Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSecret Chiefs 3 › First Grand Constitution and Bylaws

Secret Chiefs 3 › First Grand Constitution and Bylaws

cd • 21 titres • 53:13 min

  • 1Ana'l haqq00:22
  • 2Adept Chamber of The Magian Cavern01:11
  • 3Inn of 3 Doors01:21
  • 4Breeze of Dawn Death's Angel02:15
  • 5Assassin's Blade04:36
  • 6Bare-Faced Bazi02:06
  • 7Crossroads Trough Crossroads02:19
  • 8Borderland01:20
  • 9Borderland02:03
  • 10Killing of Kings03:31
  • 11Celestial Ship of The Corsairs02:13
  • 12Emir of the Bees06:10
  • 13Pointed And Weighty Arguements00:19
  • 14Zulfikar01:15
  • 15The Qa'im Deliberates01:15
  • 16Drunk at The Gates02:08
  • 17Resurrection Day Soundtrack : Hot Pursuit in Eagles' Nest05:05
  • 18From Night The Morning Draught of Wine02:28
  • 19Crosswinds00:32
  • 20Borderland02:30
  • 21White As They Come08:03

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré à Forking Paths Studio et Brilliant Studios par Billy Anderson & Trey Spruance.

line up

Trevor Dunn (basse, chant), Danny Heifetz (batterie, trombone, percussion), Trey Spruance (orgue, guitare, synthétiseur, samples, chant)

Musiciens additionnels : Bär McKinnon (saxophone 16, basse 17), Kris Hendrickson (voix angélique 20)

remarques

La réédition de 1999 contient cinq inédits, enchassés entre la onzième et la douzième plage : une suite en cinq parties d'une minute chacunes intitulée "Emir of the Bees"

chronique

Nous sommes tous d'accord pour dire que Mr.Bungle est la meilleure chose qui soit arrivée au rock, et à la musique en général (tant qu'à faire) ces dix dernières années. Aussi, pour ceux qui, comme moi, se lamentent sans cesse en attendant une prochaine publication, notez qu'il existe un projet formidable, emmené respectivement par le guitariste, le bassiste et le batteur de Mr.Bungle, et qui a de forte chance de vous plaire. Son nom ? Secret Chiefs 3. L'argumentation est sensiblement la même. Le grain de folie, identique. En fait, ce qui les distingue du groupe mère, c'est l'absence de Mike Patton et, in extenso, de chant (bien que Spruance et Dunn s'en chargent quelque fois ici). Mis à part une propension plus marquée vers les musiques orientales, il n'y a, en apparence aucune différence fondamentale entre les deux entités.

