Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTo Rococo Rot › The amateur view

To Rococo Rot › The amateur view

11 titres - 42:04 min

  • 1/ I Am in the World With You (3:20)
  • 2/ Telema (3:40)
  • 3/ Prado (4:19)
  • 4/ A Little Asphalt Here and There (3:11)
  • 5/ This Sandy Piece (4:05)
  • 6/ Tomorrow (4:30)
  • 7/ Greenwich (3:51)
  • 8/ Cars (2:58)
  • 9/ She Loves Animals (4:12)
  • 10/ Die Dinge des Lebens (4:56)
  • 11/ Das Blau und Der Morgen (3:00)

enregistrement

Electric Avenue, Hambourg et Calyx Desk Top, Berlin, Allemagne, septembre 1998 - janvier 1999

line up

Ronald Lippok (instruments, programmation), Stefan Schneider (instruments, programmation), Robert Lippok (instruments, programmation)

remarques

chronique

Styles
techno
electro
Styles personnels
post rock > chill out

Quand musique électronique et post rock se rencontrent, ça donne parfois des résultats inédits et pas aussi chiants qu'on aurait pu le croire. Avec "The Amateur View", les allemands de To Rococo Rot démocratisent leur style musical fort chargé de leurs essais précédents ("Cd" et "Veiculo") au profit d'une syntaxe qui a décidé de se débarasser du superfétatoire. Les onze titres de leur nouvelle réalisation traduisent tout le paradoxe de l'entreprise ; à la fois chaleureux et mécanique, à la fois abstrait et pourtant aussi très mélodique. Des motifs légers au synthétiseur viennent se loger dans le creux de nos oreilles pour y tourbillonner ("Telema"). D'autres, comme "Tomorrow", déploient leurs patterns rythmiques dans le décor brumeux de nuages synthétiques inquiétants. Des plages limite lounge ponctuent le parcours au travers de quelques moments d'introspection fugaces mais mémorables (le Badalamentesque "Prado" ou "Die Dinge des Lebens", digne de figurer sur les premiers volumes de la série Café del Mar). Souvent critiqués pour l'hermétisme de leurs grammaires respectives, electronica et post rock semblent ici avoir trouvé l'équilibre parfait sans que cela devienne une affaire de compromission pour l'une des deux parties. "Cars", sans être le titre le plus accrocheur, est sans doute l'exemple le plus parlant de cette fusion réussie, le thème s'articulant autour d'une ligne de basse à la Ui. To Rococo Rot a signé avec ce disque la synthèse idéale entre les deux courants majeurs de la culture alternative des années quatre-vingt dix, coupant l'herbe sous le pied de Tortoise et Labradford, tellement imbus de leurs personnes qu'ils ne sont sans doute même pas rendus compte de l'affront.

note       Publiée le samedi 21 mai 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The amateur view".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The amateur view".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The amateur view".