Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPorno For Pyros › Good God's urge

Porno For Pyros › Good God's urge

10 titres - 38:22 min

  • 1/ Porpoise Head (4:14)
  • 2/ 100 Ways (3:42)
  • 3/ Tahitian Moon (3:47)
  • 4/ Kimberly Austin (3:13)
  • 5/ Thick of It All (4:43)
  • 6/ Good God's Urge! (3:52)
  • 7/ Wishing Well (3:40)
  • 8/ Dogs Rule the Night (3:22)
  • 9/ Freeway (4:23)
  • 10/ Bali Eyes (3:26)

enregistrement

Shangri-La Studio, Zuma Beach et The Record Plant, Los Angeles, Californie, USA, 1995

line up

Daniel Ash (guitare), Leo Chelyapov (clarinette), David J (basse), Peter Distefano (guitare, samples, chœurs), Perry Farrell (chant, percussions, samples, harmonica, herpe, claviers), Flea (basse), Kevin Haskins (samples), Martyn Lenoble (basse), Dave Navarro (guitare), Stephen Perkins (batterie, percussions, samples, choeurs), Mike Watt (basse), Thomas Johnson (claviers, samples), Kimberly Juarez (choeurs), Lili Haydn (violon), Ralf Rickert (trompette), John Flannery (guitare), Josh Klassman (choeurs), Christine Cagle (choeurs), Matt Hyde (guitare slide, samples), Shawn London (choeurs)

remarques

chronique

Styles
rock
pop
Styles personnels
alternatif > néo psychédélique

"Good God's Urge", qui embraya le pas trois ans après la sortie du premier album de Porno For Pyros, ralentit encore un peu plus la cadence. C'est un nouveau tir groupé d'une dizaine de chansons bien ramassées sur elles-mêmes mais qui se laissent bercer, peut-être plus que de raison, dans les bras langoureux d'un néo-psychédélisme franchement baba cool. Les guitares acoustiques suffisent désormais à soutenir sur leurs frêles épaules la charpente de mélodies que l'on n'a aucune peine à s'imaginer chanter autour d'un feu de joie sur une plage californienne ("Kimberly Austin", "Bali Eyes"). Fais passer le spiff, frère... Les quelques instants nerveux, trop rares, finissent par paraître incongrus et ont tout du bad trip qui se reprend in extremis quand le refrain se rappele à notre bon souvenir ("Tahitian Moon"). L'intérêt nouveau de Perry Farrell pour l'électronique (utilisation de samplings plus massivement crédités que réellement crédibles) finit par donner à cette seconde expérience les contours d'une mise en jambe avant l'exercice en solitaire qui finira bien tôt ou tard par aboutir ("Song Yet to Be Sung" en 2001). "Good God's Urge" s'illustre donc avant tout par une collection de petites perles pop imprégnées de l'aura énigmatique du chanteur. Au rayon des petites merveilles à saisir pour entamer la confection de son collier, il y a des titres comme "Wishing You Well" ou "Thick of It All". Finalement, "Dogs Rule the Night" est bien le seul à nous ramener à l'ambiance agitée de leur précédent effort. Un titre ! Étrangement, le nombre conséquent d'invités n'apporte pas au disque un effet de densité, celui-ci étant même bien plus posé que son prédécesseur. De l'ordre de l'anecdote, on pointera également la présence de Dave Navarro sur "Freeway" en compagnie de Flea. L'ancien Jane's Addiction, alors Red Hot Chili Peppers, reprendra bientôt du service - avec l'aide de Flea précisément - sur "Kettle Whistle", mettant un terme à la parenthèse Porno For Pyros, certes pas essentielle mais pour le moins bien agréable.

note       Publiée le samedi 4 juin 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Good God's urge".

notes

Note moyenne        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Good God's urge".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Good God's urge".

dariev stands › mardi 11 août 2020 - 15:22  message privé !
avatar

Et donc...

Note donnée au disque :       
dariev stands › jeudi 21 mai 2020 - 18:01  message privé !
avatar

il est à son sommet pendant les débuts de soirées de canicule, lui. Garanti.

Note donnée au disque :       
Procrastin › jeudi 21 mai 2020 - 17:35  message privé !

Et hop, c'est sa saison à celui-ci!

Note donnée au disque :       
Procrastin › lundi 19 novembre 2018 - 14:43  message privé !

Ben tiens, en parlant de pop... Cet album ne paie pas de mine au premier abord mais c'est un sacré grower! Je me réveille avec le miaulement de Perry Farrell (kimberly Auuuuustinnnn) dans les neurones régulierement (oui miaulement, ce vil matou oscille de l'agicheur à la menace plus vite qu'un chat de goutière). Que de morceaux qui titillent de vieilles montées, Thick of it all, Wishing well...Ce dernier sonne comme une menace qui me rappelle la méchanceté enrobée de sucre d'un certain All We Ever Wish de Time of Orchids. (C'est marrant parceque quand je l'ai choppé à 1 euro je m'étais juste dit "Oh c'est sympa mais ca casse pas 3 pattes" ;et au final c'est le seul que j'écoute encore de cette fournée)

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 3 décembre 2014 - 11:40  message privé !
avatar

Et un tag psyché de plus, un. Ce 4/6 semble crier "contre-chro moi" de tous ses fibres, car de l'intro puissamment opiacée (si quelqu'un a une explication à l'obsession des artistes psychédéliques pour les marsouins...) au lancinant et un brin Donovanesque Bali Eyes, y'a rien à jeter dans cet album. Et les quelques accélérations sont vraiment complètement barrées, même si il n'y a rien non plus de la trempe de Three Days (faut pas rêver...).

Note donnée au disque :