Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSWilliam Sheller › Univers

William Sheller › Univers

  • 1987 - Philips, 830 671-2 (1 cd digipack)

9 titres - 42:12 min

  • 1/ Darjeeling (3:55)
  • 2/ Basket Ball (4:04)
  • 3/ Encore une heure, encore une fois (3:33)
  • 4/ Les Miroirs dans la Boue (3:43)
  • 5/ Chamber Music (4:59)
  • 6/ Le Nouveau Monde (5:01)
  • 7/ Cuir de Russie (3:27)
  • 8/ Guernesey (4:17)
  • 9/ L'Empire de Toholl (9:13)

enregistrement

Studio du Palais des Congrès, Paris, France, 1987

line up

Jean-pierre Catoul (violon), Claude Salmieri (batterie), William Sheller (sitar, piano, chant), Jannick Top (basse), Laurent Roubach (guitare), Renaud Hantson (batterie), Pierre Gossez (saxophone alto), Georges Grenu (saxophone), Marcel Hrasko (baryton), Gilbert Viatge (baryton), Francis Cournet (saxophone, basse), Benoît Paquay (violon), Eric Gertmans (alto), J.P Emyle Dessy (violoncelle), Padovan (basse),Tolbiac Toads (guitare, voix, batterie), Raymond Lefèvre (direction orchestrale)

chronique

Styles
chanson
musique classique
baroque
pop
progressif
Styles personnels
chanson française

Le parcours de William Sheller est celui d'un homme préoccupé par le souci d'inclure ses ambitions personnelles dans une carrière au succès populaire à contre-courant. Depuis "Simplement" et ses concerts mémorables en compagnie du quatuor Halvenhalf, le pianiste s'est sorti peu à peu de l'amnésie qui l'avait éloigné assez vite de sa toute première oeuvre, l'imposante suite symphonique "Lux Aeterna". Une carrière pop brillamment exécutée, efficacement produite, au service de mélodies mélancolico-bucoliques qui ont fait de Sheller un acteur discret mais respecté par ses pairs, voilà tout ce que nous connaissons du bonhomme. Mais pour la réalisation de cet "Univers", William Sheller va singulièrement s'écarter des sentiers balisées avant lui par Véronique Sanson et réalise enfin un album à la hauteur de ses prétentions. Tout en restant farouchement pop, toujours porté par des mélodies délicates et élégantes, Sheller donne du coffre à ses compositions en les baignant d'une lumière néo-classique qui lui sied à merveille, cuivres et cordes se disputant les premières places. J'ai du mal à comprendre ceux qui pensent qu'un tel effet est purement gratuit. S'il est vrai qu'Albinoni est vaguement revisité, la richesse des arrangements et des partitions donnent a mon sens plus de force et de profondeur à ses titres qui jouissent ainsi presque tous de l'expérience de musiciens de formation classique. "Univers" contient néanmoins quelques tubes, et non des moindres, comme "Darjeeling", "Basket Ball", "Les Miroirs dans la Boue" ou le fabuleux "Le Nouveau Monde". Je regrette toutefois la présence systématique de parties de batterie, souvent lourdingues, notamment sur le titre précité ; et justement, ce sont peut-être ces accroches encore vaguement rock qui, à mon sens, s'avèrent être proprement inutiles. Dans l'ensemble, "Univers" dégage une atmosphère romantique qui, par instant, me rappele le Genesis de la grande heure ("Chamber Music"). D'ailleurs, à l'image de "The Battle of Epping Forest", l'imposant et épique "Empire de Toholl" semble quant à lui partir d'une bonne intention mais finit lui aussi en eau de boudin. Malgré ces petites erreurs de cadrage, le bilan reste toutefois très positif.

note       Publiée le jeudi 14 juillet 2005

partagez 'Univers' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Univers"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Univers".

ajoutez une note sur : "Univers"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Univers".

ajoutez un commentaire sur : "Univers"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Univers".

mangetout › samedi 12 mars 2016 - 13:02  message privé !

J'ai vu ça, je me tâte, le problème c'est que ça va me faire beaucoup de doublons, mais c'est surtout pour avoir les albums des années 70, début 80, introuvables séparément.

Sinon je me suis réécouté ce "Univers" cette semaine, le hasard fait bien les choses et c'est toujours un plaisir. J'ai envie de dire que c'est du Sheller "classique" mais au bon sens du terme, dans l'acceptation "maitre étalon", dont l'acmé est "L'Empire de Toholl" superbe pièce de rock symphonique à l'énergie palpable. Du bel ouvrage, mais on est un peu habitué avec le père Sheller, son dernier, "Stylus" étant une petite (il fait à peine 34 minutes) pépite ciselée avec précision et attention, toute en délicatesse et humanité !

Aladdin_Sane › samedi 12 mars 2016 - 09:26  message privé !

L'intégrale de William Sheller "préférences" vient de sortir. On y retrouve ses albums pop, des lives (dont un inédit) mais aussi ses oeuvres classiques. Joie !

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › samedi 14 septembre 2013 - 21:22  message privé !

Fallait oser sortir un album pareil en 87. Rien que pour ça (et quelques autres oeuvres comme Lux Aeterna), William Sheller aura toujours mon respect.

Note donnée au disque :       
SEN › mardi 27 décembre 2011 - 20:54  message privé !

J'me rappel que j'aimais beaucoup le "Nouveau Monde" et "L'empire de Toholl".... Va falloir que je réécoute cet album au plus vite !

Note donnée au disque :       
nowyouknow › mardi 27 décembre 2011 - 20:25  message privé !

Un gros pas de franchi par rapport à 'Simplement' et ses arrangements. L'excellent album Live de 84 (son meilleur album?) annonçait déjà cette évolution. Sheller lie la pop au classique, il ne fera presque plus de tubes (ok le 'presque' en question est immense) mais fera de meilleurs albums. Pour moi cet album fut le premier, alors c'est difficile de rester de marbre quand j'écoute ce type qui jouait pas mal au basket ball me parler de la pluie qui fait des miroirs dans la boue.

Note donnée au disque :