note       Publiée le samedi 10 novembre 2001

chronique

Première Constitution et Statuts de l'Ordre des Secret Chiefs, rédigés par le guide spirituel et grand vizir multi-instrumentaliste Trey Spruance, mis en application par la section rythmique de Mr. Bungle, soit Trevor Dunn & Danny Heifetz. Soit, entrée en matière par des claviers familiers qui rappellent que l'Ordre est bien issu du groupe halluciné d'Eureka, ce qui tombe à point quand on a autant d'idées. Comme exposé dès la seconde piste, il s'agira d'électro-metal-bruitiste-moyen oriental, teinté de jazz très free, un peu africain, comme le précise l'entrée dans la fameuse Auberge des 3 Portes, tout ceci dans un esprit cartoonesque ou vidéo-ludique. Passer outre un certains nombre de passages bruitistes purs, de manipulation de bandes et d'essais non concluants (ainsi annotés 8, 9, 13, 15, 16 et dans une moindre mesure 20), à reléguer en notules dispensables. De fulgurances death-metal à une atmosphère jazzy flottante ouvrant la porte sur un univers inquiétant "Breeze of Dawn, Death's Angel", à une ritournelle entêtante à caractère très argentin, avec montée dramatique de piano et claviers "Assassin's Blade". Un univers mystérieux et nocturne, on pénètre dans une pièce où des spadassins ivres pratiquent une parodie de rock grotesque et hystérique, mieux vaut les laisser entre eux, mais c'est pour retomber sur des échos de percussions tribales et des voix psalmodiant d'inquiétantes litanies, "Bare-Faced Bazi". Pas loin, un clavecin classique débouchant en boudoir très lounge, "Crossroads Through Crosshairs" après une traversée en aveugle d'électro extrêmement louche. Plus étrange encore, ce qui commence par un morceau archétypal de genre post-grunge où le maître en personne, Spruance enturbanné, déclame que le rock'n roll doit mourir, "Killing of Kings". Menace mise à exécution après inventaire cinglant et ironique, à grand coups inattendus de hurlements gutturaux bien death sur déluge de bordel électronique et de bandes régurgitées. S'en suit une ambiance d'abord apaisante, où le bruitisme se fond très en arrière plan en volutes d'éther, mais qui au fur et à mesure se mue en menace latente, "Celestial Ship of the Corsairs". Le temps de fuir sur le tapis volant d'"Emir of the Bees", traversé du désert imaginaire où les percussions résonnent dans les grands espaces, avec mise en en place de mélodie électro-orientale en diable, sensuelle, passage en surf, metal, re-percussions à l'envers, ça va jazzer avant que l'Orient ne reprenne tous ses droits. Puis irruption de "Zulkifar", sorte d'hymne de l'Ordre, comme annonçant l'arrivée grandiose du Calife. "Hot Pursuit in Eagles' Nest", jazz-fusion sur rythmique plombée saturée à mort, greffes de claviers vintages, gros riffs de guitare groovy, petites pincées de sax avant implosion terminale sous trop de coups de boutoirs d'armes instrumentalisées. Détour par "From Night the Morning Draught of Wine", son jardin d'Eden sous la pluie, une présence se cache derrière l'ambient spaciale et bucolique. Dernière volée d'orgue, "Crosswinds", histoire de rappeler que tout ça obéit à une façon de liturgie inspirée par le poète et essayiste Peter Lamborn Wilson, alias Hakim Bey, alias "Le Sage". Couloir sonore où des traces de voix torturées sussurent des bouts de mots insaisissables, au hachoir dans le noir. Et d'en finir, "White as They Come", sarcastique aveux d'un pauvre petit blanc sans âme, génial électro-krautrock hypnotique aux ligne de basses irrésistibles quand survient ce refrain à la voix angélique, flottant au dessus des nappes de son sifflantes tel le sirocco, où les surgissements cacophoniques trouvent finalement un sens en ritournelle venteuse, où la guitare criarde semble imiter une cornemuse lors d'un final grondant comme l'orage au dessus des dunes. L'Ordre est en marche.

note       Publiée le samedi 29 décembre 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "First Grand Constitution and Bylaws".

notes

Note moyenne        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "First Grand Constitution and Bylaws".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "First Grand Constitution and Bylaws".

blub › dimanche 29 mai 2016 - 14:06  message privé !

Je me souvenait pas que La Galás faisait une apparition ici. (non crédité)

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › mercredi 17 septembre 2014 - 09:56  message privé !
avatar

..quelques années plus tard je l'ai enfin calculé ce chainon manquant dans mon appréciation de la disco de SC3, rhaa lovely..

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › samedi 10 août 2013 - 08:21  message privé !

Un peu confus. ça me rappelle le Disco Volante, le Bungle que j'aime le moins (parce que... trop confus). Mais je rejoins un peu tout le monde concernant la dernière piste, qui clôture l'album sur une excellente note.

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › vendredi 6 juin 2008 - 21:02  message privé !
avatar
Héhé je me l'écoute en ce moment même, effectivement il est toujours un peu mieux passé, quoique sonnant plus compile qu'autre chose (sept groupes différents sur le skeud quand même).
Note donnée au disque :       
blub › vendredi 6 juin 2008 - 20:56  message privé !
jette toi sur Book of Horizons si c'est pas déja fait! il est monstrueux!
Note donnée au disque :