Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMOlivier Messiaen (1908-1992) › Eclairs sur l'au-delà

Olivier Messiaen (1908-1992) › Eclairs sur l'au-delà

11 titres - 64:56 min

  • 1/ I. Apparition du Christ glorieux (6:54)
  • 2/ II. La constellation du Sagittaire (6:19)
  • 3/ III. L'Oiseau-lyre et la Ville-fiancée (4:01)
  • 4/ IV. Les Elus marqués du sceau (2:20)
  • 5/ V. Demeurer dans l'Amour... (10:20)
  • 6/ VI. Les Sept Anges aux sept trompettes (5:48)
  • 7/ VII. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux (3:19)
  • 8/ VIII. Les Etoiles et la Gloire (11:25)
  • 9/ IX. Plusieurs Oiseaux des arbres de Vie (2:48)
  • 10/ X. Le Chemin de l'Invisible (3:36)
  • 11/ XI. Le Christ, lumière du Paradis (8:06)

enregistrement

Opéra Bastille, Paris, France, 1993.

line up

Orchestre de l'Opéra Bastille, Myung-Whun Chung (direction).

remarques

chronique

Styles
musique classique
contemporain
Styles personnels
contemporain

"Eclairs sur l'Au-delà" est le testament musical d'Olivier Messiaen, achevé peu avant sa mort. Sans doute le pressentait-il, car cette oeuvre aux dimensions imposantes reprend et synthétise à peu près toutes les caractéristiques de son langage, en des termes profonds, calmes et apaisés. L'orchestre est impressionnant : pas moins de 128 musiciens, avec, outre une large formation instrumentale classique, l'utilisation de toutes sortes de percussions (crotales, glockenspiels, marimbas, xylophones, xylorimbas, cloches tubulaires, éoliphone, réco-réco, gongs, fouets, tams-tams, etc.) ; pourtant, le propos est d'une simplicité enfantine, ou plutôt devrais-je dire biblique, tant l'oeuvre est tournée vers le recueillement, la prière... Ainsi, de même que dans "L'Ascension", Messiaen n'hésite pas faire résonner ses harmonies acides aux couleurs typiques en n'utilisant qu'un seul pupitre d'instruments : les cuivres seuls se chargent de l'introduction en majesté du "Christ glorieux" dans le premier mouvement ; les cordes seules chantent la louange divine dans "Demeurer dans l'Amour..." ainsi que dans la conclusion du "Christ, lumière du Paradis". On retrouve également les sauts brusques et l'impact percussif de la "Turangalîla". Et puis il y a les oiseaux. Pour le compositeur français, ils sont l'image de la joie, de la jubilation de l'âme, et leur chant symbolise l'innocence. Omniprésents dans son oeuvre depuis le "Quatuor pour la fin du temps" jusqu'au "Catalogue d'oiseaux", ils figurent également en multitude dans cette pièce, viennent peupler de leur chant presque tous les mouvements. Messiaen fait de ces oiseaux-lyres, bulbuls, fulvettes, shamas, merles, garrulaxes, loriots... (bon, il y en a plusieurs dizaines) les premiers témoins de la Jérusalem céleste. Ils sont par ailleurs la liaison entre l'humanité et les étoiles, dont la clarté est elle aussi un appel divin. Ce qui se dégage d'abord de la musique, c'est une lourdeur majestueuse et tranquille. La profusion de détails, les coloris harmoniques, trilles d'oiseaux, le foisonnement instrumental... servent des desseins évidents. Les accords des cuivres succèdent aux bruits de la forêt, qui eux-mêmes servent de prémisses à la cantilène des cordes ; parfois, c'est un fouillis d'apocalypse indescriptible et violent que nous entendons, appel au châtiment, fouet, coups percussifs cinglants, tonnerre dans l'orchestre... Mais tout cela trouve sont point final dans l'amour de Dieu, comme si le trémolo constant des violons du septième mouvement, qui agit tel un nimbe de lumière sur la mélodie principale, était la continuité naturelle de la fureur exprimée dans le mouvement précédent, "Les sept Anges aux sept trompettes". Ou comment passer de l'ombre à la lumière...

note       Publiée le samedi 9 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Eclairs sur l'au-delà".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Eclairs sur l'au-delà".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Eclairs sur l'au-delà".

blub › dimanche 24 février 2008 - 01:56  message privé !
viens de le choper y quelques temps et ma premiere inpression est énorme! note d'ici peu
Arno › jeudi 19 octobre 2006 - 23:56  message privé !
Ca se joue à Liège au mois de mars... www.opl.be Avec l'orchestre philharmonique de Liège et l'orchestre de Maastricht...
Note donnée au disque :       
Arno › samedi 8 avril 2006 - 16:30  message privé !
Pas une seule œuvre ne m'a donné un tel sentiment d'apaisement et de plénitude... A faire palir le plus farouche des athées... Je me réjouis d'entendre ce monument en vrai...
Note donnée au disque :       
heirophant › samedi 4 février 2006 - 21:39  message privé !
quelle pochette!
kfigaro › mercredi 7 décembre 2005 - 16:54  message privé !
Une oeuvre habitée et rappelant le style modal de ses débuts (L'Ascension, Poèmes pour Mi...)... un beau "tombeau" musical.