Vous êtes ici › Les groupes / artistesFDror Feiler & The Too Much Too Soon Orchestra › What is the point of Paris ?

Dror Feiler & The Too Much Too Soon Orchestra › What is the point of Paris ?

3 titres - 72:15 min

  • 1/ Alka (26:28)
  • 2/ OpFor (17:53)
  • 3/ DiaMat (27:54)

enregistrement

The Alka Art Centre, Linköping et Fylkingen, Stockholm, Suède, 1991-1995

line up

Tommy Björk (batterie, percussions), Dror Feiler (sopranino, saxophone alto et ténor, clarinette, clarinette basse, melodica, marteau piqueur, tronçonneuse), Raymond King (violoncelle électrique), Mats Lindström (zither, synthétiseur, programmation, rasoir électrique, marteau piqueur), Paul Pignon (clarinette), Sören Runolf (guitare, synthétiseur, melodica, machinerie, assortiment de pièces métalliques)

remarques

chronique

Styles
musique classique
jazz
indus
Styles personnels
contemporain > avant garde

Dror Feiler retrouve ses camarades du groupe jazzcore Lokomotiv Konkret (Tommy Björk et Sören Runolf) dans une nouvelle configuration qui tend sans doute à lui donner plus de respectabilité. "What is the Point of Paris ?" est déjà sa deuxième publication sous la banderole du Too Much Too Soon Orchestra qui ne recule devant aucun effet gratuit pour jouer la carte du compositeur post moderne. Concevant l'acte artistique comme un travail avant tout préoccupé par un souci d'authenticité plutôt qu'une simple notion esthétique, les oeuvres de Feiler, malgré leurs temps d'expositions relativement long, peinent à dissimuler l'attachement profond à un mode d'écriture hérité du jazz. Toujours accompagné de son fidèle guitariste Sören Runolf, grand amateur du larsen à outrance devant l'Éternel, le saxophoniste compositeur évoque peut-être bien malgré lui les tumulteuses aventures du März Combo, dirigé par le tandem Brötzmann père et fils. Jamais radin en agressions diverses, Feiler pousse le bouchon jusqu'à inclure comme instruments de base de sa formation une tronçonneuse ou un conglomérat de marteaux piqueurs... Ce qui s'avère couillu sur papier peut aussi malheureusement prêter à rire. Einstürzende Neubauten n'a pas fait la carrière que l'on sait pour se faire balayer en deux temps trois mouvements par un gradué en musicologie. Inutile de le cacher, "What is the Point of Paris ?" fait son petit effet, c'est certain. Il devrait s'attirer la sympathie des amateurs des artistes précités, auquel je rajouterais bien évidemment John Zorn puisque, pour rappel, tout cela est très sérieux. Le seul reproche que je formulerais serait à l'encontre de la production ; si nous bénéficions ici de l'expérience d'une prestation en concert, il est dommage que les prises micro n'aient pas été au coeur de l'action. En effet, à quoi bon jouer du marteau piqueur si au final ses interventions sont si bien jaugées au niveau des balances qu'elles se déforcent complètement de leur potentiel de nuisance et d'agression intrinsèque ?

note       Publiée le lundi 6 juin 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "What is the point of Paris ?" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "What is the point of Paris ?".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "What is the point of Paris ?".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "What is the point of Paris ?".

saïmone › vendredi 10 juin 2005 - 15:50 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar
crotte
Note donnée au disque :       
Progmonster › vendredi 10 juin 2005 - 15:38 Envoyez un message privé àProgmonster
avatar
normalement ici : http://www.fylkingen.se/fr_start.html mais je vois que le titre est épuisé :o(
Note donnée au disque :       
torquemada › vendredi 10 juin 2005 - 14:29 Envoyez un message privé àtorquemada
c'est vrai que ça n'a pas l'air facile à trouver.
saïmone › vendredi 10 juin 2005 - 13:42 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar
On le trouve où ce disque Dom' ?
Note donnée au disque :       
Progmonster › mardi 7 juin 2005 - 23:17 Envoyez un message privé àProgmonster
avatar
oui, Torque, je sais que je dois le chroniquer... minute ! sinon, y a Meira Asher aussi qu'on a trop tendance à oublier (chroniquée ici)
Note donnée au disque :