Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNLuigi Nono (1924-1990) › La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz

Luigi Nono (1924-1990) › La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz

  • 1992 - Wergo, WER 6038-2 (1 cd)

3 titres - 34:21 min

  • 1/ La Fabbrica Illuminata (16:48)
  • 2/ Ha Vendio, Canciones para Silvia (6:24)
  • 3/ Ricorda Cosa ti Hanno Fatto in Auschwitz (11:09)

enregistrement

Studio Fonologia RAI, Milan, Italie, 1966-1967 et Südwest-Tonstudio H.Jansen, Stuttgart, Allemagne, juillet 1968

line up

Carla Henius (soprano), Barbara Miller (soprano), Stefania Woytowitz (soprano), Chorale RAI de Milan conduit pas Giulio Bertola, Choeur soprano Schola Cantorum de Stuttgart conduit par Clytus Gottwald, Chorale enfant Piccolo Teatro de Milan

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
contemporain

L'après Schoenberg, c'est un cataclysme sans précédent pour la musique "dite" sérieuse. La musique contemporaine se déploie, offre un nouveau visage. Les expériences vont bon train, menées par une ribambelle de compositeurs aux idées plus provocantes les unes que les autres. Au milieu de tout ce beau monde, un homme, Luigi Nono, dont l'histoire aura seulement conservé sa facette d'artiste engagé. Raccourci lapidaire qui tend à rendre la musique de Nono moins puissante qu'elle ne l'est en réalité. Entre les fascinations mathématiques de Xenakis, le non-interventionisme de Cage et les chorales infernales de Ligeti, le compositeur italien a clairement une place à se pourvoir. Adhérent du parti communiste italien dès 1954, son oeuvre va effectivement se recouvrir au fil des années d'une grille de lecture socio-politique qui ne laisse planer aucun doute sur l'authenticité de son engagement. Rapidement, son attrait pour les recherches électroniques vont lui permettre de circonscrire son champ d'investigation au seul phénomène sonore. Nono n'est pas pour l'instant en quête de divin mais de sens. Cette publication Wergo de 1992 nous propulse au coeur même des recherches les plus intensives du compositeur, entre 1960 et 1965. Sans extravagances outrancières, "Ha Venido", composé en 1960, s'inscrit dans le sillage des travaux de Ligeti. Mais les seuls instruments à vibrer ici sont une cinquantaine de cordes vocales. L'apport des technologies nouvelles va pourtant rapidement permettre à Luigi Nono de transfigurer son discours dans une forme de biomécanique musicale post moderne, faisant de l'italien le H.R.Giger de la musique contemporaine, rien de moins (qu'est-ce qu'il faut pas raconter pour tenter de captiver l'attention de l'amateur de death métal brutal tout de même...) ! Ainsi, des bandes magnétiques sont utilisées, triturées, à rebours ou ralenties à l'endroit, pour créer des décors où le cri du vivant se perd dans le bruit du métal. Il transforme les voix en stridences, en pluies acides. Il en fait des fantômes aux secrets trop lourds à porter. "La Fabbrica Illuminata" procède de ce travail minutieux, tout comme "Ricorda Cosa Ti Hanno Fato in Auschwitz" dont l'exposé nous laisse à penser à juste titre que Nono préfère s'attaquer au mal par le mal pour le dénoncer. Essentiel parce qu'effrayant. Effrayant parce qu'essentiel.

note       Publiée le samedi 14 mai 2005

partagez 'La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz".

ajoutez une note sur : "La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz".

ajoutez un commentaire sur : "La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "La fabbrica illuminata / Ha venido / Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz".

Wotzenknecht › jeudi 11 juillet 2013 - 15:59  message privé !

Nono: Tu veux un p'tit clou, Noumaïos ?
Ulysse: Dans l'oignon tu te les carres tes p'tits clous Nono! *beigne*
Nono: Choueeette !

Raven › jeudi 11 juillet 2013 - 15:47  message privé !
avatar

c'est lui l'ami d'Ulysse ?

darkmagus › jeudi 11 juillet 2013 - 08:52  message privé !

Encore sur « Ricorda Cosa ti Hanno Fatto in Auschwitz ». Cette œuvre me hante. Des portes rouillées qui grincent et qui se referment, sur qui ? Ou qui s’entrouvrent, sur quoi ? On le devine bien sûr : le titre est explicite. Une autre écoute et ça sera des plaintes, ou des cris d’effroi, ou de douleur peut-être, ou le tout ensemble ? allez savoir ce que Nono voulait vraiment transcrire, il reste ce que j’entends, et c’est effrayant en effet, effrayant et sublime.

darkmagus › lundi 10 juin 2013 - 22:36  message privé !

"......Fatto in Auschwitz", effrayant en effet, le "Guernica" de Nono ?