Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWTony Williams Lifetime › The old bum's rush

Tony Williams Lifetime › The old bum's rush

7 titres - 40:07 min

  • 1/ You Make It Easy (5:22)
  • 2/ What It's About (5:36)
  • 3/ What'cha Gonna Do Today (3:41)
  • 4/ Mystic Knights of the Sea (5:12)
  • 5/ Changing Man (4:50)
  • 6/ Boodang (5:10)
  • 7/ Old Bum's Rush (10:16)

enregistrement

Intermedia Sound, Boston, USA, 1972

line up

David Horowitz (synthétiseur, piano, vibraphone), Webster Lewis (orgue), Tony Williams (batterie, chant), Tequila Williams (guitare, chant, percussions), Tillmon Williams (saxophone ténor), Herb Bushler (basse)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
funk fusion

Une poignée d'années séparent seulement ce disque de l'influent "Emergency!", et on a de la peine à croire que derrière ces deux disques se dissimule le même homme. Contrairement à "Ego", "The Old Bum's Rush" embrasse pourtant sans fausse pudeur un parti pris qui s'éloigne volontairement des heures de gloire de leur première heure. Faut dire aussi qu'avec la concurrence rude qui fait rage alors, cela devient de plus en plus difficile de se faire une place. Entre le Mahavishnu Orchestra et Weather Report, d'autres grands noms se sont aussi jetés dans la bataille du jazz électrique pour en sortir avec, au mieux, une fusion psychédélique démentielle, au pis, avec une soupe fadasse aux contours polis d'une soul music sans vie. Pour cet essai, c'est malheureusement dans cette direction qu'aura choisi de s'engager le batteur émérite. Il laisse à Tequila Williams le soin de prendre à son compte les parties vocales, contribuant grandement à la mise en avant de cette couleur particulière. Cela fait bien longtemps en effet que les Vumètres ne sont plus dans le rouge, le Lifetime ne pratiquant plus qu'une musique avant tout groovy ("Changing Man"), de celle qui vous font pousser des rouflaquettes sur les joues en moins de temps qu'il m'en faut pour vous l'écrire ("Boodang"), mais aussi mélodiquement convenue. C'est pas que c'est mauvais ou mal torché, c'est juste sans conséquences. Restent donc des parties instrumentales très maîtrisées où toute la technique du jadis jeune prodige ressort sans se faire prier. C'est particulièrement vrai sur sa longue plage titre, finalement la plus jazz du lot, ou encore "Mystic Knights of the Sea", à rapprocher peut-être des pièces instrumentales délurées de Frank Zappa période "Sleep Dirt". Conscient qu'il faisait peut-être là fausse route, Tony Williams marquera une courte pause avant de ressurgir deux années plus tard en réactivant un New Lifetime, emmenant dans ses rangs un jeune mais prometteur guitariste répondant au nom d'Allan Holdsworth... Va bien falloir y croire encore un peu.

note       Publiée le vendredi 3 juin 2005

partagez 'The old bum's rush' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The old bum's rush"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The old bum's rush".

ajoutez une note sur : "The old bum's rush"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The old bum's rush".

ajoutez un commentaire sur : "The old bum's rush"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The old bum's rush".