Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNMe'shell Ndégéocello › The spirit music Jamia : dance of the infidel

Me'shell Ndégéocello › The spirit music Jamia : dance of the infidel

  • 2005 - Emarcy, 982673-5 (1 cd)

8 titres - 61:58 min

  • 1/ Mu Min (1:54)
  • 2/ Al Falaq 113 (11:47)
  • 3/ Aquarium (4:43)
  • 4/ Papillon (11:32)
  • 5/ Dance of the Infidel (7:26)
  • 6/ The Chosen (6:34)
  • 7/ Luqman (11:55)
  • 8/ Heaven (6:07)

enregistrement

Avatar Studios, New York City, USA, 1-4 mars 2003

line up

Ron Blake (saxophone soprano et ténor), Don Byron (clarinette), Michael Cain (piano, claviers), Mino Cinelu (percussions), Chris Dave (batterie), Jack Dejohnette (batterie), Kenny Garrett (saxophone alto), Matthew Garrison (basse), Lalah Hathaway (chant), Gene Lake (batterie), Oliver Lake (saxophone alto), Gregoire Maret (harmonica), Me'shell Ndégéocello (basse, programmation), Federico Peña (claviers), Josh Roseman (trombone), Brandon Ross (guitare), Yosvany Terry Cabrera (Yosvany Terry) (percussions), Cassandra Wilson (chant), Oran Coltrane (trompette), Neal Evans (piano, claviers), Didi Gutman (claviers, programmation), Pedro Martinez (percussions), Takuya Nakamura (programmation), Ari Raskin (programmation), Dan Reiser (percussions), Wallace Roney (trompette), Sabina (piano, chant)

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
fusion

Diable de Me'Shell ! Alors que nous n'avions des nouvelles d'elle que tous les trois ans, voici qu'elle multiplie les sorties en l'espace de quelques années. Son dernier projet en date, "The spirit music Jamia : dance of the infidel" est certainement le plus étonnant qu'elle nous ait offert jusqu'ici. Publié chez Emarcy, il signe l'émancipation d'une femme qui ne cesse d'explorer toutes les formes musicales. L'avenir nous dira en effet si le divorce d'avec Maverick a enfin été consommé pour de bon. Pour l'heure, elle revient avec un album qui a tout du rêve devenu réalité. Si elle est l'instigatrice du projet et en signe toutes les compositions, elle n'intervient en réalité que très peu à la basse, laissant à toute une ribambelle de musiciens jazz triés sur le volet d'interpréter sa musique avec le même feu et la même passion qui l'ont toujours habité. La liste est longue, mais on pointera quand même, histoire de se mettre l'eau à la bouche, les noms de Mino Cinelu (Miles Davis), Don Byron, Oliver Lake, le brillant Kenny Garrett sur "Al-Falaq 113", Brandon Ross (Henry Threadgill), Jack DeJohnette ou Cassandra Wilson... Son effacement est total, permettant, par exemple, à Sabina, d'illuminer de son chant chaud, ambigu et imagé, entre Joni Mitchell et Suzanne Vega, un titre comme "Aquarium". Mais cela reste malgré tout les titres les plus longs qui restent les plus impressionnants car l'implication des musiciens se fait sans compter, ce qui nous octroie de (très) grands moments de musique improvisée, et une série de solii déchirants et fougueux sur des atmosphères mi world, mi fusion. Peut-être parce que complètement inattendu, ce nouvel essai arbore les profils de la plus belle plaque de jazz sortie cette année. "The spirit music Jamia : dance of the infidel" nous permet donc de retrouver Me'Shell dans un contexte qui - on l'a toujours senti - ne lui a jamais été étranger mais auquel elle s'abandonne ici avec délectation, pour elle comme pour nous. En tout cas, une artiste intègre qui ne cesse de surprendre.

note       Publiée le vendredi 24 juin 2005

partagez 'The spirit music Jamia : dance of the infidel' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The spirit music Jamia : dance of the infidel"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The spirit music Jamia : dance of the infidel".

ajoutez une note sur : "The spirit music Jamia : dance of the infidel"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The spirit music Jamia : dance of the infidel".

ajoutez un commentaire sur : "The spirit music Jamia : dance of the infidel"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The spirit music Jamia : dance of the infidel".