Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAfter Dinner › Paradise of replica

After Dinner › Paradise of replica

cd • 9 titres

  • 1Paradise of Replica3:28
  • 2A Walnut4:29
  • 3Kitchen Life I2:07
  • 4Motorcycle1:19
  • 5Kitchen Life II1:23
  • 6Ironclad Mermaid4:42
  • 7Dancing Twins0:59
  • 8Ka No Pu Su No Ha Ko7:54
  • 9I'll Just Go Birdwatching3:21

enregistrement

Studio 8, 1989

line up

Takumi Fukushima (violon), Haco (chant, flute à bec), Yosuke Isshiki (claviers, percussions), Masahiro Kitada (boîte à rythme, claviers, batterie, guitare), Tadahiko Yokogawa (claviers, basse, percussions), Ichiro Inoue (percussions, harpe indienne, glockenspiel), Seiichi Kuroda (tung siao, hichriki, percussions), Ryo Okuda (percussions, guimbarde), Hideaki Yamagata (batterie, tambourin), Kazumi Matsumura (violoncelle), Shoichi Miyamoto (flûte), Junji Naoe (clarinette), Takaaki Miyazaki (saxophone ténor), Izumi Yae (haut bois), Naoki Yamada (guitare acoustique), Masakazu Kinoshita (pianica)

remarques

chronique

Tous les commentaires que j'ai bien pu faire au sujet de l'album éponyme d'After Dinner paru en 1984 sont encore et toujours d'application sur ce "Paradise of Replica", dernier signe d'activité du groupe, près de cinq années plus tard. Deux nuances de taille à signaler malgré tout ; le refonte intégrale du groupe, démontrant si nécessaire qu'After Dinner a toujours été avant tout le véhicule privilégié de la chanteuse Haco. Elle ne garde à ses côtés que Tadahiko Yokogawa, autrefois préposé au violon, tâtant ici de la basse, du clavier et des percussions. La seconde grande différence provient non pas de la musique en elle-même, qui charrie toujours les mêmes sentiments déconcertants, mais bien de sa production ; elle est d'une précision presque clinique, même dans ses approximations volontaires, et c'est un mal bien nécessaire en somme si l'on veut pouvoir convenablement mettre en valeur la quantité considérable d'éléments sonores qui constitue le matériau de base de cette pop désenchantée terriblement attractive. La belle diva partage avec Kate Bush cette fascination quasi enfantine du mystère et ce goût du précieux, mais chez Haco, il y a un intérêt accru et tout légitime pour les rythmiques, généralement plates et dépourvues de nuances chez l'anglaise, si bien qu'elles ont souvent eu pour conséquence indirecte de réduire le réel impact de ses contines magiques. L'audace avant-gardiste, il faudrait aller la chercher du côté de Laurie Anderson, Haco s'amusant avec les sons et les structures pour créer des mondes impressionistes palpitants. En 2000, le label Recommended prit finalement la décision de faire ressortir du néant l'ultime disque de ce groupe dans une présentation singulière (comme ils le firent d'ailleurs pour leur album de 1984) ; sous une pochette différente au format digipack, incluant d'ailleurs un poster, l'album hérite du sous-titre "Paradise of Remixes" puisqu'y est adjoint quatre remixes inédits, qui ont surtout pour avantage de considérablement rallonger la durée à l'origine excessivement courte du disque.

note       Publiée le vendredi 3 juin 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Paradise of replica".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Paradise of replica".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Paradise of replica".

Dioneo › dimanche 4 février 2018 - 19:15  message privé !
avatar

Ayant pas mal écouté le précédent, à une époque... Je ne me mets pourtant à celui-ci que maintenant. Eh bien c'est bien parti pour que je l'aime au moins autant. Je revois aussi mon commentaire posé jadis sous ledit épo (y'a dix ans... mmm, bon) : oui, en réalité, la musique d'After Dinner a bel et bien à voir avec celle de Kate Bush ! Pas pareil, certes, mais je trouve des atmosphères de rêve sensuel - "réel" au point qu'on doute du plan sur lequel tout ça se joue (littéralement onirique, dans un réel, justement, momentanément débrayé de toute censure mais où ça ne déraperait miraculeusement pas gras...) - voisines, chez Katherine et chez Haco. Et pour ma part c'est encore bien plus sensible sur celui-ci que sur le précédent. (Nul doute que je goûte davantage la musique de l'Anglaise qu'à l'époque de mon com' sur l'autre disque, aussi, il faut dire... Ça doit jouer).

Alliage › dimanche 21 février 2010 - 02:50  message privé !

Et pouf la dernière boule ! Merci le mûrissement du disque à l'écoute après un bon an et demi ! Et son voisin pareil !

Note donnée au disque :       
julayss › mardi 25 novembre 2008 - 06:05  message privé !

J'ai la réédition avec les remixes qui, il est vrai, n'apporte pas grand chose. Ce qui est marquant, c'est cette juxtaposition de rythmiques, à la fois lourdes mais précises, entremêlées, avec des mélodies enfantines, presque naïves, fainéantes... j'aime beaucoup ce disque, peut être plus qu'il ne le faudrait.

Note donnée au disque :