux musées d'Art Contemporain. Était-ce Amsterdam ou Cologne ? Je l'ignore. En tout cas, ce qui est sûr, c'est que j'ai eu la chance de voir, entre autres choses, une installation de Brian Eno. Une oeuvre multimédia avant la lettre puisqu'étaient disposés dans une pièce rectangulaire trois enceintes acoustiques, dont une derrière le siège. Et face à celui-ci, une télévision disposée à la verticale, diffusant l'image d'un gratte-ciel occupant ainsi tout l'écran. Ce qui à priori paraissait immobile en réalité ne l'était pas. Le film diffusé se déroulait en temps réel, et ce n'est qu'en focalisant notre regard sur l'un ou l'autre nuage présent dans le ciel que nous pûmes prendre conscience de l'indicible mouvement. L'écran de télévision se transformait en fenêtre ouverte sur le monde et sur le temps qui passe. La musique diffusée dans la pièce accompagnait la lente progression du film par des touches mesurées, sans discontinuer. A l'heure où je reparcours les notes de pochettes d'origine de "On Land", je m'aperçois que c'est simultanément à la publication de ce disque que Brian Eno mit sur pied l'installation vidéo que je viens de vous décrire ; le schéma du dispositif est même détaillé à l'arrière de la pochette. Peut-être parce que pour ce projet-ci Eno eut la ferme intention de générer des images et non pas de développer avant tout une recherche à des fins technologiques, le quatrième volume de la série "Ambient" (le troisième étant crédité à Laraaji) s'avère être des plus prenants. On retrouve à ses côtés quantité d'artistes qui vont bientôt marcher sur ses pas (Michael Beinhorn et Bill Laswell de Material) ou lui prêter fidélité pour les décennies à venir (Jon Hassell, Michael Brook, Daniel Lanois). Les plages sont très sourdes et diffusent une imagerie obscure dont les précédents volumes étaient complètement dépourvus, chose qui, j'en suis sûr, n'est pas pour vous déplaire.

note       Publiée le jeudi 21 juillet 2005

partagez 'Ambient 4 - On land' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ambient 4 - On land"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ambient 4 - On land".

ajoutez une note sur : "Ambient 4 - On land"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ambient 4 - On land".

ajoutez un commentaire sur : "Ambient 4 - On land"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ambient 4 - On land".

sgt.Toupie › mercredi 21 février 2018 - 01:44  message privé !

paysages mentaux/ expressionnisme psychique. c'est l'oeuvre de Brian Eno que je préfère, elle a la noirceur d'une pièce sombre,un endroit idéal pour se reposer et de surcroît rêvasser d'une grande variétés de pièces. Il 'y a rien de cauchemardesque pour moi dedans, au contraire, une obscurité propice a des rêves aquatiques, et, forcément c'est un peu étrange, mais il faut forcément aimer un peu la bizarrerie, ne serait e que, pour apprécier la normalité.

zugal21 › dimanche 24 juillet 2016 - 15:27  message privé !

Alors là, je suis très preneur ! Je le découvre maintenant, donc tard...ça a une façon redoutable d'envahir (très très) calmement l'espace d'une façon peu innocente ; on est dans quelque chose de plus, euh, légèrement retors, que le 1 et le 2

Note donnée au disque :       
Seijitsu › mardi 8 juillet 2014 - 21:27  message privé !

Celui là par contre, c'est autre chose. C'est bien plus sombre, dense et prenant que la Musique pour Aéroports. Le petit côté drone qu'il y a ici doit jouer dans mon appréciation. Et rien que pour un truc aussi avant-gardiste que Tal Coat (de la dub techno 10 avant), c'est un album à connaitre.

Note donnée au disque :       
Alfred le Pingouin › lundi 26 mai 2014 - 22:53  message privé !

L'Ambient Series 3 avec Laraaji est énorme aussi!

Note donnée au disque :       
SEN › jeudi 31 octobre 2013 - 21:15  message privé !

Quel Bombe cet album, on sortant de voir Gravity j'ai immédiatement eut envie d'écouter Brian Eno !

Note donnée au disque :