Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTCecil Taylor › Live in the black forest

Cecil Taylor › Live in the black forest

  • 1978 - Mps, UCCU-9014 (1 cd)

2 titres - 51:13 min

  • 1/ The Eel Pot (25:32)
  • 2/ Sperichill on Calling (25:41)

enregistrement

SWF-Radio Jazz Concert, Kirchzarten, Allemagne, 3 juin 1978

line up

Jimmy Lyons (saxophone alto), Cecil Taylor (piano), Raphé Malik (trompette), Ramsey Ameen (violon), Sirone (contrebasse), Ron Jackson (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
free jazz

Enregistré en public dans les studio de la radio allemande, "Live in the Black Forest" donne l'impression de nous narguer. En effet, voilà un disque qui semble vouloir nous montrer derrière son sourire insolent ce à quoi devrait ressembler tout disque de jazz, et pas seulement free. Une véritable leçon. Bien qu'en comité réduit, Cecil Taylor peut compter ici sur les fidèles parmi les fidèles ; le saxophoniste Jimmy Lyons, quasi indissociable de son univers tourmenté, mais aussi le trompettiste Raphé Malik qui intégra le Unit dès 1976. A leurs côtés, on trouve également un violoniste, en la personne de Ramsey Ameen, et enfin un certain Ron Jackson - pas encore Shannon - au siège de batteur, juste après le Prime Time d'Ornette Coleman et juste avant sa Decoding Society. En n'oubliant pas de citer Sirone, le contrebassiste, j'aurais ainsi fait le tour complet du Cecil Taylor Unit. Et bien que ce dernier soit tout aussi talentueux que les autres membres du groupe, il serait malhonnête de ma part de vouloir occulter le fait que la performance des cinq autres musiciens se déroule simplement dans une toute autre catégorie, presque de l'ordre du surnaturel. On sait à quel point le pianiste s'est toujours fait un honneur de constituer autour de lui des ensembles où l'osmose toujours prévaut. Cette profession de foi est ici plus infaillible que jamais, même si les différents soli qui se succèdent ont de quoi donner le tournis. Outre Cecil Taylor, égal à lui-même, Jimmy Lyons se fait à peine entendre sur "The Eel Pot", mais se rattrape d'emblée sur la seconde improvisation collective. Sur "The Eel Pot" toujours, c'est Raphé Malik et Ramsey Ameen qui lui volent la vedette. Un violoniste décidément très en verve et qui taquine tout le monde sur "Sperichill on Calling"". Ronald Jackson, quant à lui, impose un rythme puissant et souple à la fois, presque rock, qui s'accorde à merveille avec la musique de Cecil Taylor. Mais au-delà des prouesses individuelles, la grande force de ce disque réside dans les zones de silence savamment négociées et les respirations que le groupe s'octroie. Ce sont ces interstices qui permettent à la musique d'exister, et lui donnent à la fois profondeur et tension. Une chose que certains bruitistes pas forcément qualifiés omettent trop souvent. Cecil Taylor peut donc continuer à poser les bras croisés ; c'est pas demain qu'on va venir l'inquiéter...

note       Publiée le samedi 16 juillet 2005

partagez 'Live in the black forest' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Live in the black forest"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Live in the black forest".

ajoutez une note sur : "Live in the black forest"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live in the black forest".

ajoutez un commentaire sur : "Live in the black forest"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live in the black forest".

Khyber › vendredi 11 mars 2011 - 20:15  message privé !

Fais un tour sur eBay, une occasion comme neuve autour de 20€ en cours jusqu'à ces trois prochains jours

Eas › jeudi 10 mars 2011 - 19:52  message privé !

putain, introuvable en CD ce live... pourquoi diantre ce monstre n'a t'il été réédité qu'une fois ?!

Coltranophile › lundi 4 octobre 2010 - 19:01  message privé !

oui le vinyle est facile à trouver comme souvent les MPS et pas chère. Les galettes étaient pas de qualité extraordinaires cela dit. A ma connaissance il n'existe qu'un pressage CD japonais qui doit coûter un bras aujourd'hui. Pour le duo Taylor/Roach, il s'agit d'un concert donc c'est en continu en fait mais c'est découpé d'après mes souvenirs ainsi: un long solo de Roach/ un long solo de Taylor et ensuite un duo encore plus long.

Note donnée au disque :       
Seb de Super › lundi 4 octobre 2010 - 18:56  message privé !

En CD il est pas raisonnable, mais en vinyle un peu plus.

NevrOp4th › lundi 4 octobre 2010 - 16:59  message privé !

D'ailleurs ce disque ce trouve t il à un prix raisonnable? Je crois avoir lu la chro je ne sais combien de fois en me persuadant que c'est encore un de ces albums complètement introuvable ou presque.

Edit : Pour le duo avec Max Roach , c'est pas celui sur deux titres qui avoisinent chacun les 30 mins? Si c'est celui-ci, j'avoue avoir était subjugué par ce délire Free ^^