Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSantana › Caravanserai

Santana › Caravanserai

  • 2003 • Legacy 511128 2 • 1 CD

10 titres - 51:35 min

  • 1/ Eternal caravan of reincarnation
  • 2/ Waves within
  • 3/ Look up (to see what's coming down)
  • 4/ Just in time to see the sun
  • 5/ Song of the wind
  • 6/ All the love of the universe
  • 7/ Future primitive
  • 8/ Stone flower
  • 9/ La fuente del ritmo
  • 10/ Every step of the way

enregistrement

Entre février et mai 1972.

line up

José "chepitó" Areas (tambours, congas, bongos), Tom Harrel (arrangements orchestraux), Neal Schon (guitare), Lenny White (castagnettes), Hardley Caliman (saxophone), Tom Rutley (contrebasse), Wendy Haas (piano), James Mingo Lewis (percussion, congas, bongos, piano, voix), Carlos Santana (guitare, percussion, voix), Mike Shrieve (batterie), Douglas Rauch (basse, guitare), Douglas Rodrigues (guitare), Gregg Rolie (orgue, piano), Rico Reyes (voix), Armando Peraza (percussion, bongos), Tom Coster (piano électrique)

remarques

Il s'agit de l'édition remasterisée.

chronique

Styles
jazz
progressif
rock
world music
Styles personnels
fusion

Parlons un peu d'une époque bénie et hélas depuis longtemps révolue. ‘Caravanserai’ est le quatrième album de Santana. Avant ça, ces types étaient déjà des tueurs ; mais après ça, ils devinrent universels. Les trois premiers albums, sortis respectivement en 1969 ("Santana"), 1970 ("Abraxas") et 1971 ("Santana III") avaient révélé au monde une fusion, qui sembla d'emblée évidente, entre des rythmes latinos et un rock incandescent. Il s'en dégageait une musique incroyablement violente. Car il ne faut pas s'y tromper, ces jeunes gens, qui venaient de la rue, avaient la rage. En studio, et encore plus sur scène, ils vous collaient de grandes baffes dans la gueule. Faites l'expérience d'écouter le supersonique "Santana III" juste après des enregistrements contemporains de Black Sabbath ou de Led Zeppelin ; vous verrez que, dans un genre différent, les deux groupes britanniques sembleraient presque manquer d'énergie. Bien sûr, Carlos Santana est un guitariste au feeling énorme et à la virtuosité flamboyante, mais c'est du groupe tout entier que la musique tire sa force. Les percussions de Jose Areas et James Mingo Lewis, Gregg Rolie aux claviers, et surtout Mike Shrieve derrière ses fûts... putain, ce type-là fait vraiment peur. Il se dégageait de tout ça une explosivité, une force de frappe sans pareille, qui atteignait des sommets dans le troisième opus du groupe. En 1972, avec l'arrivée de nouveaux musiciens, notamment Douglas Rauch à la basse et Tom Coster au piano, Santana décide d'élargir encore son champ d'investigations, il mêlera à son rock latino une touche de world music, un zeste de funk, un peu de jazz atmosphérique, et, sans doute impressionné par les exploits du Mahavishnu Orchestra, cherchera aussi cette espèce de fusion jazz-rock progressive, repoussant encore les limites de la virtuosité instrumentale. Inclassable. Ce mélange des genres a de quoi effrayer sur le papier. Et pourtant, c'est le miracle. Unique ; il ne se reproduira plus. Mais là, nous y sommes. C'est incontestablement l’un des plus beaux disques des années 1970. Il coule de source. Depuis le chant des grillons sur lequel s'ouvre l'album, avec ce solo de saxophone introductif déchirant qui s’élève, majestueuse introduction avant l’arrivée de la contrebasse, annonçant ‘l’éternelle caravane de la réincarnation’ ; jusqu'à l'orgie instrumentale enflammée de l’énorme "Every step of the way", une composition de Mike Shrieve, justement... tout ou presque est parfait. La face A est un enchaînement de titres qui traduisent parfaitement ce sentiment d’élévation spirituelle que le groupe a voulu faire partager, des ‘vagues intérieures’, exactement. Une élévation graduelle, qui passe par les accents funky de ‘Look up’, avant de continuer toujours plus haut vers ce soleil aveuglant, et de culminer sur le solo de guitare de ‘Song of the wind’, dont l’évidence mélodique et la fluidité épanouiront votre âme. Histoire d’en rajouter une couche, c’est ‘All the love of the universe’ qui vous attend sur l’autre versant, nouveau moment d’anthologie, qui donne son sens spirituel aussi bien que musical au mot ‘fusion’. Puis c’est la descente vers le volcanique ‘Every step of the way’, durant laquelle vous assisterez à une joute incongrue entre des joueurs de congas, bongos et un vaisseau extra-terrestre ; vous bifurquerez vers des régions où règnent salsa et bossa, avant d’être engloutis dans un jazz-rock destructeur. Marquant le début d’une nouvelle ère pour la formation, cette voie sera poursuivie avec ‘Love devotion surrender’, ‘Welcome’ et ‘Illuminations’, sans que jamais un tel état de grâce ne soit retrouvé. Certains hurleront sans doute en voyant Santana sur ce site, et ils auront tort, car s’il y a un album d’eux qui mérite d’y être, c’est ‘Caravanserai’. Ca tombe bien, c’est leur chef-d’œuvre.

note       Publiée le samedi 9 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Caravanserai".

notes

Note moyenne        25 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Caravanserai".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Caravanserai".

Aladdin_Sane › mercredi 15 mai 2019 - 15:20  message privé !

Effectivement, c'est probablement leur chef d’œuvre même s'il y a d'autres albums/live qui valent quand même l'écoute (je pense notamment à Moonflower avec cette belle reprise de "She's not there").

Note donnée au disque :       
SEN › vendredi 26 janvier 2018 - 22:04  message privé !

ah oui tout à fait recommandable, mais c'est un live je parlais de ses albums studio !

Note donnée au disque :       
dariev stands › vendredi 26 janvier 2018 - 18:38  message privé !
avatar

Lotus, quand même, non ?

nicola › jeudi 25 janvier 2018 - 21:30  message privé !

C’est exactement ce que j’ai fait.

Note donnée au disque :       
SEN › jeudi 25 janvier 2018 - 19:54  message privé !

Du premier jusqu'à celui là c'est tout bon, mais faut pas allez au delà !

Note donnée au disque :