Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSWilliam Sheller › Ailleurs

William Sheller › Ailleurs

  • 1989 • Philips 842 004-2 • 1 CD

11 titres - 51:27 min

  • 1/ Le Témoin Magnifique : prélude à tempo d'un jogger (1:58)
  • 2/ Le Témoin Magnifique : cadenza del sol (1:02)
  • 3/ Le Témoin Magnifique : chant du témoin (4:54)
  • 4/ Un Archet sur mes Veines (3:51)
  • 5/ Excalibur (6:38)
  • 6/ La Tête Brûlée (6:19)
  • 7/ Sergeï (6:15)
  • 8/ Octuor (3:58)
  • 9/ La Sumidagawa (8:33)
  • 10/ Partita (1:37)
  • 11/ Ailleurs (6:22)

enregistrement

Studio du Palais des Congrès, Paris, France, 1989

line up

Jean-philippe Audin (violoncelle), William Sheller (piano, chant, orchestration), Jean-Claude Dubois (direction orchestrale), Constantin Bobesco (violon), Hervé Cavelier (violon), Agnès Toussaint-Audin (alto)

remarques

chronique

Styles
chanson
musique classique
moderne
pop
Styles personnels
chanson française

"Univers" ne s'était pas contenté d'offrir de nouvelles perspectives à William Sheller ; cet album, rapidement disque d'or, mit définitivement l'artiste en confiance, d'autant plus que le public fidèle se montra alors plus que décidé à le suivre dans cette voie. Plus que jamais, s'abandonner à ses aspirations symphoniques était du domaine du possible, et "Ailleurs" ne pouvait en être que l'aboutissement logique. Tout concourt à faire de ce disque un objet unique, à commencer par son emballage aux couleurs et aux textures automnales, cultivant une fois de plus une imagerie romantique. L'austèrité apparente des pièces présentes sur ce disque, consolidé par le choix judicieux d'un dépouillement extrême, permet à "Ailleurs" de ne pas réitérer la seule erreur commise par son prédécesseur, à savoir celle d'une instrumentation rock qui ruina plus d'une fois tout le potentiel émotionnel de l'ensemble classique qui l'accompagnait alors. Quand c'est néanmoins encore le cas ("Le Chant du Témoin"), le travail est tellement en retrait ou représenté par des éléments si discrets (un tambourin sur le blues pour quatuor à cordes "Un Archet sur mes Veines") que l'impression générale qui s'en dégage reste belle et bien celle d'un Sheller seul face à l'orchestre. La plage titre, pourtant peu accrocheuse, s'y adonne encore mais là le mixage paraît nettement plus équilibré. Là où "Univers" se voulait franchement symphonique, "Ailleurs" se montre quant à lui bien plus proche de la musique de chambre, et fatalement aussi plus sombre. Le remous, ici, est intérieur. "Excalibur" s'impose comme le titre le plus ambitieux de l'album ; une pièce où s'exprime tout le lyrisme de l'artiste, tirant les leçons du passé. En effet, ce titre désormais emblématique de la carrière de Sheller réussit l'hybridation classique - chanson française là où "L'Empire de Toholl" échoua assez lamentablement. Peu de titres en somme peuvent prétendre cette fois à un passage radio - "La Tête Brûlée" peut-être - mais des pièces comme le très Stravinskien "Sergeï" ou encore le fleuve "La Sumidagawa", d'insipration forcément orientale, appelent à une écoute dans le recueil. La même exégèse s'applique à l'album tout entier.

note       Publiée le jeudi 14 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ailleurs".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ailleurs".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ailleurs".

Aladdin_Sane › dimanche 15 septembre 2013 - 14:26  message privé !

Le meilleur Sheller ? En tous cas le plus réussi dans l'hybridation variété/pop/classique.

nowyouknow › mardi 27 décembre 2011 - 20:20  message privé !

Le plus raffiné des Sheller, assurément un de ses meilleurs albums. Un des plus tristounet aussi.

Note donnée au disque :       
SEN › mardi 27 décembre 2011 - 20:18  message privé !

6 boules et puis c'est tout !!!

Note donnée au disque :       
daï › samedi 25 août 2007 - 03:41  message privé !
Comme toujours chez Sheller, un disque "d'automne" à déconseiller aux dépressifs. Le niveau musical est tel qu'il est inutile d'essayer de trouver des comparatifs (et surtout pas dans la "chanson française" auquel il est apparenté). Encore une fois, il flirte (et avec quel génie) avec le classique. Will is great !! Ames sensibles s'abstenir.
Note donnée au disque :       
Twilight › vendredi 15 juillet 2005 - 00:44  message privé !
avatar
Subjugé par 'Excalibur', j'attendais beaucoup de cet album qui m'a beaucoup moins touché que je ne l'aurais pensé, exception faite de 'Exclaibur' et 'Sergei'...Pourtant tout ce qu'il faut est là, mais chez moi,ça passe pas aussi bien, ça me frustre...
Note donnée au disque :